L’Injil a t-elle été corrompue par l’apôtre Paul ou d’autres auteurs de la bible?

Ceci est une très bonne question. Le risque cependant est de se la poser en ayant déjà à l’esprit une réponse superficielle.“ Bien sûr que l’Injil a été corrompue par Paul ou un des autres auteurs de la bible (al Kitab)”, peut-on répondre hâtivement sans vraiment trop y réfléchir, simplement par ce que c’est ce que l’on a entendu dire. Ou alors on peut penser “Bien sur que non! Quelle drôle d’idée” et là encore sans vraiment savoir pourquoi si ce n’est que c’est ce que l’on nous a enseigné. Ceci est le risque pour tout ceux qui s’interrogent sur les Livres Sacrés. Soit on rejette leur caractère sacré sans y réfléchir – parce que l’on nous a enseigné à penser qu’il n’y a pas vraiment de livres sacrés – ou alors on rejette la question d’emblée parce que, encore une fois, elle n’est pas en phase avec ce que l’on a appris.

Autres sources que Paul à l’origine de l’écriture du Nouveau Testament

Gardant ces considérations à l’esprit, je souhaite partager mon opinion et mon raisonnement sur ce sujet. Considérons d’abord les auteurs autres que Paul. Ces auteurs furent les disciples d’ Isa (PSL), ses compagnons. C’était ceux qui le suivaient, l’écoutaient, discutaient de ce qu’il faisait et ce dont il parlait à la fois en privé et en public. Certains d’entre eux, tels que Jean, Mathieu et Pierre faisaient parti des 12 plus proches d’Isa. Ils écrivirent huit des livres du Nouveau Testament. D’autres, tel que Marc, faisaient parti d’un autre groupe de proches sympathisants d’Isa (PSL). Les autres auteurs (en dehors de Paul) étaient les frères d’Isa (PSL) – Jacques et Jude. Ils grandirent avec Isa (PSL) et après la passage d’Isa (PSL), Jacques devint le leader des disciples à Jérusalem. Il est d’ailleurs fait mention de Jacques dans les textes historiques juifs du 1er siècle après J.C. Durant ce siècle, un grand historien militaire, du nom de Flavius Josèphe, écrivit plusieurs livres d’histoire pour les Empereurs romains de l’époque. Dans un de ces livres, relatant les événements se déroulant à Jérusalem en l’an 62 ap. J.C (32 ans après la passage d’Isa), il décrivit comment Jacques, le frère d’Isa, fut martyrisé par les juifs, ses concitoyens. Voici la façon dont il relate les faits:

« Anan (le haut prêtre) était impulsif. Proches des Saducéens, qui étaient impitoyables lorsqu’ils se trouvaient à juger lors d’une accusation, Anan pensait que Festus, étant mort et Albinus étant toujours en chemin il aurait l’opportunité d’exercer son autorité. Convoquant les juges du Sanhedrin (le conseil juif en place) il leur amena un homme nommé Jacques, le frère de Jésus qui était Il les accusa d’avoir transgressé la loi, et les condamna à être lapidé. » Flavius Josèphe. 93 AD. Antiquités xx 197.

Comme l’explique Flavius Josèphe, Anan, venait juste d’être nommé haut prêtre à Jérusalem en 62 AD. Il régnait à ce moment là une agitation politique. Anan profita de cette opportunité pour condamner Jacques à mort. Trente ans auparavant, son père (qui s’appelait également Anan) avait condamné Isa à mort (PSL) et Anan, le fils, saisi l’opportunité pour faire de même avec Jacques. Ainsi, Jacques devint une cible du fait de son rôle de leader à Jérusalem avec les disciples d’Isa al Masih son frère (PSL), à Jérusalem.

Que dit le Coran à propos des disciples d’Isa (PSL)?

