Comment devrais-je jeûner?

Quand vient le Ramadan et qu’il est temps de jeûner, je discute avec des amis sur la façon de jeûner. Par exemple, si le Ramadan arrive dans la période de mai à juillet et que nous vivions dans un pays nordique avec presque 18 ou plus d’heures entre le lever et le coucher du soleil, on se pose la question de savoir s’il est possible d’utiliser d’autres barèmes de temps, par exemple le lever et le coucher du soleil à La Mecque. Pour répondre à cette question et à d’autres en recherchant ce qui est permis et ce qui ne l’est pas dans des situations complexes, mes amis suivent différentes règles promulguées par différents savants.

Aussi importantes que puissent être ces discussions, nous oublions presque toujours la question aussi importante qui est de savoir comment nous devrions vivre afin que notre jeûne plaise à Allah. Les prophètes avaient beaucoup de choses à dire sur ce sujet et leur message sur comment vivre et jeûner est aussi important pour nous maintenant qu’il l’était de leur vivant.

Le prophète Esaïe (PSL) a vécu à une époque (voir le ligne de temps) où les croyants pratiquaient leurs obligations religieuses telles que la prière et le jeûne de façon stricte,

Chronologie historique du prophète Esaïe (PSL) avec d’autres prophètes du Zabour

Chronologie historique du prophète Esaïe (PSL) avec d’autres prophètes du Zabour

et étaient donc religieux, mais ce fut aussi un temps de grande corruption (voir l’article d’introduction au Zabur comme survol de cette période). Il y avait beaucoup de corruption, de disputes et de querelles parmi le peuple. Cela ressemble à aujourd’hui, n’est-ce pas? Ainsi ce message est important pour nous.

Le vrai jeûne

58 Crie à pleine voix sans te retenir,

fais retentir ta voix comme une trompette

et révèle à mon peuple sa révolte,

à la famille de Jacob ses péchés!

C’est moi que, jour après jour, ils consultent:

ils veulent connaître mes voies.

Comme une nation qui aurait pratiqué la justice

et n’aurait pas abandonné le droit institué par son Dieu,

ils me réclament des jugements conformes à la justice,

ils désirent se rapprocher de Dieu.

«A quoi nous sert-il de jeûner, si tu ne le vois pas,

de nous humilier, si tu n’y fais pas attention?»

C’est que, le jour où vous jeûnez, vous accomplissez vos propres désirs

et traitez durement tous vos ouvriers.

Votre jeûne débouche sur des procès et des disputes,

sur de méchants coups de poing.

Vous ne jeûnez pas, comme vous le faites aujourd’hui,

de manière à faire entendre votre voix là-haut.

Est-ce un jeûne de ce genre que je préconise,

un jour où l’homme s’humilie?

S’agit-il de courber la tête comme un roseau?

Faut-il se coucher sur le sac et la cendre?

Est-ce cela que tu appelles un jeûne,

un jour agréable à l’Eternel?

Voici le genre de jeûne que je préconise:

détacher les chaînes dues à la méchanceté,

dénouer les liens de l’esclavage,

renvoyer libres ceux qu’on maltraite.

Mettez fin aux contraintes de toute sorte!

Partage ton pain avec celui qui a faim

et fais entrer chez toi les pauvres sans foyer!

Quand tu vois un homme nu, couvre-le!

Ne cherche pas à éviter celui qui est fait de la même chair que toi!

Alors ta lumière jaillira comme l’aurore

et ta restauration progressera rapidement,

ta justice marchera devant toi

et la gloire de l’Eternel sera ton arrière-garde.

Alors tu appelleras et l’Eternel répondra,

tu crieras et il dira: «Me voici!»

Oui, si tu éloignes du milieu de toi la contrainte,

les gestes menaçants et les paroles mauvaises,

10 si tu partages tes propres ressources avec celui qui a faim,

si tu réponds aux besoins de l’opprimé,

ta lumière surgira au milieu des ténèbres

et ton obscurité sera pareille à la clarté de midi.

