Le Coran et l’Histoire : Isa al Masih est-il mort sur la croix ?

Nous nous intéressons à cette question essentielle en détail, en utilisant la disparition de la Pierre noire de la Kaaba (en 318 de l’hégire) pour illustrer ce problème. 

Ceux qui nient qu’Isa al Masih PSL est mort sur le croix font généralement référence au passage Aya An-Nisa (les femmes) 157.

et à cause de leur parole: «Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah»… Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié; mais ce n’était qu’un faux semblant! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l’incertitude: ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l’ont certainement pas tué

,Surah An-Nisa 4:157

Isa al Masih a-t-il été tué ?

Notez que cela ne signifie pas qu’Isa al Masih n’est pas mort. Il est dit que les Juifs « ne l’ont pas tué… » ce qui est différent. L’Injil indique que les Juifs ont arrêté le Prophète et que le Grand Prêtre Caïphe l’a interrogé, mais

28 De chez Caïphe, on amena Jésus au palais du gouverneur. C’était l’aube. Ceux qui l’avaient amené n’entrèrent pas eux-mêmes dans le palais afin de conserver leur pureté rituelle[c] et de pouvoir manger ainsi le repas de la Pâque.

John 18:28

Pilate était le gouverneur romain.  Étant sous l’occupation romaine, les Juifs n’avaient pas l’autorité nécessaire pour exécuter Isa al Masih. Pilate a alors confié le prophète à ses soldats romains.

16 Alors Pilate le leur livra pour qu’il soit crucifié.Ils s’emparèrent donc de Jésus.

John 19:16

C’est donc le gouvernement et les soldats romains qui l’ont crucifié et non les Juifs. L’accusation des disciples du prophète aux dirigeants juifs était :

13 Non, c’est le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob[d], le Dieu de nos ancêtres, qui vient ici de manifester la gloire de son serviteur Jésus – ce Jésus que vous avez livré à Pilate et renié devant lui alors qu’il était décidé de le remettre en liberté.

Acts 3:13

Les Juifs l’ont remis aux Romains et les Romains l’ont crucifié.  Après sa mort sur la croix, son corps a été placé dans une tombe.

41 Non loin de l’endroit où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin dans lequel se trouvait un tombeau neuf où personne n’avait encore été enseveli. 42 Comme c’était, pour les Juifs, le soir de la préparation du sabbat, ils déposèrent Jésus dans cette tombe parce qu’elle était toute proche.

John 19:41-42

An-Nisa (les femmes) 157 affirme que les Juifs n’ont pas crucifié Isa al Masih. C’est exact. Ce sont les Romains qui l’ont fait. 

La sourate Maryam et la mort du prophète

La sourate Maryam clarifie la question de savoir si Isa al Masih est mort ou non.

Et que la paix soit sur moi le jour où je naquis, le jour où je mourrai, et le jour où je serai ressuscité vivant.»Tel est Issa (Jésus), fils de Marie: parole de vérité, dont ils doutent.

Surate Maryam 19:33-34

Ce passage indique clairement qu’Isa al Masih avait prévu et parlé de sa mort prochaine, comme le relate l’Injil.

La théorie selon laquelle « Judas a été tué à la place d’Isa al Masih ».

Cependant, il existe une théorie très répandue selon laquelle Judas aurait été transformé pour ressembler à Isa al Masih. Les Juifs auraient alors arrêté Judas (qui ressemblait à Isa) et les Romains auraient alors crucifié Judas. Enfin Judas aurait été enterré. Selon cette théorie, Isa al Masih serait allé directement au ciel sans mourir. Bien que ni le Coran ni l’Injil ne décrivent nulle part un schéma aussi complexe, cette théorie est largement répandue.  Examinons donc cette hypothèse.