Il s’agit donc là ces hommes qui écrivirent les livres du Nouveau Testament – autres que les livres de Paul. Afin de juger si oui ou non ils corrompirent l’Injil nous pouvons tout d’abord examiner ce que dit le Coran. J’ai trouvé l’ayat suivant:

Puis, quand Jésus ressentit de l’incrédulité de leur part, il dit: ‹Qui sont mes alliés dans la voie d’Allah?› Les apòtres dirent: ‹Nous sommes les alliés d’Allah. Nous croyons en Allah. Et sois témoin que nous Lui sommes soumis.  Seigneur! Nous avons cru à ce que Tu as fait descendre et suivi le messager. Inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent›.(Surah 3: 52-53 al-Imran)

Et quand J’ai révélé aux Apòtres ceci: ‹Croyez en Moi et Mon messager (Jésus)›. Ils dirent: ‹Nous croyons; et atteste que nous sommes entièrement soumis›.(Surah 5:111 – al Maidah)

Ces ayat nous disent de façon simple que les disciples d’Isa (Jésus – PSL) étaient a) les aides d’Isa b) Les aides d’Alla, c) et étaient inspirés par Allah à avoir foi en Isa (PSL). Les disciples, dont il s’agit ici dans le Coran, ne sont nul autres que Mathieu, Pierre et Jean qui ont écrit huit des livres du Nouveau Testament, deux d’entre eux étant des livres de l’Evangile (Evangiles de Mathieu et de Jean). Quant à Marc, proche également d’Isa mais ne faisant pas parti des 12, il a écrit un des quatre évangiles. Il semblerait que si l’on croit au Coran, alors on devrait également accepter les écrits de ces disciples. Ces auteurs n’aurait absolument pas pu corrompu l’Injil. Lorsque l’on étudie les évangiles, les textes des disciples se trouvent confirmés par le Coran. Paul n’a pas écrit de récit évangélique, mais plutôt des lettres sacrées.

Au Canada où j’habite actuellement, peu de personnes reconnaissent le fait qu’il puisse y avoir un livre provenant d’Allah lui même. L’existence de la bible ou du coran ne signifie pas qu’ils en acceptent le contenu. Ils préfèrent en fait des sources historiques séculières parce que, à leurs yeux, elles sont plus objectives. Mais, nous avons pu voir dans les textes de l’historien Flavius Josèphe référencé ci-dessus qu’il y a des fondements solides permettant d’accepter les textes de Jacques et par extension, ceux de son autre frère Jude. Qu’elles soient de sources séculières ou coranique, il existe des raisons logiques d’accepter les livres du nouveau testament dont Paul n’est pas l’auteur.

Le Témoignage de Isa (PSL) : La Torah et le Zabour sont les premiers modèles

Qu’en est-il d’Isa (PSL) lui même ? Que voulait-il donner de témoignage que nous devrions accepter? Remarquez d’où qu’il appel à un témoignage inaltérable de lui même et de son message.  Nous voyons ici qu’Isa PSL (qui parle) utilise la Torah (livre de Musa ou Moïse – PSL) pour corriger toute erreur au sein des experts de la loi juive (Sharia).

«En ce qui concerne la résurrection des morts, n’avez-vous pas lu dans le livre de Moïse ce que Dieu lui a dit, dans l’épisode du buisson: Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob?  Dieu n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes complètement dans l’erreur.» Marc 12:26-27

Et ici nous voyons qu’Isa (PSL) se réfère d’abord à la Torah puis au Zabour (les prophètes et les psaumes) pour clarifier son rôle en tant que Messie (ou Masih).

Alors Jésus leur dit: «Hommes sans intelligence, dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes!  Ne fallait-il pas que le Messie souffre ces choses et qu’il entre dans sa gloire?» Puis, en commençant par les écrits de Moïse et continuant par ceux de tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait. Luc 24:25-27

Puis il leur dit: «C’est ce que je vous disais lorsque j’étais encore avec vous: il fallait que s’accomplisse tout ce qui est écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, dans les prophètes et dans les psaumes.» Alors il leur ouvrit l’intelligence afin qu’ils comprennent les Ecritures (Luc 24:44-45)

Et ici encore nous voyons qu’Isa (PSL) se réfère tout d’abord à la Torah (textes de Moïse) pour juger le rôle du Messie (Masih).

En effet, si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, puisqu’il a écrit à mon sujet. Mais si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à mes paroles? (Jean 5:46-47)

Nous voyons d’abord qu’Isa (PSL) fait référence à Moïse (la Torah), puis aux Prophètes et aux Psaumes (le Zabour) pour expliquer le rôle et la mission du Messie (Masih). De la même façon, j’ai choisi d’examiner dans un premier temps la Torah pour initier mon travail de recherche.  Les textes se trouvant dans Signes de Adam, Cain&Abel, Noe, etc.. trouvent leur origine dans la Torah (et le Coran). Isa (PSL) nous encourage à initier notre réflexion par l’étude de la Torah dans laquelle nous apprenons comment les Signes permettent de comprendre les mystères de l’Injil.