11 L’Eternel sera constamment ton guide,

il répondra à tes besoins dans les endroits arides

et il redonnera des forces à tes membres.

Tu seras pareil à un jardin bien arrosé,

à une source dont l’eau n’arrête jamais de couler.

12 Grâce à toi, on reconstruira sur d’anciennes ruines,

tu relèveras des fondations vieilles de plusieurs générations.

On t’appellera réparateur de brèches,

restaurateur de sentiers fréquentés. (Ésaïe 58:1-12)

Le peuple de cette époque n’a pas prêté attention à ce message et à d’autres qui les avertissaient de jugement s’ils ne se repentaient pas (voir ici ce que le prophète Yahya PSL a enseigné sur la repentance). Ils ont été jugés et comme le prophète Musa (PSL) avait dit dans la Thora (ici), le jugement est un signe et une mise en garde pour nous.

Nous avons tous à décider si nous allons obéir à ce message et nous repentir sur notre façon de vivre et de nous comporter les uns envers les autres. Mais il ne servira à rien de jeûner selon n’importe quelles règles que nous choisirions et manquer de plaire à Allah en vivant d’une manière qui lui déplaise.

Le prophete Yahya (PSL) souffre le vrai martyre

La sourate Al-Munafiqun (Sourate 63 – Les hypocrites) décrit des personnes qui ont rendu un témoignage favorable au prophète Mohamed PBUH, mais qui se sont ensuite avérées être des menteurs sans valeur.

Quand les hypocrites viennent à toi, ils disent: «Nous attestons que tu es certes le Messager d’Allah» Allah sait que tu es vraiment Son messager; et Allah atteste que les hypocrites sont assurément des menteurs. Ils prennent leurs serments pour bouclier et obstruent le chemin d’Allah. Quelles mauvaises choses que ce qu’ils faisaient!  (Sourate Al-Munafiqun 63: 1-2)

A la différence des hypocrites, la Sourate Az-Zumar (Sourate 39 – Les Groupes) décrit des «témoins» honnêtes.

Et la terre resplendira de la lumière de son Seigneur; le Livre sera déposé et on fera venir les prophètes et les témoins; on décidera parmi eux en toute équité et ils ne seront point lésés; (Sourate Az-Zumar 39: 69)

À l’époque du prophète Isa al Masih PBUH, un véritable témoin s’appelait un «martyre». Un martyre était un témoin de la vérité des événements. Isa al Masih a appelé ses disciples « martyrs »

Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins (Lit. martyre) à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. (Actes 1: 8)

Le mot «martyre» n’a été utilisé que pour ceux qui ont été des témoins honnêtes.

Mais le mot ‘martyre’ s’utilise beaucoup de nos jours. Je l’entends lors d’un meurtre dans une des nombreuses guerres ou dans un conflit sectaire entre combattants qui s’entretuent. D’habitude le parti de la victime le nomme ‘martyr’ (et peut-être le parti opposant kafir).

Mais est-ce une appellation correcte? L’injil rapporte le martyre du prophète Yahya (PSL) pendant le ministère d’Isa al Masih (PSL) et il nous donne un très bon exemple pour mieux comprendre le mot ‘martyr’. Voici le récit :

En ce temps-là, Hérode le tétrarque, ayant entendu parler de Jésus, dit à ses serviteurs: C’est Jean-Baptiste! 2 Il est ressuscité des morts, et c’est pour cela qu’il se fait par lui des miracles.

3 Car Hérode, qui avait fait arrêter Jean, l’avait lié et mis en prison, à cause d’Hérodias, femme de Philippe, son frère, 4 parce que Jean lui disait: Il ne t’est pas permis de l’avoir pour femme. 5 Il voulait le faire mourir, mais il craignait la foule, parce qu’elle regardait Jean comme un prophète.

