Le Signe de Lut

Lut (ou Lot dans la al kitab/Bible) était le neveu d’Ibraham. Il avait choisi de vivre dans une ville pleine de méchants. Mais Allah a utilisé cette situation comme des signes prophétiques pour toute les personnes. Mais quels sont les signes? Pour répondre à cela, nous devons porter une attention particulière aux personnes dans ce compte. Cliquez ici pour lire le compte dans les deux, Thora et le Coran.

Dans les comptes de la Thora et le Coran, nous pouvons voir qu’il y a trois groupes de personnes, ainsi que les anges (ou messagers) d’Allah. Laissez-nous penser chacun à son tour.

Les hommes de Sodome.

Les hommes étaient extrêmement pervers. Nous voyons que ces hommes avaient dans l’espoir de violer d’autres hommes (qui étaient vraiment des anges, mais depuis que les hommes de Sodome pensaient qu’ils étaient des hommes, qu’ils avaient l’intention de les violer entre eux). Ce genre de péché était si mauvais, qu’Allah avait déterminé à juger la ville entière. Et le jugement avait été conformé avec le jugement donné à Adam. Au début, Allah avait averti Adam que le jugement pour le péché était la mort. Aucun autre type de punition (battement, emprisonnement, etc.) était suffisant. Allah a dit à Adam

“…mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.” (Genèse 2:17)

De même, la punition pour les péchés des hommes de Sodome était qu’ils avaient aussi à mourir. En fait, toute la ville et tout ceux qui vivent en elle, allait être détruit par le feu du ciel. Ceci est un exemple d’un modèle qui a été expliqué plus tard dans l’Injil:

…le salaire du péché, c’est la mort (Romains 6:23)

Les gendres de Lut

Dans le récit de Noé, Allah avait jugé le monde entier, et compatible avec le signe d’Adam, le jugement était la mort du déluge. Mais la Thora et le Coran nous dit que le monde entier était donc ‘méchant’. Allah a jugé les hommes de Sodome, mais eux aussi, ils étaient perversement méchants. Avec seulement ces comptes, je pourrais être tenté de penser que je suis à l’abri d’Allah, parce que je ne suis pas si méchant. Après tout, je crois en Allah, je fais beaucoup de bonnes choses, et je n’ai jamais commis de tels actes mauvais. Alors suis-je en sécurité? Le signe de Lut avec ses gendres me prévient. Ils ne faisaient pas partie de la bande d’hommes qui tentaient de commettre un viol homosexuel. Toutefois, ils n’ont pas pris sérieusement l’avertissement à venir. En fait, la Thora nous dit qu’ils pensaient que ‘lui (Lut) plaisantait. Est-que leurs destins étaient différents de celui des hommes de la ville? Non! Ils ont subi le même sort. Il n’y avait aucune difference dans les résultats entre les gendres et les hommes méchants de Sodome. Le signe ici, c’est que tout le monde doit prendre ces avertissements sérieusement. Ils ne sont pas seulement pour les gens pervers sexuels.

La femme de Lut

La femme de Lut est un grand signe pour nous. Dans les deux, la Thora et le Coran, elle a également péri avec les autres personnes. Et elle était la femme d’un prophète. Mais sa relation particulière à Lut n’a pas pu la sauver, même si elle n’a pas pratiqué l’homosexualité comme les hommes de Sodome ont fait. Mais les anges les avaient commandé:

‘que personne ne regarde derrière lui même’ al Hud ou

‘ne regarde pas derrière toi’ (Genèse 19:17)

Et la Thora dans Genèse nous dit que ‘La femme de Lot regarda en arrière, et elle devint une statue de sel.’ (Genèse 19:26). Qu’est-ce que cela signifie exactement ‘regarda en arrière’ n’est pas expliqué. Mais évidemment, elle pensait qu’elle ne pouvait ignorer, même une commande en apparence petite de la part d’Allah et a pensé que ce ne serait pas grave. Mais son destin – avec son ‘petit’ péché – était le même que les hommes de Sodome avec leur ‘gros’ péché – la mort. C’est comme un signe important pour moi de m’empêcher de penser que certains ‘petits’ péchés sont exemptés du jugement d’Allah – la femme de Lut est notre signe pour nous avertir contre ses mauvaises pensées.