A propos de Paul

Et Paul ? Qu’en est-il de ces textes ? Comment devons nous les considérer?  L’étude de la Torah et du Zabour (la connaissance des signes communiqués par Allah), et l’étude des livres des disciples et frères d’ Isa (PSL) nous donne une connaissance suffisante pour discerner si les écrits de Paul contredisent ou confirment ce que nous avons précédemment appris. Sans cette connaissance des textes fondamentaux, il est impossible de savoir réellement si les textes de Paul ont été corrompus ou pas. Afin de maintenir la légitimité de notre recherche nous ne nous référerons pas à Paul parce que ses références sont parfois remis en question.

Quand j’habitais en Algérie, j’étais entouré de personnes qui parlaient arabe et j’entendais la langue tout le temps. Malgré tout, comme je ne connaissais pas la langue arabe, je n’étais pas capable de décider si ce que j’entendais était de l’arabe correct ou pas. Les limites pour estimer la qualité de la langue étaient en moi et non chez les personnes qui parlaient autour de moi. Je n’avais pas assez de connaissance pour juger correctement. Il y a quelques années, j’ai suivi un cours de langue arabe. J’ai entendu un bon nombre de personnes (issues de professions variées) qui m’ont dit que la personne qui donnait ce cours parlait un arabe « correct ». Il avait la réputation d’être un bon enseignant. C’est ainsi qu’en suivant ce cours, que je savais de bonne qualité, j’ai commencé à apprendre un peu d’arabe. Malheureusement, je n’ai pas pu poursuivre le cours. Cependant, si je l’avais fait, j’aurai été un jour en mesure de discerner si l’arabe que j’entendais était un arabe correct ou non.

Nous utilisons exactement le même procédé pour développer une compréhension solide des Signes d’Allah. On commence donc par la Torah, considérée de façon unanime comme étant correct, puis par les écrits des disciples. Ces bases nous permettent de juger si d’autres écrits, tels que ceux de Paul, ont été corrompus ou non. Le risque pour tout ceux qui sont en quête du Droit Chemin est soit d’accepter trop facilement, comme étant une révélation, ce qui devrait être rejeté ou alors de rejeter trop hâtivement les livres qu’Allah a destiné pour notre enrichissement. En procédant de cette façon, dans l’humilité et la prière devant Allah, en lui demandant de nous guider, nous avons l’assurance de ne pas tomber dans l’erreur et ainsi de rester dans le droit chemin.

Le Signe de Noé

Nous continuons notre cheminement en ordre chronologique depuis les origines (Adam/Ève et Caïn/Abel). Le prochain prophète significatif dans la Torah est Noé (PSL), qui vécu 1600 ans après Adam. Plusieurs personnes dans l’occident trouvent l’histoire du prophète Noé (PSL) et celle du déluge difficile à croire. Mais le monde est couvert de roches sédimentaires qui sont formées par la déposition de sédiments lors d’une inondation. Nous détenons donc des évidences physiques d’un déluge. Mais quelle été le signe de Noé (PSL) auquel nous devons porter attention? Veillez cliquer ICI pour lire le récit de Noé (PSL) dans le Coran et la Torah.

Manquer vs. Recevoir la miséricorde

Quand je parle à des occidentaux à propos du jugement d’Allah, la réponse que je reçois ressemble souvent à: Je ne suis pas inquiet de son jugement car Il est miséricordieux et je ne pense pas qu’Il va me juger réellement’’. C’est le récit de Noé (PSL) qui me fait remettre en question ce raisonnement. Oui, Allah est miséricordieux, et puisse qu’il ne change pas c’était vrai aussi au temps de Noé (PSL). Malgré cela, le monde entier (sauf Noé et sa famille) fut détruit par son jugement. Où été sa grâce? Elle été dans l’arche! Nous lisons dans le Coran:

‘’Nous (Allah) le sauvâmes dans l’Arche, lui (Noé PSL) et ceux qui étaient avec lui.’’ (al Araf – surah 7:64)

Allah est miséricordieux, par l’entremise de Noé (PSL), Il a préparé une arche qui été disponible à tous. Toute personne aurait put entrer dans l’arche et recevoir miséricorde et sécurité. Le problème fut que les contemporains de Noé (PSL) n’ont pas cru aux paroles qu’ils entendaient. Ils se sont moqués de Noé (PSL) et n’ont portés aucune attention au message du jugement à venir. Si seulement ils auraient entrés dans l’arche pour être épargnés du jugement.