6 Or, lorsqu’on célébra l’anniversaire de la naissance d’Hérode, la fille d’Hérodias dansa au milieu des convives, et plut à Hérode, 7 de sorte qu’il promit avec serment de lui donner ce qu’elle demanderait. 8 A l’instigation de sa mère, elle dit: Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean-Baptiste. 9 Le roi fut attristé; mais, à cause de ses serments et des convives, il commanda qu’on la lui donne, 10 et il envoya décapiter Jean dans la prison. 11 Sa tête fut apportée sur un plat, et donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère. 12 Les disciples de Jean vinrent prendre son corps, et l’ensevelirent. Et ils allèrent l’annoncer à Jésus. (Matthew 14: 1-12)

Nous voyons premièrement la raison de l’arrestation du prophète Yahya (PSL). Le roi local (Hérode) avait pris la femme de son frère pour en faire la sienne – ce qui était contraire à la loi sharia de Musa (PSL). En tant que prophète, Yahya (PSL) dit publiquement que c’est mal, mais le roi corrompu, au lieu de l’écouter, le fait arrêter. Sa femme, qui bénéficie du nouveau mariage en devenant l’épouse d’un roi puissant, veut réduire au silence le prophète. Elle conspire donc et envoie sa fille adulte réaliser une danse sensuelle en spectacle pour le roi et ses invités. Il est si touché par la danse de la fille qu’il promet de lui donner tout ce qu’elle demandera. Sa mère lui dit de demander la tête du prophète Yahya (PSL). Ainsi le prophète Yahya (PSL), emprisonné pour avoir dit la vérité, est décapité simplement parce que la danse sensuelle d’une fille prend le roi au piège devant ses invités.

Nous voyons aussi que le prophète Yahya (PSL) ne cherche pas à se battre, ni à assassiner, le roi.  Il dit tout simplement la vérité. Il n’a pas peur d’avertir un roi corrompu bien qu’il ne possède aucun pouvoir sur terre pour affronter la puissance du roi. Il dit la vérité à cause de son amour de la loi sharia révélée au prophète Musa (PSL). Voilà un exemple à suivre qui nous montre aujourd’hui  comment se battre (dire la vérité) et pourquoi se battre (la vérité des prophètes). Le prophète Yahya (PSL) n’essaie pas de tuer le roi, de mener une révolte ou d’entamer une guerre.  C’est pourquoi il est martyrisé.

Et son approche est très efficace. Le roi a si mauvaise conscience de son meurtre qu’il croit que les enseignements et miracles puissants du Prophète Isa al Masih (PSL) sont en fait  de Yahya (PSL) revenu à la vie.

Le meurtre perfide du prophète Yahya par Hérode a été vain. Son plan est un bon exemple de la sourate Al-Fil (Sourate 105 – L’éléphant).

N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l’Eléphant?

N’a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine?

et envoyé sur eux des oiseaux par volées

qui leur lançaient des pierres d’argile?  (Sourate Al-Fil 105: 1-4)

Isa al Masih (PSL) dit ceci à propos du prophète Yahya (= ‘Jean’ PSL)

7 Comme ils (les disciples de Jean) s’en allaient, Jésus se mit à dire à la foule au sujet de Jean: «Qu’êtes-vous allés voir au désert? Un roseau agité par le vent? 8 Mais qu’êtes-vous allés voir? Un homme habillé de [tenues] élégantes? Ceux qui portent des tenues élégantes sont dans les maisons des rois. 9 Qu’êtes-vous donc allés voir? Un prophète? Oui, je vous le dis, et plus qu’un prophète,10 [car] c’est celui à propos duquel il est écrit: Voici, j’envoie mon messager devant toi pour te préparer le chemin.

11 »Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’est venu personne de plus grand que Jean-Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. 12 Depuis l’époque de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est assailli avec force, et des violents s’en emparent. 13 En effet, tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu’à Jean. 14 Si vous voulez bien l’accepter, c’est lui l’Elie qui devait venir. 15 Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. (Matthieu 11: 7-15)

Isa (PSL) confirme ici que Yahya (PSL) est ‘celui qui prépare la venue du Christ’ mentionné dans les prophéties et qu’il est grand parmi les prophètes. Son entrée au Royaume des Cieux dure jusqu’à nos jours, tandis que le roi Hérode – si puissant en ce temps-là – n’a rien parce qu’il a refusé de se soumettre aux prophètes.