Lut, Allah et l’Ange Messagers

Comme nous l’avons vu dans le Signe d’Adam, quand Allah a Jugé, il a également fourni la Miséricorde. En ce que Jugement, c’était en leur fournissant des vêtements de peau. Avec Noé, quand Allah a Jugé, il a de nouveau fourni Miséricorde grâce à l’arc. Et une fois encore, nous voyons qu’Allah même dans son Jugement est prudent de donner également la Miséricorde. La Thora décrit:

Et comme il (Lut) tardait, les hommes (les anges qui ressemblaient aux hommes) le saisirent par la main, lui, sa femme et ses deux filles, car l’Éternel voulait l’épargner; ils l’emmenèrent, et le laissèrent hors de la ville. (Genèse 19:16)

Que pouvons-nous en tirer? Comme dans les Signes précédents, la Miséricorde est universelle, mais a été fournie que par un sens – en les guidant hors de la ville. Allah n’a pas, par exemple, fourni la Miséricorde en rendant un abri dans la ville qui pourrait résister au Feu du Ciel. C’était seulement une façon de recevoir la Miséricorde – suivre les anges hors de la ville. Allah n’a pas étendu cette Miséricorde à Lut et à sa famille parce que Lut était parfait. En fait, dans les deux, la Thora et le Coran, nous voyons qu’il était prêt à offrir ses filles aux violeurs – à peine un geste noble. Et puis, la Thora nous dit même que Lut ‘a hésité’. Mais même dans tout cela, Allah à étendu la Miséricorde de le ‘saisir’ et le conduire en dehors. Ceci est un Signe pour nous: Allah prolongera la Miséricorde envers nous, et cela ne dépend pas de notre mérite. Mais nous, comme Lut devant nous, avons besoin de recevoir cette Miséricorde pour qu’elle puisse nous aider. Les gendres ne l’ont pas reçue et ils ne se sont pas profité de ça.

La Thora nous dit dans Genèse qu’Allah a étendu cette Miséricorde à Lut, parce que son oncle, le grand Prophète Ibrahim (PSL) avait intercédé pour lui (voir le passage dans Genèse ici). Et puis, dans la Thora, continue à travers les signes d’Ibrahim, avec la promesse d’Allah que ‘toutes les nations de la terre voudront être bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix’ (Genèse 22:18). Cette promesse doit nous alerter, parce que, peu importe qui nous sommes, quelle langue que nous parlons, quelle religion nous avons, même ou nous vivons, nous pouvons savoir que vous et moi faisons parti de ‘toutes les nations de la terre’. Donc, si l’intercession d’Ibrahim à touché Allah de prolonger sa Miséricorde à Lut, même si il ne le méritait pas, combien de plus les Signes d’Ibrahim étend la Miséricorde pour nous, qui appartient à ‘toutes les nations’? Avec cette pensée en tête, nous continuons notre voyage dans les Prophètes de la Thora en regardant les signes d’Ibrahim.

La science de la critique textuelle pour voir si la Bible est corrompue ou non

« Pourquoi est-ce que j’étudierais la Bible ou al kitab? Elle a été écrite il y a si longtemps; elle est passée par tellement de traductions et de révisions – il est plus que certain qu’avec le temps son message original a été modifié et mal compris. » J’ai entendu des questions et des déclarations comme cela plusieurs fois sur les livres de la Thora, Zabour et l’Injil qui composent al Kitab également appelé la Bible.

Cette question est très importante et est fondée sur ce que nous avons entendu parler de al Kitab / la Bible.  Après tout, ce livre a été écrit il y a plus de deux mille ans. À cette époque, il n’y avait pas d’imprimeries, pas de photocopieurs, ni de maisons d’édition. Les manuscrits originaux étaient tous copiés à la main de génération en génération pendant que des langues disparaissaient et que d’autres faisaient leur apparition, pendant que des empires s’effondraient et que d’autres puissances s’élevaient. Puisque les originaux ont disparu depuis longtemps, comment pouvons-nous savoir si ce que nous lisons aujourd’hui dans la Bible/al kitab est conforme à ce qui a été écrit initialement par les auteurs? En dehors de la religion, y at-il des raisons scientifiques ou rationnelle pour savoir si ce que nous lisons aujourd’hui est corrompu ou non?

Beaucoup de ceux qui demandent ces questions ce ne réalisent pas qu’il est une discipline scientifique, connue sous le nom critique textuelle, par lequel nous pouvons répondre à ces questions. Cet article vous donnera les deux principes essentiels utilisés dans la critique textuelle et ensuite les appliquer à la Bible (aussi al kitab). Pour ce faire, nous commençons par cette figure qui illustre le processus par lequel une écriture ancienne est au fil du temps afin que nous puissions le lire aujourd’hui.