Le passage dans le Coran nous dit aussi qu’un des fils de Noé (PSL) croyait en Allah et à son jugement prochain. Le fait qu’il a essayé de monter sur une montagne démontre qu’il voulait se sauver du jugement d’Allah (donc il avait bien une foi en Allah et en son jugement). Mais, il y avait un problème. Il n’a pas combiné ses croyances avec sa soumission et a donc choisi de se sauver du jugement par ses propres moyens. Mais son père lui dit :

‘’En ce jour nul n’est à l’abri de l’ordre d’Allah, excepté celui qui serait admis en Sa miséricorde.’’

Ce fils avait besoin de la miséricorde d’Allah et non de ses propre effort pour se sauvé du jugement. Ses efforts à monter la montagne furent futiles. Le résultat finale pour lui fut le même que celui qui arriva à ceux qui se moquaient de Noé (PSL) – la mort par les eaux. Si seulement il avait entré dans l’arche pour se sauver du jugement. Ce passage nous montre que de croire en Allah et en son jugement n’est pas suffisant pour s’en sauver. En fait, c’est seulement en se soumettant à la merci d’Allah, plutôt qu’a nos propres idées, que nous pouvons recevoir sa miséricorde. Ceci est le signe de Noé (PSL) pour nous: l’arche. Il s’agit d’un signe public du jugement d’Allah mais aussi de son moyen de miséricorde. Lors de la construction de l’arche à la vue de tous, elle été un signe clair du jugement d’Allah et de son moyen de miséricorde disponible. Cela nous montre que sa miséricorde est seulement atteignable à travers Sa providence qu’Il a établie. Mais pourquoi Noé (PSL) trouva miséricorde aux yeux d’Allah? La torah répète souvent la phrase:

‘’Et Noé fit tout ce que le SEIGNEUR lui commandait.’’

Je trouve que j’ai tendance à faire ce que je comprends, ce que j’aime ou les choses avec lesquelles je suis en accord. Je suis certain que Noé (PSL) a du avoir plusieurs questions dans sa tête concernant l’avertissement d’Allah d’un déluge ainsi que du commandement de construire une grande arche sur la terre ferme. Je penses qu’il a put penser que puisqu’il été un homme bon dans d’autre aspects de sa vie il n’aurait pas besoin de porter attention au commandement sur la construction de l’arche. Mais il fit tout ce qui lui fut commandé – pas seulement ce que son père lui a dit ou uniquement ce qu’il comprenait, été confortable ou même ce qui faisait du sens à ses yeux. Ceci est une grande leçon dont nous devons tirer exemple.

La porte du salut

La torah nous dit aussi qu’une fois que Noé (PSL), sa famille et les animaux furent entré dans l’arche:

‘’Le Seigneur ferma la porte.’’

C’était Allah qui contrôlait et gérait la porte de l’arche et non Noé (PSL). Quand le jugement arriva avec les eaux, aucune personne qui aurait cognée à la porte n’aurait put se la faire ouvrir par Noé (PSL). Allah contrôlait cette porte. Mais il est aussi vrai que pour ceux qui été à l’intérieur il y avait une paix d’esprit car aucun vent ou aucune vague n’aurait put ouvrir la porte que contrôlait Allah. Ils étaient en sécurité derrière la porte de miséricorde d’Allah. Puisque Allah ne change pas, cela s’applique à nous aujourd’hui. Tous les prophètes avertissent qu’il y aura un autre jugement – par le feu cette fois – mais le signe de Noé (PSL) nous assure que le jugement sera accompagné de grâce. Nous devons garder l’œil ouvert pour le moyen de Sa providence (comme l’arche l’a été) à fin de recevoir miséricorde à travers Sa porte.