Il existait des personnes violentes au temps du prophète Yahya (PSL) qui décapitaient d’autres, et il en existe de nos jours qui agissent de même. Ces personnes violentes ‘s’emparent’ même du Royaume des Cieux. Mais ils n’y entreront pas. Pour y entrer il faut prendre le chemin que prend Yahya (PSL) – celui de la réconciliation et de la vérité. Il serait sage de suivre son exemple plutôt que celui de tant d’autres qui choisissent la violence de nos jours.

Isa al Masih (PSL) offre « l’Eau Vive »

Dans la sourate Al-Mutaffifin (Sourate 83 – Les Fraudeurs), une source de boisson rafraîchissante au paradis attend les plus proches d’Allah.

Les rapprochés [d’Allah] en témoignent. Les bons seront dans [un Jardin] de délice, sur les divans, ils regardent. (Sourate Al-Mutaffifin 83: 21-23)
On leur sert à boire un nectar pur, cacheté,.. source dont les rapprochés boivent. (Sourate Al-Mutaffifin 83: 25,28)

La sourate Al-Insan (Sourate 76 – L’homme) décrit de la même manière des fontaines de boissons exotiques pour ceux qui entrent au paradis.

Les vertueux boiront d’une coupe dont le mélange sera de camphre, d’une source de laquelle boiront les serviteurs d’Allah et ils la feront jaillir en abondance. (Sourate Al-Insan 76: 5-6)
Et là, ils seront abreuvés d’une coupe dont le mélange sera de gingembre, puisé là-dedans à une source qui s’appelle Salsabîl.  (Sourate Al-Insan 76: 17-18)

Mais qu’en est-il de notre soif maintenant dans cette vie? Qu’en est-il de ceux d’entre nous qui ne sont pas «les plus proches d’Allah» à cause d’un passé pécheur et honteux? Le prophète Isa al Masih (PBUH) en a parlé lors de sa rencontre avec une femme rejetée.

Nous avons vu précédemment ce qu’enseignait le prophète al Masih (PSL) sur la façon de traiter ceux que nous considérons être nos ennemis. Dans le monde actuel, où il y a des conflits entre les sunnites et les shiites, entre les partisans et les opposants de El-Assad en Syrie, entre les palestiniens et les israéliens … en Irak … en Ukraine – quel que soit le pays dans lequel on se trouve, il est tout à fait vraisemblable qu’il y ait un conflit entre différents groupes se haïssant et se tuant les uns les autres. Tout ceci a transformé notre monde en véritable cauchemar. Isa al Masih (PSL) enseigna à travers cette parabole que notre entrée au Paradis dépendait de la façon dont nous traitons nos ennemis! Nous devons prendre ceci au sérieux si nous voulons aller au paradis.

Il est cependant facile d’enseigner une chose et d’agir cependant tout à fait différemment . Il y a même des imams et d’autres enseignants religieux qui ne mettent pas en pratique ce qu’ils enseignent.

Qu’en est-il du prophète Isah al Masih (PSL)? Un jour, il rencontra une Samaritaine. (Souvenez vous de l’hostilité qu’il y avait entre les juifs et les samaritains à cette époque, tout comme il y en a aujourd’hui entre les palestiniens et les israéliens). Voici la façon dont l’ Injil relate cette rencontre.

 Jésus parle à une Samaritaine.

 Le Seigneur sut que les pharisiens avaient appris qu’il faisait et baptisait plus de disciples que Jean.

Toutefois Jésus ne baptisait pas lui-même, mais c’étaient ses disciples.

Alors il quitta la Judée, et retourna en Galilée.

Comme il fallait qu’il passât par la Samarie,

il arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils.

Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure.

Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit: Donne-moi à boire.

Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres.

La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. –

10 Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive.

11 Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond; d’où aurais-tu donc cette eau vive?