Principe n ° 1 dans la critique textuelle

Exemple des différentes étapes avec un document ancien

Le schéma sur la gauche démontre comment certains écrits sont conservés. Ce graphique simplifié nous donne l’exemple d’un document ancien écrit en 500 av. J.-C. La copie originale n’est toutefois pas conservée indéfiniment : elle doit donc être recopiée avant qu’elle ne se détériore ou ne soit perdue ou détruite (1re copie). Des professionnels, appelés scribes, faisaient la transcription. Au fil des ans, des copies étaient faites de la copie (2e et 3e copies). À un certain moment, une copie est con-servée, devenant une copie existante encore au-jourd’hui (3e copie). Dans l’exemple du graphique précédent, la copie encore existante aujourd’hui a été faite en 500 apr. J.-C. Ceci veut dire que nous ne connaissons l’état de ce document qu’à partir de 500 apr. J.-C. En conséquence, la période entre 500 av. J.-C. et 500 apr. J.-C. (représenté par un « X » dans le schéma) est une période où nous ne pouvons pas vérifier les copies puisque tous les manuscrits de cette période ont disparu.

Par exemple, si des erreurs de transcription ont été faites (intentionnellement ou non) quand la 2e copie a été faite de la 1re, nous serions incapables de le savoir puisque nous ne pouvons pas les comparer. Cette période de temps (la période « X ») antérieure aux copies existantes en est donc une d’incertitude quant aux textes. Par conséquent, nous pouvons donc formuler le principe suivant : plus la période de temps «X» est courte plus nous pouvons être confiants de l’exactitude de la copie conservée puisque cette période d’incertitude est réduite.

Principe n ° 2 dans la critique textuelle

Bien entendu, nous avons habituellement plus d’une copie existante encore de nos jours. Supposons que nous ayons deux de ces copies et que dans la même section de chacune d’elle nous retrouvions la traduction de la phrase suivante :

variant readings 2 mauscripts

Avec peu de manuscrits il est plus difficile de détecter les erreurs de copie

L’auteur écrivait soit à propos d’un beau lapin ou d’un beau sapin. Un manuscrit contient donc une erreur de transcription, mais lequel des deux? Selon ce que nous possédons, il est très difficile de le déterminer.

Supposons maintenant que nous ayons deux autres manuscrits de la même œuvre, comme le montre l’illustration suivante :

variant readings with 4 manuscripts

Avec plus de manuscrits, il est plus facile de détecter les erreurs de copie

Il est maintenant plus facile de déduire lequel des manuscrits contient l’erreur. Il est plus probable que l’erreur se soit produite une fois plutôt que trois. Il est fort probable que ce soit le manuscrit no 2 qui contienne l’erreur, et que l’auteur décrivait un beau lapin et non un beau sapin. Cet exemple fort simple illustre un 2e principe que nous pouvons appliquer pour vérifier l’intégrité d’un manuscrit – plus il y a de manuscrits disponibles, plus il est facile de déceler et de corriger les erreurs et d’établir le contenu de la copie originale.

Nous avons maintenant deux indicateurs que nous pouvons utiliser pour déterminer la fiabilité textuelle de la Bible/al kitab :

  1. Établir le nombre d’années séparant le document original et le plus ancien manuscrit existant,
  2. Compter le nombre de copies existantes.

Les manuscrits acceptés: grecque et romaine

Puisque ces principes s’appliquent aussi bien à n’importe quel document ancien, nous pouvons aller de l’avant et les appliquer non seulement à la Bible, mais également à d’autres œuvres anciennes, comme l’illustre le tableau suivant :

ancient classical authors

Liste des auteurs bien connus à partir Empires romains et grecs
de McDowell, J. Evidence That Demands a Verdict. 1979, p. 42-48

Ces auteurs représentent les principaux écrivains classiques de l’Antiquité – leurs écrits ont influencé le développement de la civilisation occidentale. Les copies conservées nous fournissent en moyenne de 10 à 100 manuscrits, environ 1000 ans après la rédaction de l’original.