Isa al Masih dans les archives historiques

L’histoire séculaire fait plusieurs fois référence à Isa al Masih et à sa mort. Examinons-en deux. L’historien romain Tacite a fait référence à Isa al Masih lorsqu’il a documenté la façon dont l’empereur romain Néron a persécuté les premiers disciples du prophète en 65 après JC. Tacite a écrit :

« Néron… a puni avec les tortures les plus exquises, les personnes communément appelées chrétiens, qui étaient haïs pour leurs inimitiés. Christus, le fondateur du nom, fut mis à mort par Ponce Pilate, procurateur de la Judée sous le règne de Tibère ; mais la superstition pernicieuse, réprimée pendant un certain temps, éclata à nouveau, non seulement en Judée, d’où provenait la malice, mais aussi dans la ville de Rome ».

Tacitus. Annals XV. 44

Tacitus confirme notamment qu’Isa al Masih était :

1) un personnage historique ;

2) exécuté par Ponce Pilate ;

3) ses disciples ont commencé leur mouvement en Judée (Jérusalem) après la mort du prophète Isa al Masih,

4) En 65 après J.-C. (époque de Néron), ils s’étaient répandus de la Judée à Rome, de sorte que l’empereur romain a senti qu’il devait les arrêter.

Josephus était un chef militaire/historien juif qui écrivait sur l’histoire des Juifs au premier siècle.  Ce faisant, il a couvert la vie d’Isa al Masih avec ces mots :

« À cette époque, il y avait un homme sage… Jésus. … bon, et … vertueux. Et beaucoup de gens parmi les Juifs et les autres nations sont devenus ses disciples. Pilate l’a condamné à être crucifié et à mourir. Et ceux qui étaient devenus ses disciples n’ont pas abandonné sa condition de disciple. Ils racontèrent qu’il leur était apparu trois jours après sa crucifixion et qu’il était vivant ».

Josephus 90 après J.-C. Antiquités xviii. 33

Josephus confirme que :

1) Isa al Masih a existé,

2) Il était un enseignant de sciences religieuses,

3) Pilate, le gouverneur romain, l’a exécuté,

4) Ses disciples ont proclamé publiquement la résurrection d’Isa al Masih peu de temps après. 

Il semble, d’après ces archives historiques, que la mort du prophète ait été un événement connu et incontesté, sa résurrection ayant été proclamée au monde romain par ses disciples.

Contexte historique – tiré de la Bible

Voici comment le livre des actes de la Bible relate ce qui s’est passé lorsque les disciples ont proclamé la résurrection d’Isa al Masih à Jérusalem, au Temple, quelques semaines après sa crucifixion

Pendant qu’ils parlaient ainsi à la foule, survinrent quelques prêtres[a] accompagnés du chef de la police du Temple[b] et des membres du parti des sadducéens : ils étaient irrités de voir les apôtres enseigner le peuple et leur annoncer que, puisque Jésus était ressuscité, les morts ressusciteraient eux aussi[c]. Ils les arrêtèrent donc et, comme il se faisait déjà tard[d], ils les jetèrent en prison jusqu’au lendemain. Cependant, parmi ceux qui avaient entendu leurs paroles, beaucoup crurent, ce qui porta le nombre des croyants à près de cinq mille hommes.

Le lendemain, les chefs des Juifs, les responsables du peuple et les spécialistes de la Loi se réunirent à Jérusalem. Il y avait là, en particulier, Hanne le grand-prêtre[e], Caïphe, Jean[f], Alexandre et tous les membres de la famille du grand-prêtre. Ils firent comparaître Pierre et Jean, les placèrent au milieu de leur assemblée et les interrogèrent : Par quel pouvoir ou au nom de qui avez-vous fait cela ?

Alors Pierre, rempli de l’Esprit Saint, leur répondit :

Dirigeants et responsables de notre peuple ! Nous sommes aujourd’hui interrogés sur le bien que nous avons fait à un infirme et sur la manière dont il a été guéri. 10 Eh bien, sachez-le tous, et que tout le peuple d’Israël le sache : c’est au nom de Jésus-Christ de Nazareth que nous avons agi, de ce Jésus que vous avez crucifié et que Dieu a ressuscité ; c’est grâce à lui que cet homme se tient là, debout, devant vous, en bonne santé. 11 Il est la pierre rejetée par les constructeurs – par vous – et qui est devenue la pierre principale, la pierre d’angle[g]. 12 C’est en lui seul que se trouve le salut. Dans le monde entier, Dieu n’a jamais donné le nom d’aucun autre homme par lequel nous devions être sauvés.