12 Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux?

13 Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif;

14 mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.

15 La femme lui dit: Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici.

16 Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici.

17 La femme répondit: Je n’ai point de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je n’ai point de mari.

18 Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit vrai.

19 Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète.

20 Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem.

21 Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père.

22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.

23 Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.

24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité.

25 La femme lui dit: Je sais que le Messie doit venir (celui qu’on appelle Christ); quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses.

26 Jésus lui dit: Je le suis, moi qui te parle.

27 Là-dessus arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu’il parlait avec une femme. Toutefois aucun ne dit: Que demandes-tu? ou: De quoi parles-tu avec elle?

28 Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s’en alla dans la ville, et dit aux gens:

29 Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait; ne serait-ce point le Christ?

30 Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui.

31 Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant: Rabbi, mange.

32 Mais il leur dit: J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas.

33 Les disciples se disaient donc les uns aux autres: Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger?

34 Jésus leur dit: Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son oeuvre.

35 Ne dites-vous pas qu’il y a encore quatre mois jusqu’à la moisson? Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson.

36 Celui qui moissonne reçoit un salaire, et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble.

37 Car en ceci ce qu’on dit est vrai: Autre est celui qui sème, et autre celui qui moissonne.

38 Je vous ai envoyés moissonner ce que vous n’avez pas travaillé; d’autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail.

39 Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme: Il m’a dit tout ce que j’ai fait.

40 Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d’eux. Et il resta là deux jours.

41 Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole;

42 et ils disaient à la femme: Ce n’est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons; car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde.  Jean:4:1-42

Notez comme la Samaritaine fut surprise que le prophète Isah al Masih (PSL) ait engagé la conversation avec elle étant donné l’hostilité considérable à cette époque entre les juifs et les samaritains. Tout d’abord, comme il est relaté, il avait soif et voulait boire. Cependant,(étant prophète), il savait également qu’elle avait soif mais d’une tout autre façon. Elle avait soif de joie et de satisfaction dans sa vie. Elle pensait pouvoir assouvir cette soif avec des relations illégitimes. Elle a donc eu plusieurs maris et au moment même où elle parlait au prophète elle vivait avec un homme qui n’était pas son mari. Tout le monde considérait cette femme immorale. C’est probablement pour cette raison qu’elle était partie seule, à midi, chercher de l’eau. Certainement les autres femmes du village ne voulaient pas se trouver avec elle lorsqu’elles se rendaient au puits à la fraîcheur du matin. Cette femme a eu plusieurs hommes et cette disgrace l’a mise à l’écart des femmes du village.

Comme nous l’avons vu dans le Zabur, les prophètes ont écrit que le péché émanait d’une soif profonde dans nos vies, une soif qui avait besoin d’être étanchée.. Beaucoup de personnes aujourd’hui, quelle que soit leur religion, vivent dans le péché à cause de cette soif.

Et pourtant, le prophète Isa al Masih (PSL) n’a pas évité cette femme qui se trouvait dans une situation de péché. Au contraire, il lui a dit qu’il pouvait lui donner « l’eau vive » qui étancherait sa soif. Il ne parlait cependant pas d’une eau physique (qui, comme il l’a expliqué, n’ étanche la soif que temporairement) mais d’un changement de cœur, un changement venant de l’intérieur.

Les prophètes du Zabur ont prophétisé que cette Alliance d’un cœur nouveau allait venir. Isa al Masih (PSL) lui offrit cette nouvelle alliance d’un cœur transformé qui allait jaillir jusque dans la vie éternelle.

 Croire – Confesser en vérité

Cette offre d »eau vive’ affola la femme. Lorsqu’ Isa lui dit d’aller chercher son mari, il l’obligea consciemment à reconnaître et admettre ses péchés – afin de les confesser. Ceci est quelque chose que nous évitons à tout prix! Nous préférons dissimuler nos péchés. Ou alors, nous trouvons des excuses pour justifier nos péchés.