Les manuscrits de la Bible/al Kitab

Le tableau suivant compare les écrits bibliques (en particulier le Nouveau Testament/Injil) selon les mêmes points d’intérêts :

Ancient BIble manuscripts

Une liste de quelques-uns des manuscrits bibliques anciens
de McDowell, J. Evidence That Demands a Verdict. 1979, p. 42-48

La quantité de manuscrits du Nouveau Testament (Injil) est tellement élevée qu’il est impossible de les énumérer tous dans un tableau. Comme le déclare un érudit qui a passé des années à étudier le sujet :

« Nous avons plus de 24 000 copies de portions du Nouveau Testament (Injil) conservées à ce jour […] ce qui dépasse de beaucoup en nombre tout autre document ancien en plus d’être attestées. En comparaison, l’Iliade de Homère arrive au deuxième rang avec 643 manuscrits toujours existants. »  McDowell, J. Evidence That Demands a Verdict. 1979, p. 40

Un savant du British Museum le confirme :

« Les érudits sont convaincus qu’ils possèdent essentiellement les vrais textes des principaux auteurs grecs et romains…pourtant notre connaissance de leurs écrits dépend d’une poignée de manuscrits, tandis que les manuscrits du Nouveau Testament (injil) se comptent par… milliers. » Kenyon, F.G. (ex-directeur du British Museum) Our Bible and the Ancient Manuscripts. 1941, p. 23

Je possède un livre des premiers documents du Nouveau Testament. Il commence avec,

Ce livre fournit des transcriptions de 69 manuscrits du Nouveau Testament les plus tôt …daté d’à partir du début du 2ème siècle jusqu’au début du 4ème … (100-300 après JC) et ils contiennent 2/3 du texte du Nouveau Testament

En d’autres termes, beaucoup de ces manuscrits existants sont très tôt, seulement une centaine d’années après les écrits originaux du Nouveau Testament. Ces manuscrits venir plus tôt que l’arrivée au pouvoir de Constantin et l’église romaine. Et ils sont répartis dans le monde méditerranéen. Si quelques-uns d’une région ont été corrompus, nous verrions la différence en le comparant avec des manuscrits provenant d’autres régions. Mais ils sont les mêmes.

Quelles conclusions pouvons-nous tirer de ceci? Au moins dans ce que nous pouvons objectivement mesurer en temps (selon les mss existants et la durée de temps entre l’original et les plus vieux manuscrits) les preuves appuyant le Nouveau Testament surpassent n’importe quelle oeuvre classique de l’Antiquité. Le verdict vers lequel pointe l’évidence est le mieux résumé dans la citation suivante :

« Le scepticisme à l’égard des textes que nous avons du N.T. fait sombrer tous les classiques dans l’obscurité, car aucun autre document de l’Antiquité est authentifié bibliographiquement autant que ne l’est le Nouveau Testament. »  Montgomery, History and Christianity. 1971, p. 29

Autrement dit, pour être logique, si nous décidons de douter de la fiabilité de la conservation de la Bible (al kitab), il vaut mieux rejeter également tout ce que nous savons de l’histoire classique en général – aucun historien averti ne l’a fait. Nous savons que les époques, les langues et les empires se sont succédées à travers les ans, mais les textes bibliques eux n’ont pas été modifiés puisque les plus vieux mss que nous possédons sont antérieurs à ces événements. Par exemple, nous savons qu’aucun moine un peu trop zélé du Moyen Âge ne peut avoir ajouté aux miracles attribués à Jésus dans les écrits bibliques puisque tous les manuscrits précédant cette période les contenaient déjà. Et pour les mêmes raisons, nous savons qu’aucun pape ou l’empereur romain Constantin a changé la Bible, puisque nous avons des manuscrits qui sont antérieures à Constantin et les papes et tous ces anciens manuscrits contiennent les mêmes comptes.

Ceci est illustré dans la chronologie ci-dessous où les sources manuscrites qui sont utilisés dans la traduction de bibles modernes sont présentés à venir très tôt.

Bibles modernes sont traduits à partir des premiers manuscrits existants, beaucoup de 100 à 300 ans après JC. Ces manuscrits de sources viennent bien avant Constantin ou d'autres pouvoirs politico-religieux

Bibles modernes sont traduits à partir des premiers manuscrits existants, beaucoup de 100 à 300 ans après JC. Ces manuscrits de sources viennent bien avant Constantin ou d’autres pouvoirs politico-religieux

Ces manuscrits anciens de la Bible ont été écrits en grec ou en hébreu. Aujourd’hui, la plupart d’entre nous lisent la Bible en français ou en anglais. Y at-il des erreurs de traduction? Cette question est repris dans mon article sur les nombreuses versions de la Bible. J’espère que vous aussi prendre le temps de lire les «signes de la Taurat et le Coran» sur ce site. Ce sont les mêmes histoires et les messages des prophètes qui se trouvent dans les anciens manuscrits de la Bible dont nous avons parlé dans cet article.

Si vous comprenez l’anglais, j’ai des vidéos de conférences que j’ai faites à ce sujet sur ​​les universités au Canada. La première porte sur le Nouveau Testament (Injil) et le second est sur le point de l’Ancien Testament (Thora et Zabur).