13 Les membres du Grand-Conseil étaient étonnés de voir l’assurance de Pierre et de Jean, car ils se rendaient compte que c’étaient des gens simples et sans instruction ; ils les reconnaissaient pour avoir été avec Jésus. 14 Mais, comme ils voyaient, debout à côté d’eux, l’homme qui avait été guéri, ils ne trouvaient rien à répondre.

Acts 4:1-17 

17 Alors, poussés par la jalousie, le grand-prêtre et tout son entourage, c’est-à-dire ceux qui appartenaient au parti des sadducéens, décidèrent d’intervenir. 18 Ils firent arrêter les apôtres et les firent incarcérer dans la prison publique.

19 Mais, pendant la nuit, un ange du Seigneur vint ouvrir les portes de la prison et, après avoir fait sortir les apôtres, il leur dit : 20 Allez au Temple et là, proclamez au peuple tout le message de la vie nouvelle.

21 Les apôtres obéirent : dès l’aube, ils se rendirent dans la cour du Temple et se mirent à enseigner. De son côté, le grand-prêtre arriva avec son entourage, et ils convoquèrent le Grand-Conseil et toute l’assemblée des responsables du peuple d’Israël. Ils ordonnèrent d’aller chercher les apôtres à la prison et de les amener.

22 Les gardes s’y rendirent, mais ils ne les trouvèrent pas dans le cachot. A leur retour, ils firent leur rapport : 23 Nous avons trouvé la prison soigneusement fermée, les sentinelles étaient à leur poste devant les portes, mais quand nous avons ouvert le cachot, nous n’y avons trouvé personne.

24 Cette nouvelle plongea le chef de la police du Temple et les chefs des prêtres dans une grande perplexité : ils se demandaient ce qui avait bien pu se passer.

25 Là-dessus, quelqu’un vint leur annoncer : Les hommes que vous avez fait mettre en prison se tiennent dans la cour du Temple et ils enseignent le peuple[c].

26 Aussitôt, le chef de la police du Temple s’y rendit avec un détachement de gardes et ils ramenèrent les apôtres, mais avec ménagements, car ils avaient peur de se faire lapider par le peuple. 27 Après les avoir ramenés, ils les introduisirent dans la salle du Grand-Conseil.

Le grand-prêtre leur dit : 28 Nous vous avions formellement interdit d’enseigner au nom de cet homme. Et voilà que vous avez rempli Jérusalem de votre enseignement, et vous voulez nous rendre responsables de la mort de cet homme.

29 Mais Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. 30 Le Dieu de nos ancêtres a ressuscité ce Jésus que vous avez mis à mort en le clouant sur le bois. 31 Et c’est lui que Dieu a élevé pour siéger à sa droite[d], comme Chef suprême et Sauveur, pour accorder à Israël la grâce de changer et de recevoir le pardon de ses péchés. 32 Et nous, nous sommes les témoins de ces événements, avec le Saint-Esprit que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.

33 Ces paroles ne firent qu’exaspérer les membres du Grand-Conseil et ils voulaient faire mourir les apôtres.

34 Mais l’un d’entre eux, un pharisien nommé Gamaliel[e], se leva pour donner son avis. C’était un éminent enseignant de la Loi, estimé de tout le peuple. Il demanda que l’on fasse sortir un instant les apôtres, 35 puis il dit : Israélites, faites bien attention à ce que vous allez faire avec ces hommes. 36 Rappelez-vous : il y a quelque temps, on a vu paraître un certain Theudas qui se donnait pour un personnage important. Il a entraîné quelque quatre cents hommes à sa suite. Or, il a été tué, et tous ceux qui s’étaient ralliés à lui furent dispersés et l’on n’en entendit plus parler. 37 Après lui, à l’époque du recensement, Judas de Galilée a fait son apparition. Lui aussi a attiré à lui bien des gens. Il a péri à son tour et tous ses partisans furent mis en déroute.