Adam et Eve ont fait ceci dans le Jardin d’Eden et aujourd’hui encore nous préférons nous cacher ou trouver des excuses pour justifier nos péchés. Pourtant, si nous voulons expérimenter la miséricorde de Dieu qui conduit à la vie éternelle, nous devons être honnêtes et admettre nos pêchés car l’Injil promet que:

 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.(1 Jean 1:9)

Pour cette raison, le prophète Isa al Masih (PSL) dit à la samaritaine que

Dieu est Esprit et que ces adorateurs doivent l’adorer en Esprit et en vérité… (Jean 4:24)

Par ‘vérité’, il voulait dire être sincère et honnête par rapport à ce que nous sommes réellement, sans essayer de cacher ou de justifier nos fautes.

La merveilleuse nouvelle est qu’Allah ne se détourne pas mais il ‘cherche’ les adorateurs qui viennent à lui de façon honnête.

Mais c’était trop difficile pour elle d’admettre ses péchés. Une habitude commune de dissimuler notre honte concernant nos péchés est de changer de conversation en entamant une dispute d’ordre religieux.

Le monde actuel est rempli de conflits religieux. A cette époque, il avait un désaccord entre les samaritains et les juifs concernant le bon endroit pour adorer Dieu. Les juifs disaient que l’adoration devait se faire à Jérusalem et les samaritains soutenaient qu’elle devait avoir lieu sur une montagne au Nord qui s’appelait Mont Gerizim. En tournant la conversation vers cette dispute religieuse, elle espérait faire oublier le sujet concernant ses péchés. Elle pouvait désormais se cacher derrière ce différend religieux.

Ne sommes-nous pas naturellement enclin à faire la même chose – surtout si nous avons des croyances religieuses? Ainsi nous pouvons juger combien les autres ont tort et combien nous avons raison, ignorant ainsi la nécessité de confesser nos péchés.

Le prophète Isa al Masih (PSL) n’a pas entamé ce genre de dispute avec elle. Il insista en disant que ce qui importait n’etait pas tant l’endroit ou l’on adorait mais plutôt l’honnêté avec laquelle on adorait. Cette femme pouvait se présenter devant Allah n’importe où (puisqu’Il est Esprit), mais elle devait d’abord être honnête avec elle même si elle voulait recevoir l' »eau vive ».

Elle avait désormais une importante décision à prendre. Elle aurait très bien pu continuer à se cacher derrière un différend religieux ou alors simplement choisir de s’en aller. Pourtant elle a finalement choisie d’admettre ses péchés, de les confesser, tant et si bien qu’elle retourna au village pour raconter aux autres que ce prophète la connaissait et pouvait dire ce qu’elle avait fait. Elle n’avait plus à se cacher. En faisant ceci, elle devint « croyante ». Elle était croyante avant, comme beaucoup d’entre nous, mais à partir de ce moment là, elle, et de nombreux autres dans son village – devinrent  » croyants ».

On ne devient pas croyant simplement en affirmant mentalement l’authenticité d’un enseignement – bien que ceci soit important. C’est aussi le fait de croire que Sa Promesse de miséricorde peut être digne de confiance et par conséquent , il n’y a plus de raison de cacher ses péchés. C’est ce que le Prophète Ibrahim (PSL) a accompli il y a longtemps, pour obtenir la justice, – il a cru en une promesse.

Est-ce que vous cachez ou alors excusez vos péchés? Est ce que vous vous cachez derrière des pratiques religieuses ou des disputes religieuses? Est ce que vous confessez vos péchés? Pourquoi ne pas vous présenter devant Allah notre créateur et en toute confiance confesser vos péchés qui vous procurent de la culpabilité et de la honte?

C’est alors que vous pouvez vous réjouir du fait qu’Il ‘recherche’ votre adoration et qu’il peut vous purifier de toute iniquité. Il est sur que nous devons continuer à étudier l’évangile pour comprendre de quelle façon Il va faire ceci et comment nous devons vivre. Nous voyons d’après cette conversation a quel point la compréhension que cette femme a du prophète Isa (PSL) comme étant le ‘Messie’ (= ‘Christ’ = ‘Masih’) était importante et après que le prophète Isa (PSL) soit resté et ait enseigné pendant deux jours, ils comprirent qu’il était ‘ le Sauveur du monde’.