Les sacrifices des prophètes

La Torah nous dit aussi que Noé (PSL) :

‘’Bâtit un autel pour le Seigneur; il prit de toutes les bêtes pures et de tous les oiseaux purs, et il offrit des sacrifices sur l’autel.’’ (Genèse 8:20)

Ceci suit le modèle d’animaux sacrifiés d’Adam/Ève et de Caïn/Abel et signifie encore une fois que c’est à travers la mort et le sang de l’animal que les prières du prophète Noé (PSL) furent acceptées à Allah. En fait la torah nous dit que c’est après le sacrifice qu’Allah a ‘’béni Noé et ses fils’’ (Genèse 9:1) et qu’Il ‘’fit une alliance avec Noé’’ (Genèse 9:8) de ne plus juger le monde par une inondation. Il semble donc que le sacrifice, la mort et le versage du sang de l’animal par Noé (PSL) étaient crucial dans son adoration à Allah. À quel point est-ce important? Continuons notre cheminement à travers les prophètes de la torah avec Lot/Lut.

 

Pourquoi il ya tant de différentes versions de la Bible?

Récemment, j’ai été dans une mosquée pour écouter l’enseignement d’un imam. Il a dit quelque chose qui était complètement faux et trompeur. Ce qu’il a dit, je l’ai entendu de nombreuses fois auparavant – de mes bons amis. Et peut-être que vous aussi l’avez aussi entendu et cela a soulevé des questions dans votre esprit. Alors laissez-nous l’envisager.

L’imam a dit qu’il y’a tellement de versions différentes de la Bible (al kitab). Dans la langue française, vous pouvez obtenir (et il les nomma) de la Version Louis Segond, la Version Français Courant, la Version Tob, la version Semeur et ainsi de suite. Ensuite, l’imam a dit que puisqu’il y’a tellement de versions différentes, ce qui montre que la Bible (al kitab) a été corrompue, ou du moins nous ne pouvons pas connaître la «vraie» Bible. Oui en effet il y’a ces versions différentes – mais cela n’a rien à voir avec la corruption de la Bible ou que ces Bibles sont réellement des Bibles différentes. En fait, il n’y a qu’une seule Bible (al kitab).

Quand on parle, par exemple, la version Français Courant, nous parlons d’une certaine traduction de l’original grec (Injil) et l’hébreu (Thora et Zabour) en Français. La  Version Semeur est une autre traduction en anglais, mais du même texte grec et l’hébreu.

La même situation existe avec le Coran. J’ai l’habitude d’utiliser la traduction Tariq Ramadan, mais j’ai aussi parfois utilisé la traduction Denise Masson. Denise Masson traduit de l’arabe le même Coran que Tariq Ramadan a utilisé, mais son choix de mots en Français dans sa traduction n’est pas toujours le même. Ainsi, ce sont là des traductions différentes. Mais personne – ni un chrétien, un Juif, ou même un athée ne peut dire parce qu’il y’a deux différentes traductions du Coran en Français (Tariq Ramadan et Denise Masson) que cela montre qu’il existe des corans «différentes» ou que le Coran est corrompu. De la même façon, il y’a un texte grec de l’Evangile (voir ici) et il y’a un texte hébreu de la Thora et Zabour (voir ici). Mais la plupart des gens ne peuvent pas lire dans ces langues originales, pour cela diverses traductions sont disponibles en Français (et autres langues) afin de leur permettre de comprendre le message dans leur langue maternelle.

Puisque tant de gens aujourd’hui peuvent lire le Français comme langue maternelle, il y a différentes versions – traductions – de sorte qu’ils peuvent mieux comprendre le sens de ces écritures. Mais qu’en est-il des erreurs liées à la traduction? Est-ce que le fait qu’il existe différentes traductions montre qu’il est impossible de traduire exactement ce que les auteurs originaux ont écrit? En raison de la vaste littérature classique écrit en grec, il est devenu possible de traduire précisément les pensées originales et les paroles des auteurs originaux. En fait, les différentes versions modernes montrent cela. Par exemple, voici un verset du Nouveau Testament, tirée de 1 Timothée 2:5, dans le grec original.

εις γαρ θεος εις και μεσιτης θεου και ανθρωπων χριστος ανθρωπος ιησους (1 Timothée 2:5)

Voici quelques traductions populaires de ce verset.

Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, Version Louis Segond

En effet, il y a un seul Dieu, et de même aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, un homme : Jésus-Christ. Version Semeur

En effet, il y a un seul Dieu. Il y a aussi un seul intermédiaire entre Dieu et les êtres humains : c’est un être humain, le Christ Jésus, Version Parole de Vie

Comme vous pouvez le voir par vous-même ces versets sont très proches dans leur traduction – différant seulement en quelques mots. Ils disent exactement la même chose avec l’usage des mots légèrement différents. C’est parce qu’il n’y a qu’une seule Bible (al kitab) et par conséquent, les traductions de cette même Bible  seront très similaire. Il n’y a pas de «différentes» Bibles. Comme je l’ai écrit au début, il est complètement faux pour quiconque de dire que parce qu’il y a différentes versions cela signifie qu’il y a plusieurs Bibles différentes.

Je vous exhorte toute personne à choisir une version de la Bible (al kitab) dans sa propre langue maternelle pour lire. Cela vaut bien la peine.

En quelles langues les livres de la Bible ont-ils été écrits?

Le mot «Bible» signifie littéralement ‘Livres’. Nous le voyons aujourd’hui comme un livre et nous nous référons souvent à elle comme «un livre». C’est pourquoi le Coran l’appelle «Al Kitab». Mais c’est vraiment une collection de livres écrits par plus de 40 prophètes qui ont vécu sur une période de temps de plus de 1600 ans. Ces prophètes avaient des responsabilités très différentes. Daniel (dont la tombe se trouve dans l’Iran moderne) était un premier ministre dans les empires de Babylone (Iraq) et de Perse (Iran). Néhémie était un préposé de l’empereur perse Artaxerxès. Ezéchiel était prêtre. Dawoud (David) était roi de l’ancien Israël, comme son fils Salomon (Suleiman), et ainsi de suite. Ainsi, vous pouvez vraiment penser à la Bible (al kitab) comme à une bibliothèque réunie en un seul volume, qui comprend 66 livres.

Pour nous aider à mieux «voir» les prophètes et leurs livres au travers de l’histoire, j’en ai placé quelques-uns (pas tous, faute de place) dans une chronologie historique. Ce qui en ressort, c’est la très longue période d’histoire humaine couverte par cette chronologie. Les intervalles (ou unités) de temps dans ce calendrier marquent les siècles (centaines d’années)! Les barres vertes horizontales indiquent la durée de vie de ces prophètes. Vous pouvez voir qu’Ibrahim (Abraham) et Moussa (Moïse) ont vécu de nombreuses années!

Prophètes de la Bible (al kitab) dans la ligne du temps – Quand ces prophètes ont vécu dans l’histoire humaine

Parce que ces prophètes ont vécu à des époques différentes, dans des pays (ou empires) différents et dans des conditions sociales différentes (certains étaient proches des dirigeants, d’autres des paysans) les langue utilisées varient. La Thora (livres de Moïse / Moussa – PSL) a été initialement écrite en hébreu. Les livres de David / Dawoud (PSL) et de Salomon / (Suleiman) (PSL) dans le Zabour ont aussi été écrits en hébreu. D’autres livres dans le Zabur (parties de Daniel et de Néhémie – PSL) ont été initialement écrits en araméen. Le prophète Isa al Masih (PSL) aurait parlé l’araméen et peut-être l’hébreu. Les livres de l’Injil (pas représentés dans cette chronologie) ont été écrits à l’origine en grec.

Ce qui est intéressant pour nous c’est que ces langues originales ont été conservées, sont accessibles et même utilisées jusqu’à aujourd’hui. Il est vrai que ces langues ne sont pas utilisées par les Occidentaux et qu’elles ne reçoivent pas l’attention qu’a, par exemple, l’anglais. Vous pouvez voir en ligne la Thora en hébreu en cliquant ici. Vous noterez qu’elle se lit de droite à gauche comme l’arabe. Vous pouvez voir et entendre une prière d’Isa en araméen original en cliquant ici. Vous pouvez aussi voir l’original grec des livres de l’Evangile en cliquant ici. En fait, c’est à partir de ces originaux que les savants traduisent les livres de la Bible (al kitab) en langues modernes comme l’anglais, le français, le thaï, etc, de la même façon que les chercheurs traduisent le Coran de l’arabe dans de nombreuses langues actuelles.