38 A présent donc, voici mon avis : Ne vous occupez plus de ces hommes et laissez-les partir. De deux choses l’une : ou bien leur projet et leur œuvre viennent des hommes et, dans ce cas, leur mouvement disparaîtra. 39 Ou bien, il vient de Dieu, et alors, vous ne pourrez pas le détruire. Ne prenez pas le risque de lutter contre Dieu.

Le Conseil se rangea à son avis : 40 ils rappelèrent les apôtres, les firent battre, et leur défendirent de parler au nom de Jésus. Après quoi, ils les relâchèrent.

41 Les apôtres quittèrent la salle du Conseil tout joyeux de ce que Dieu les ait jugés dignes de souffrir l’humiliation pour Jésus. 42 Et chaque jour, dans la cour du Temple ou dans les maisons particulières, ils continuaient à enseigner et à annoncer le Messie Jésus.

Acts 5:17-41

Remarquez comment les dirigeants juifs ont fait de grands efforts pour arrêter la diffusion de leur message.  Comme les gouvernements d’aujourd’hui qui ont peur des nouveaux mouvements, ils ont arrêté, menacé, battu et finalement tué (certains) disciples pour tenter de les stopper.  Ces derniers ont proclamé leur message à Jérusalem, la même ville où, quelques semaines auparavant, une personne ressemblant à Isa al Masih avait été publiquement exécutée et enterrée.  Mais qui a été exécuté ? Le prophète ? Ou Judas qui lui ressemblait ?

Examinons les alternatives et voyons ce qui fait sens.

Le corps d’Isa al Masih et le tombeau

Il n’y a que deux options en ce qui concerne le tombeau. Soit le tombeau était vide, soit il contenait encore un corps qui ressemblait au prophète.  Il n’y a pas d’autres possibilités.

Supposons la théorie selon laquelle Judas ressemblant au prophète a été crucifié à sa place, puis son corps (ressemblant au prophète) a été placé dans le tombeau. Pensez maintenant aux prochains événements dont nous savons qu’ils se sont produits dans l’histoire.  Josèphe, Tacite et les Actes nous disent tous que les disciples ont débuté la diffusion de leurs messages à Jérusalem et que les autorités de cette ville ont pris des mesures fermes pour s’opposer au message des disciples peu après la crucifixion (de Judas qui ressemblait au prophète – puisque nous supposons cette théorie).  Mais cette théorie admet que Judas est resté mort.  Dans cette théorie, le corps est resté dans la tombe.  Les disciples, le gouvernement, Tacite, Josèphe – tout le monde – penseraient à tort que le corps était celui du prophète mais en réalité c’était le corps mort de Judas (qui ressemblait au prophète). 

Cela soulève une question.  Pourquoi les dirigeants romains et juifs de Jérusalem devraient-ils prendre des mesures aussi strictes pour mettre un terme aux histoires de résurrection si ce corps était encore dans la tombe, immédiatement à la suite des messages publics des disciples sur la résurrection du prophète ?  Si le corps de Judas (ressemblant à Isa al Masih) était encore dans la tombe, il aurait été simple pour les autorités de montrer ce corps à tout le monde et de réfuter ainsi les disciples (qui disaient qu’il était ressuscité) sans avoir à les emprisonner, les torturer et finalement les martyriser.  La raison pour laquelle les autorités ne l’ont pas fait est qu’il n’y avait pas de corps à montrer, le tombeau était vide.

La pierre noire, la Kaaba et les mosquées de La Mecque et de Médine en illustration

En 930 de notre ère (318 de l’Hégire), la Pierre noire (al-Ḥajaru al-Aswad) a été volée et retirée de la Kaaba à La Mecque par un groupe chiite opposé aux dirigeants abbassides de l’époque.  Elle a été détenue pendant 23 ans avant d’être restituée à la Kaaba.  La Pierre noire peut disparaître. 