Peut être nous ne saisissons pas entièrement ce que tout cela signifie. Tout comme le Prophète Yahya (PSL) avait préparé les gens à comprendre, confesser nos péchés va nous préparer à recevoir Sa Miséricorde. Ceci est en effet un pas sur le Droit Chemin.

‘Dieu, ai pitié de moi qui suis pêcheur’.

Isa al Masih enseigne sur … l’entrée au paradis

La sourate Al-Kahf (Sourate 18 – La caverne) déclare que ceux qui accomplissent des « bonnes œuvres » entreront au Paradis:

Ceux qui croient et font de bonnes œuvres auront pour résidence les Jardins du «Firdaws» (Paradis). (Sourate Al-Kahf 18:107)

En fait, la Sourate Al-Jathiyah (Sourate 45 – L’agenouillée) nous répète que ceux qui font de « bonnes actions » seront accueillis dans la miséricorde du Paradis.

Ceux qui ont cru et fait de bonnes œuvres, leur Seigneur les fera entrer dans Sa miséricorde. Voilà le succès évident. (Sourate Al-Jathiyah 45:30)

Espérez-vous entrer au ciel (paradis) un jour? Quelles sont les conditions d’admission? Un jour un ‘enseignant’ Juif interprète compétent dans tous les aspects de la loi sharia du prophète Musa (PSL) pose la question à Isa al Masih (PSL). La réponse d’Isa al Masih (PSL) est inattendue. La conversation nous est rapportée dans l’Injil.  Pour bien comprendre l’effet de la parabole d’Isa sur cet enseignant, il faut savoir que les ‘Samaritains’ étaient méprisés par les Juifs de ce temps-là. Ils les considéraient impurs. Inversement les Samaritains haïssaient les Juifs. L’inimitié et la tension entre Samaritains et Juifs de ce temps-là, seraient comparables à celles d’aujourd’hui entre Israéliens Juifs et Palestiniens, ou entre Sunnites et Shiites.  Puisque leur hostilité était tout aussi férocement politique et religieuse que le conflit entre sunnites et Shiites aujourd’hui, nous pouvons peut-être apprendre quelque chose de cette histoire.

La parabole de la vie éternelle et du bon prochain

25 Un enseignant de la Loi se leva et posa une question à Jésus pour lui tendre un piège. —Maître, lui dit-il, que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle?

26 Jésus lui répondit: —Qu’est-il écrit dans notre Loi?

27 Comment la comprends-tu?     Il lui répondit:     —Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ton énergie et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.

28 —Tu as bien répondu, lui dit Jésus: fais cela, et tu auras la vie.

29 Mais l’enseignant de la Loi, voulant se donner raison, reprit: —Oui, mais qui donc est mon prochain?

30 En réponse, Jésus lui dit: —Il y avait un homme qui descendait de Jérusalem à Jéricho, quand il fut attaqué par des brigands. Ils lui arrachèrent ses vêtements, le rouèrent de coups et s’en allèrent, le laissant à moitié mort.

31 Or il se trouva qu’un prêtre descendait par le même chemin. Il vit le blessé et, s’en écartant, poursuivit sa route.

32 De même aussi un lévite arriva au même endroit, le vit, et, s’en écartant, poursuivit sa route.

33 Mais un Samaritain qui passait par là arriva près de cet homme. En le voyant, il fut pris de pitié.

34 Il s’approcha de lui, soigna ses plaies avec de l’huile et du vin, et les recouvrit de pansements. Puis, le chargeant sur sa propre mule, il l’emmena dans une auberge où il le soigna de son mieux.

35 Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, les remit à l’aubergiste et lui dit: «Prends soin de cet homme, et tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rembourserai moi-même quand je repasserai.»

36 Et Jésus ajouta: —A ton avis, lequel des trois s’est montré le prochain de l’homme qui avait été victime des brigands?

37 —C’est celui qui a eu pitié de lui, lui répondit l’enseignant de la Loi. —Eh bien, va, et agis de même, lui dit Jésus. (Luc 10:25-37)

Quand l’enseignant de la Loi répond ‘Tu aimeras le Seigneur ton Dieu’ et ‘ton prochain comme toi-même’ il cite de la loi sharia de Musa (PSL). Isa dit qu’il a bien répondu mais cela soulève la question de qui est son prochain. Isa al Masih (PSL) raconte alors la parabole du bon prochain.

Dans la parabole on s’attend à ce que les personnes religieuses (le prêtre et le Lévite) aident l’homme qui a été roué de coups, mais ils l’ignorent et l’abandonnent à son sort. La religion n’a pas fait d’eux de bons prochains. A leur place, la personne la plus inattendue, celui qu’on prend pour ennemi – c’est lui qui aide le blessé.

Par cette parabole, Isa al Masih (PSL) ordonne d’«aller, et agir de même». Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, j’ai d’abord pensé avoir mal compris la parabole, ensuite j’étais tenté de l’ignorer et faire semblant de ne l’avoir jamais lue.

Mais réfléchissez à tous les combats, les meurtres, la peine et la misère qui arrivent autour de nous parce que la grande majorité choisissent d’ignorer cet ordre. Si nous vivions comme le Samaritain, nos villes et nos pays seraient en paix plutôt que pleins de querelles. Et nous aurions l’assurance d’entrer au paradis. A l’heure actuelle, très peu ont l’assurance d’avoir la vie éternelle – même s’ils mènent une vie religieuse, comme l’enseignant de la Loi qui parle à Isa (PSL).

Avez-vous l’assurance de la vie éternelle?

Mais est-ce même possible de devenir un Prochain de ce genre? Comment y parvenir? Admettons honnêtement que d’être un Prochain comme Il l’ordonne est une tâche trop difficile.

Nous apercevons ici une lueur d’espoir car lorsque nous voyons que c’est impossible pour nous, c’est alors que nous devenons ‘pauvres en esprit’ – ce qu’Isa al Masih (PSL) enseigne aussi, condition nécessaire pour entrer au ‘Royaume de Dieu ».

Peut-être, au lieu d’ignorer la parabole ou se donner des excuses, il nous incomberait de l’utiliser à bon escient, de s’examiner et reconnaître que c’est impossible pour nous – trop difficile. Puis, dans notre état de faiblesse, nous pouvons demander de l’aide à Allah. Isa al Masih (PSL) le promet dans le Sermon sur la montagne

7—Demandez, et vous recevrez; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira.

Car celui qui demande reçoit; celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe.

Qui de vous donnera un caillou à son fils quand celui-ci lui demande du pain?

10 Ou bien, s’il lui demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent?

11 Si donc, tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père céleste donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent. (Matthieu 7:7-11)

Nous avons l’autorisation du Masih de demander de l’aide – et l’aide nous est promise.  Vous pourriez prier Allah par exemple comme suit :

Allah notre créateur, Tu as envoyé les prophètes pour nous enseigner le droit chemin. Isa al Masih (PSL) enseigne que je dois aimer et aider même ceux qui se considèrent mon ennemi, et que sans le faire je ne peux obtenir la vie éternelle. Mais j’avoue que c’est impossible de le faire. Veuille m’aider et me changer pour que je puisse suivre ce chemin et avoir la vie éternelle. Sois miséricordieux envers moi, qui suis Pécheur.

C’est avec l’encouragement et la permission de Masih que je te prie, O Dieu.

(Ce qui importe ne sont pas les mots exacts – mais que nous confessions nos besoins et demandions sa miséricorde)

L’Injil relate une occasion où Isa al Masih (PSL), lui-même, rencontre un Samaritain. L’histoire de cette rencontre, et ce que nous pouvons en tirer pour devenir plus comme le bon Prochain, sera le sujet de l’article suivant.