Imaginez une situation comme celle où un groupe proclame publiquement à la foule de la Grande Mosquée de La Mecque (al-Masjid al-Ḥarām) que la Pierre Noire n’est plus dans le secteur oriental de la Kaaba.  Leur message est si convaincant que les pèlerins de la mosquée commencent à croire que la Pierre Noire n’est plus là.  Comment les gardiens des deux saintes mosquées (Khādim al-Ḥaramayn aš-Šarīfayn) pourraient-ils combattre un tel message ?  Si le message était faux et que la Pierre noire était toujours à la Kaaba, la meilleure façon pour les gardiens de stopper ce message serait de montrer publiquement que la Pierre noire était toujours à la Kaaba comme elle l’a été pendant des siècles.  Cette nouvelle information serait alors discréditée instantanément.  La proximité de la Pierre Noire avec la mosquée de La Mecque rend cela possible.  Inversement, si les gardiens ne peuvent pas exposer la Pierre Noire pour réfuter cette idée, alors cette exposition montre qu’elle a réellement disparu comme en 318 de l’ère chrétienne.

Cependant, si ce groupe se trouve à la Mosquée prophétique de Médine (Al-Masjid an-Nabawī) pour annoncer que la Pierre noire a été retirée de la Kaaba de La Mecque (à 450 km), il est plus difficile pour les gardiens des deux saintes mosquées de réfuter leur histoire, car il est plus difficile de montrer aux gens de Médine la Pierre noire qui est si éloignée.

La proximité d’un objet sacré par rapport à la dispute à son sujet rend facile la réfutation ou la vérification des affirmations à son sujet.

Les dirigeants juifs opposés au message de la résurrection ne l’ont pas réfuté avec un corps

Ce principe s’applique au corps de Judas/Isa à Jérusalem.  Le tombeau où se trouvait le corps apparent de Judas (ressemblant à Isa) se trouvait à quelques mètres seulement du Temple où les disciples d’Isa al Masih criaient à la foule que le prophète était ressuscité des morts. Il aurait dû être facile pour les dirigeants juifs de discréditer leur message de résurrection simplement en montrant le corps (ressemblant à Isa) dans le tombeau.  C’est un fait que le message de la résurrection a commencé près de la tombe elle-même, où les preuves pouvaient être vues par tout le monde.  Comme les dirigeants juifs n’ont pas réfuté leur message en montrant un corps, cela voudrait dire qu’il n’y avait pas de corps à montrer.

Des milliers de personnes ont cru au message de la résurrection à Jérusalem

Des milliers de personnes se sont converties pour et ont cru à la résurrection physique d’Isa al Masih à Jérusalem. Si vous aviez été de ceux qui, dans la foule, écoutaient Pierre, vous demandant si son message était vrai, n’auriez-vous pas au moins pris une pause déjeuner pour aller au tombeau et jeter un coup d’œil par vous-même pour voir s’il y avait encore un corps là-bas ?  Si le corps de Judas (ressemblant au prophète Isa al Masih) était encore dans le tombeau, personne n’aurait cru au message des apôtres.  Mais l’histoire rapporte qu’ils ont rallié des milliers de disciples à Jérusalem.  Cela aurait été impossible avec un corps qui ressemblait à celui du prophète encore présent à Jérusalem.  Le corps de Judas restant dans le tombeau conduit à des aberrations. Cela n’a pas de sens.

La théorie du corps de Judas ne peut pas expliquer la tombe vide.  

Le problème avec cette théorie de Judas transformé pour ressembler à Isa al Masih et ensuite crucifié et enterré à sa place, est qu’elle se termine par un tombeau occupé.  Mais le tombeau vide est la seule explication permettant aux disciples de commencer, quelques semaines plus tard, à la Pentecôte, un mouvement basé sur la résurrection du prophète à Jérusalem. 

Il n’y avait que deux options, l’une avec le corps de Judas ressemblant au prophète restant dans le tombeau, et la résurrection d’Isa al Masih avec un tombeau vide.  Puisque le corps restant dans le tombeau mène à des inexactitudes, alors Isa al Masih doit être mort aux mains des Romains et être ressuscité du tombeau comme il est clairement indiqué, nous offrant son don de vie.

Pour approfondir cette question, le chercheur Cumming a passé en revue les interprétations de la littérature sunnite par des clercs et des érudits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *