Comment devrais-je jeûner?

Quand vient le Ramadan et qu’il est temps de jeûner, je discute avec des amis sur la façon de jeûner. Par exemple, si le Ramadan arrive dans la période de mai à juillet et que nous vivions dans un pays nordique avec presque 18 ou plus d’heures entre le lever et le coucher du soleil, on se pose la question de savoir s’il est possible d’utiliser d’autres barèmes de temps, par exemple le lever et le coucher du soleil à La Mecque. Pour répondre à cette question et à d’autres en recherchant ce qui est permis et ce qui ne l’est pas dans des situations complexes, mes amis suivent différentes règles promulguées par différents savants.

Aussi importantes que puissent être ces discussions, nous oublions presque toujours la question aussi importante qui est de savoir comment nous devrions vivre afin que notre jeûne plaise à Allah. Les prophètes avaient beaucoup de choses à dire sur ce sujet et leur message sur comment vivre et jeûner est aussi important pour nous maintenant qu’il l’était de leur vivant.

Le prophète Esaïe (PSL) a vécu à une époque (voir le ligne de temps) où les croyants pratiquaient leurs obligations religieuses telles que la prière et le jeûne de façon stricte,

Chronologie historique du prophète Esaïe (PSL) avec d’autres prophètes du Zabour

Chronologie historique du prophète Esaïe (PSL) avec d’autres prophètes du Zabour

et étaient donc religieux, mais ce fut aussi un temps de grande corruption (voir l’article d’introduction au Zabur comme survol de cette période). Il y avait beaucoup de corruption, de disputes et de querelles parmi le peuple. Cela ressemble à aujourd’hui, n’est-ce pas? Ainsi ce message est important pour nous.

Le vrai jeûne

58 Crie à pleine voix sans te retenir,

fais retentir ta voix comme une trompette

et révèle à mon peuple sa révolte,

à la famille de Jacob ses péchés!

C’est moi que, jour après jour, ils consultent:

ils veulent connaître mes voies.

Comme une nation qui aurait pratiqué la justice

et n’aurait pas abandonné le droit institué par son Dieu,

ils me réclament des jugements conformes à la justice,

ils désirent se rapprocher de Dieu.

«A quoi nous sert-il de jeûner, si tu ne le vois pas,

de nous humilier, si tu n’y fais pas attention?»

C’est que, le jour où vous jeûnez, vous accomplissez vos propres désirs

et traitez durement tous vos ouvriers.

Votre jeûne débouche sur des procès et des disputes,

sur de méchants coups de poing.

Vous ne jeûnez pas, comme vous le faites aujourd’hui,

de manière à faire entendre votre voix là-haut.

Est-ce un jeûne de ce genre que je préconise,

un jour où l’homme s’humilie?

S’agit-il de courber la tête comme un roseau?

Faut-il se coucher sur le sac et la cendre?

Est-ce cela que tu appelles un jeûne,

un jour agréable à l’Eternel?

Voici le genre de jeûne que je préconise:

détacher les chaînes dues à la méchanceté,

dénouer les liens de l’esclavage,

renvoyer libres ceux qu’on maltraite.

Mettez fin aux contraintes de toute sorte!

Partage ton pain avec celui qui a faim

et fais entrer chez toi les pauvres sans foyer!

Quand tu vois un homme nu, couvre-le!

Ne cherche pas à éviter celui qui est fait de la même chair que toi!

Alors ta lumière jaillira comme l’aurore

et ta restauration progressera rapidement,

ta justice marchera devant toi

et la gloire de l’Eternel sera ton arrière-garde.

Alors tu appelleras et l’Eternel répondra,

tu crieras et il dira: «Me voici!»

Oui, si tu éloignes du milieu de toi la contrainte,

les gestes menaçants et les paroles mauvaises,

10 si tu partages tes propres ressources avec celui qui a faim,

si tu réponds aux besoins de l’opprimé,

ta lumière surgira au milieu des ténèbres

et ton obscurité sera pareille à la clarté de midi.

11 L’Eternel sera constamment ton guide,

il répondra à tes besoins dans les endroits arides

et il redonnera des forces à tes membres.

Tu seras pareil à un jardin bien arrosé,

à une source dont l’eau n’arrête jamais de couler.

12 Grâce à toi, on reconstruira sur d’anciennes ruines,

tu relèveras des fondations vieilles de plusieurs générations.

On t’appellera réparateur de brèches,

restaurateur de sentiers fréquentés. (Ésaïe 58:1-12)

Le peuple de cette époque n’a pas prêté attention à ce message et à d’autres qui les avertissaient de jugement s’ils ne se repentaient pas (voir ici ce que le prophète Yahya PSL a enseigné sur la repentance). Ils ont été jugés et comme le prophète Musa (PSL) avait dit dans la Thora (ici), le jugement est un signe et une mise en garde pour nous.

Nous avons tous à décider si nous allons obéir à ce message et nous repentir sur notre façon de vivre et de nous comporter les uns envers les autres. Mais il ne servira à rien de jeûner selon n’importe quelles règles que nous choisirions et manquer de plaire à Allah en vivant d’une manière qui lui déplaise.

Le prophete Yahya (PSL) souffre le vrai martyre

Le mot ‘martyre’ s’utilise beaucoup de nos jours. Je l’entends lors d’un meurtre dans une des nombreuses guerres ou dans un conflit sectaire entre combattants qui s’entretuent. D’habitude le parti de la victime le nomme ‘martyr’ (et peut-être le parti opposant kafir).

Mais est-ce une appellation correcte? L’injil rapporte le martyre du prophète Yahya (PSL) pendant le ministère d’Isa al Masih (PSL) et il nous donne un très bon exemple pour mieux comprendre le mot ‘martyr’. Voici le récit :

En ce temps-là, Hérode le tétrarque, ayant entendu parler de Jésus, dit à ses serviteurs: C’est Jean-Baptiste! 2 Il est ressuscité des morts, et c’est pour cela qu’il se fait par lui des miracles.

3 Car Hérode, qui avait fait arrêter Jean, l’avait lié et mis en prison, à cause d’Hérodias, femme de Philippe, son frère, 4 parce que Jean lui disait: Il ne t’est pas permis de l’avoir pour femme. 5 Il voulait le faire mourir, mais il craignait la foule, parce qu’elle regardait Jean comme un prophète.

6 Or, lorsqu’on célébra l’anniversaire de la naissance d’Hérode, la fille d’Hérodias dansa au milieu des convives, et plut à Hérode, 7 de sorte qu’il promit avec serment de lui donner ce qu’elle demanderait. 8 A l’instigation de sa mère, elle dit: Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean-Baptiste. 9 Le roi fut attristé; mais, à cause de ses serments et des convives, il commanda qu’on la lui donne, 10 et il envoya décapiter Jean dans la prison. 11 Sa tête fut apportée sur un plat, et donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère. 12 Les disciples de Jean vinrent prendre son corps, et l’ensevelirent. Et ils allèrent l’annoncer à Jésus. (Matthew 14: 1-12)

Nous voyons premièrement la raison de l’arrestation du prophète Yahya (PSL). Le roi local (Hérode) avait pris la femme de son frère pour en faire la sienne – ce qui était contraire à la loi sharia de Musa (PSL). En tant que prophète, Yahya (PSL) dit publiquement que c’est mal, mais le roi corrompu, au lieu de l’écouter, le fait arrêter. Sa femme, qui bénéficie du nouveau mariage en devenant l’épouse d’un roi puissant, veut réduire au silence le prophète. Elle conspire donc et envoie sa fille adulte réaliser une danse sensuelle en spectacle pour le roi et ses invités. Il est si touché par la danse de la fille qu’il promet de lui donner tout ce qu’elle demandera. Sa mère lui dit de demander la tête du prophète Yahya (PSL). Ainsi le prophète Yahya (PSL), emprisonné pour avoir dit la vérité, est décapité simplement parce que la danse sensuelle d’une fille prend le roi au piège devant ses invités.

Nous voyons aussi que le prophète Yahya (PSL) ne cherche pas à se battre, ni à assassiner, le roi.  Il dit tout simplement la vérité. Il n’a pas peur d’avertir un roi corrompu bien qu’il ne possède aucun pouvoir sur terre pour affronter la puissance du roi. Il dit la vérité à cause de son amour de la loi sharia révélée au prophète Musa (PSL). Voilà un exemple à suivre qui nous montre aujourd’hui  comment se battre (dire la vérité) et pourquoi se battre (la vérité des prophètes). Le prophète Yahya (PSL) n’essaie pas de tuer le roi, de mener une révolte ou d’entamer une guerre.  C’est pourquoi il est martyrisé.

Et son approche est très efficace. Le roi a si mauvaise conscience de son meurtre qu’il croit que les enseignements et miracles puissants du Prophète Isa al Masih (PSL) sont en fait  de Yahya (PSL) revenu à la vie.

Isa al Masih (PSL) dit ceci à propos du prophète Yahya (= ‘Jean’ PSL)

7 Comme ils (les disciples de Jean) s’en allaient, Jésus se mit à dire à la foule au sujet de Jean: «Qu’êtes-vous allés voir au désert? Un roseau agité par le vent? 8 Mais qu’êtes-vous allés voir? Un homme habillé de [tenues] élégantes? Ceux qui portent des tenues élégantes sont dans les maisons des rois. 9 Qu’êtes-vous donc allés voir? Un prophète? Oui, je vous le dis, et plus qu’un prophète,10 [car] c’est celui à propos duquel il est écrit: Voici, j’envoie mon messager devant toi pour te préparer le chemin.

11 »Je vous le dis en vérité, parmi ceux qui sont nés de femmes, il n’est venu personne de plus grand que Jean-Baptiste. Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui. 12 Depuis l’époque de Jean-Baptiste jusqu’à présent, le royaume des cieux est assailli avec force, et des violents s’en emparent. 13 En effet, tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu’à Jean. 14 Si vous voulez bien l’accepter, c’est lui l’Elie qui devait venir. 15 Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. (Matthieu 11: 7-15)

Isa (PSL) confirme ici que Yahya (PSL) est ‘celui qui prépare la venue du Christ’ mentionné dans les prophéties et qu’il est grand parmi les prophètes. Son entrée au Royaume des Cieux dure jusqu’à nos jours, tandis que le roi Hérode – si puissant en ce temps-là – n’a rien parce qu’il a refusé de se soumettre aux prophètes.

Il existait des personnes violentes au temps du prophète Yahya (PSL) qui décapitaient d’autres, et il en existe de nos jours qui agissent de même. Ces personnes violentes ‘s’emparent’ même du Royaume des Cieux. Mais ils n’y entreront pas. Pour y entrer il faut prendre le chemin que prend Yahya (PSL) – celui de la réconciliation et de la vérité. Il serait sage de suivre son exemple plutôt que celui de tant d’autres qui choisissent la violence de nos jours.

Isa al Masih (PSL) offre « l’Eau Vive »

Nous avons vu précédemment ce qu’enseignait le prophète al Masih (PSL) sur la façon de traiter ceux que nous considérons être nos ennemis. Dans le monde actuel, où il y a des conflits entre les sunnites et les shiites, entre les partisans et les opposants de El-Assad en Syrie, entre les palestiniens et les israéliens … en Irak … en Ukraine – quel que soit le pays dans lequel on se trouve, il est tout à fait vraisemblable qu’il y ait un conflit entre différents groupes se haïssant et se tuant les uns les autres. Tout ceci a transformé notre monde en véritable cauchemar. Isa al Masih (PSL) enseigna à travers cette parabole que notre entrée au Paradis dépendait de la façon dont nous traitons nos ennemis! Nous devons prendre ceci au sérieux si nous voulons aller au paradis.

Il est cependant facile d’enseigner une chose et d’agir cependant tout à fait différemment . Il y a même des imams et d’autres enseignants religieux qui ne mettent pas en pratique ce qu’ils enseignent.

Qu’en est-il du prophète Isah al Masih (PSL)? Un jour, il rencontra une Samaritaine. (Souvenez vous de l’hostilité qu’il y avait entre les juifs et les samaritains à cette époque, tout comme il y en a aujourd’hui entre les palestiniens et les israéliens). Voici la façon dont l’ Injil relate cette rencontre.

 Jésus parle à une Samaritaine.

 Le Seigneur sut que les pharisiens avaient appris qu’il faisait et baptisait plus de disciples que Jean.

Toutefois Jésus ne baptisait pas lui-même, mais c’étaient ses disciples.

Alors il quitta la Judée, et retourna en Galilée.

Comme il fallait qu’il passât par la Samarie,

il arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils.

Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C’était environ la sixième heure.

Une femme de Samarie vint puiser de l’eau. Jésus lui dit: Donne-moi à boire.

Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres.

La femme samaritaine lui dit: Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine? -Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. –

10 Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive.

11 Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond; d’où aurais-tu donc cette eau vive?

12 Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux?

13 Jésus lui répondit: Quiconque boit de cette eau aura encore soif;

14 mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.

15 La femme lui dit: Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n’aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici.

16 Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici.

17 La femme répondit: Je n’ai point de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je n’ai point de mari.

18 Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari. En cela tu as dit vrai.

19 Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète.

20 Nos pères ont adoré sur cette montagne; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem.

21 Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père.

22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.

23 Mais l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.

24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité.

25 La femme lui dit: Je sais que le Messie doit venir (celui qu’on appelle Christ); quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses.

26 Jésus lui dit: Je le suis, moi qui te parle.

27 Là-dessus arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu’il parlait avec une femme. Toutefois aucun ne dit: Que demandes-tu? ou: De quoi parles-tu avec elle?

28 Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s’en alla dans la ville, et dit aux gens:

29 Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait; ne serait-ce point le Christ?

30 Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui.

31 Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant: Rabbi, mange.

32 Mais il leur dit: J’ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas.

33 Les disciples se disaient donc les uns aux autres: Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger?

34 Jésus leur dit: Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé, et d’accomplir son oeuvre.

35 Ne dites-vous pas qu’il y a encore quatre mois jusqu’à la moisson? Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson.

36 Celui qui moissonne reçoit un salaire, et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble.

37 Car en ceci ce qu’on dit est vrai: Autre est celui qui sème, et autre celui qui moissonne.

38 Je vous ai envoyés moissonner ce que vous n’avez pas travaillé; d’autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail.

39 Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme: Il m’a dit tout ce que j’ai fait.

40 Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d’eux. Et il resta là deux jours.

41 Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole;

42 et ils disaient à la femme: Ce n’est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons; car nous l’avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde.  Jean:4:1-42

Notez comme la Samaritaine fut surprise que le prophète Isah al Masih (PSL) ait engagé la conversation avec elle étant donné l’hostilité considérable à cette époque entre les juifs et les samaritains. Tout d’abord, comme il est relaté, il avait soif et voulait boire. Cependant,(étant prophète), il savait également qu’elle avait soif mais d’une tout autre façon. Elle avait soif de joie et de satisfaction dans sa vie. Elle pensait pouvoir assouvir cette soif avec des relations illégitimes. Elle a donc eu plusieurs maris et au moment même où elle parlait au prophète elle vivait avec un homme qui n’était pas son mari. Tout le monde considérait cette femme immorale. C’est probablement pour cette raison qu’elle était partie seule, à midi, chercher de l’eau. Certainement les autres femmes du village ne voulaient pas se trouver avec elle lorsqu’elles se rendaient au puits à la fraîcheur du matin. Cette femme a eu plusieurs hommes et cette disgrace l’a mise à l’écart des femmes du village.

Comme nous l’avons vu dans le Zabur, les prophètes ont écrit que le péché émanait d’une soif profonde dans nos vies, une soif qui avait besoin d’être étanchée.. Beaucoup de personnes aujourd’hui, quelle que soit leur religion, vivent dans le péché à cause de cette soif.

Et pourtant, le prophète Isa al Masih (PSL) n’a pas évité cette femme qui se trouvait dans une situation de péché. Au contraire, il lui a dit qu’il pouvait lui donner « l’eau vive » qui étancherait sa soif. Il ne parlait cependant pas d’une eau physique (qui, comme il l’a expliqué, n’ étanche la soif que temporairement) mais d’un changement de cœur, un changement venant de l’intérieur.

Les prophètes du Zabur ont prophétisé que cette Alliance d’un cœur nouveau allait venir. Isa al Masih (PSL) lui offrit cette nouvelle alliance d’un cœur transformé qui allait jaillir jusque dans la vie éternelle.

 Croire – Confesser en vérité

Cette offre d »eau vive’ affola la femme. Lorsqu’ Isa lui dit d’aller chercher son mari, il l’obligea consciemment à reconnaître et admettre ses péchés – afin de les confesser. Ceci est quelque chose que nous évitons à tout prix! Nous préférons dissimuler nos péchés. Ou alors, nous trouvons des excuses pour justifier nos péchés.

Adam et Eve ont fait ceci dans le Jardin d’Eden et aujourd’hui encore nous préférons nous cacher ou trouver des excuses pour justifier nos péchés. Pourtant, si nous voulons expérimenter la miséricorde de Dieu qui conduit à la vie éternelle, nous devons être honnêtes et admettre nos pêchés car l’Injil promet que:

 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.(1 Jean 1:9)

Pour cette raison, le prophète Isa al Masih (PSL) dit à la samaritaine que

Dieu est Esprit et que ces adorateurs doivent l’adorer en Esprit et en vérité… (Jean 4:24)

Par ‘vérité’, il voulait dire être sincère et honnête par rapport à ce que nous sommes réellement, sans essayer de cacher ou de justifier nos fautes.

La merveilleuse nouvelle est qu’Allah ne se détourne pas mais il ‘cherche’ les adorateurs qui viennent à lui de façon honnête.

Mais c’était trop difficile pour elle d’admettre ses péchés. Une habitude commune de dissimuler notre honte concernant nos péchés est de changer de conversation en entamant une dispute d’ordre religieux.

Le monde actuel est rempli de conflits religieux. A cette époque, il avait un désaccord entre les samaritains et les juifs concernant le bon endroit pour adorer Dieu. Les juifs disaient que l’adoration devait se faire à Jérusalem et les samaritains soutenaient qu’elle devait avoir lieu sur une montagne au Nord qui s’appelait Mont Gerizim. En tournant la conversation vers cette dispute religieuse, elle espérait faire oublier le sujet concernant ses péchés. Elle pouvait désormais se cacher derrière ce différend religieux.

Ne sommes-nous pas naturellement enclin à faire la même chose – surtout si nous avons des croyances religieuses? Ainsi nous pouvons juger combien les autres ont tort et combien nous avons raison, ignorant ainsi la nécessité de confesser nos péchés.

Le prophète Isa al Masih (PSL) n’a pas entamé ce genre de dispute avec elle. Il insista en disant que ce qui importait n’etait pas tant l’endroit ou l’on adorait mais plutôt l’honnêté avec laquelle on adorait. Cette femme pouvait se présenter devant Allah n’importe où (puisqu’Il est Esprit), mais elle devait d’abord être honnête avec elle même si elle voulait recevoir l' »eau vive ».

Elle avait désormais une importante décision à prendre. Elle aurait très bien pu continuer à se cacher derrière un différend religieux ou alors simplement choisir de s’en aller. Pourtant elle a finalement choisie d’admettre ses péchés, de les confesser, tant et si bien qu’elle retourna au village pour raconter aux autres que ce prophète la connaissait et pouvait dire ce qu’elle avait fait. Elle n’avait plus à se cacher. En faisant ceci, elle devint « croyante ». Elle était croyante avant, comme beaucoup d’entre nous, mais à partir de ce moment là, elle, et de nombreux autres dans son village – devinrent  » croyants ».

On ne devient pas croyant simplement en affirmant mentalement l’authenticité d’un enseignement – bien que ceci soit important. C’est aussi le fait de croire que Sa Promesse de miséricorde peut être digne de confiance et par conséquent , il n’y a plus de raison de cacher ses péchés. C’est ce que le Prophète Ibrahim (PSL) a accompli il y a longtemps, pour obtenir la justice, – il a cru en une promesse.

Est-ce que vous cachez ou alors excusez vos péchés? Est ce que vous vous cachez derrière des pratiques religieuses ou des disputes religieuses? Est ce que vous confessez vos péchés? Pourquoi ne pas vous présenter devant Allah notre créateur et en toute confiance confesser vos péchés qui vous procurent de la culpabilité et de la honte?

C’est alors que vous pouvez vous réjouir du fait qu’Il ‘recherche’ votre adoration et qu’il peut vous purifier de toute iniquité. Il est sur que nous devons continuer à étudier l’évangile pour comprendre de quelle façon Il va faire ceci et comment nous devons vivre. Nous voyons d’après cette conversation a quel point la compréhension que cette femme a du prophète Isa (PSL) comme étant le ‘Messie’ (= ‘Christ’ = ‘Masih’) était importante et après que le prophète Isa (PSL) soit resté et ait enseigné pendant deux jours, ils comprirent qu’il était ‘ le Sauveur du monde’.

Peut être nous ne saisissons pas entièrement ce que tout cela signifie. Tout comme le Prophète Yahya (PSL) avait préparé les gens à comprendre, confesser nos péchés va nous préparer à recevoir Sa Miséricorde. Ceci est en effet un pas sur le Droit Chemin.

‘Dieu, ai pitié de moi qui suis pêcheur’.

 

Isa al Masih enseigne sur … l’entrée au paradis

Espérez-vous entrer au ciel (paradis) un jour? Quelles sont les conditions d’admission? Un jour un ‘enseignant’ Juif interprète compétent dans tous les aspects de la loi sharia du prophète Musa (PSL) pose la question à Isa al Masih (PSL). La réponse d’Isa al Masih (PSL) est inattendue. La conversation nous est rapportée dans l’Injil.  Pour bien comprendre l’effet de la parabole d’Isa sur cet enseignant, il faut savoir que les ‘Samaritains’ étaient méprisés par les Juifs de ce temps-là. Ils les considéraient impurs. Inversement les Samaritains haïssaient les Juifs. L’inimitié et la tension entre Samaritains et Juifs de ce temps-là, seraient comparables à celles d’aujourd’hui entre Israéliens Juifs et Palestiniens, ou entre Sunnites et Shiites, ou entre partisans et opposants d’Assad en Syrie.

La parabole de la vie éternelle et du bon prochain

25 Un enseignant de la Loi se leva et posa une question à Jésus pour lui tendre un piège. —Maître, lui dit-il, que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle?

26 Jésus lui répondit: —Qu’est-il écrit dans notre Loi?

27 Comment la comprends-tu?     Il lui répondit:     —Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ton énergie et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même.

28 —Tu as bien répondu, lui dit Jésus: fais cela, et tu auras la vie.

29 Mais l’enseignant de la Loi, voulant se donner raison, reprit: —Oui, mais qui donc est mon prochain?

30 En réponse, Jésus lui dit: —Il y avait un homme qui descendait de Jérusalem à Jéricho, quand il fut attaqué par des brigands. Ils lui arrachèrent ses vêtements, le rouèrent de coups et s’en allèrent, le laissant à moitié mort.

31 Or il se trouva qu’un prêtre descendait par le même chemin. Il vit le blessé et, s’en écartant, poursuivit sa route.

32 De même aussi un lévite arriva au même endroit, le vit, et, s’en écartant, poursuivit sa route.

33 Mais un Samaritain qui passait par là arriva près de cet homme. En le voyant, il fut pris de pitié.

34 Il s’approcha de lui, soigna ses plaies avec de l’huile et du vin, et les recouvrit de pansements. Puis, le chargeant sur sa propre mule, il l’emmena dans une auberge où il le soigna de son mieux.

35 Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, les remit à l’aubergiste et lui dit: «Prends soin de cet homme, et tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rembourserai moi-même quand je repasserai.»

36 Et Jésus ajouta: —A ton avis, lequel des trois s’est montré le prochain de l’homme qui avait été victime des brigands?

37 —C’est celui qui a eu pitié de lui, lui répondit l’enseignant de la Loi. —Eh bien, va, et agis de même, lui dit Jésus. (Luc 10:25-37)

Quand l’enseignant de la Loi répond ‘Tu aimeras le Seigneur ton Dieu’ et ‘ton prochain comme toi-même’ il cite de la loi sharia de Musa (PSL). Isa dit qu’il a bien répondu mais cela soulève la question de qui est son prochain. Isa al Masih (PSL) raconte alors la parabole du bon prochain.

Dans la parabole on s’attend à ce que les personnes religieuses (le prêtre et le Lévite) aident l’homme qui a été roué de coups, mais ils l’ignorent et l’abandonnent à son sort. La religion n’a pas fait d’eux de bons prochains. A leur place, la personne la plus inattendue, celui qu’on prend pour ennemi – c’est lui qui aide le blessé.

Par cette parabole, Isa al Masih (PSL) ordonne d’«aller, et agir de même». Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, j’ai d’abord pensé avoir mal compris la parabole, ensuite j’étais tenté de l’ignorer et faire semblant de ne l’avoir jamais lue.

Mais réfléchissez à tous les combats, les meurtres, la peine et la misère qui arrivent autour de nous parce que la grande majorité choisissent d’ignorer cet ordre. Si nous vivions comme le Samaritain, nos villes et nos pays seraient en paix plutôt que pleins de querelles. Et nous aurions l’assurance d’entrer au paradis. A l’heure actuelle, très peu ont l’assurance d’avoir la vie éternelle – même s’ils mènent une vie religieuse, comme l’enseignant de la Loi qui parle à Isa (PSL).

Avez-vous l’assurance de la vie éternelle?

Mais est-ce même possible de devenir un Prochain de ce genre? Comment y parvenir? Admettons honnêtement que d’être un Prochain comme Il l’ordonne est une tâche trop difficile.

Nous apercevons ici une lueur d’espoir car lorsque nous voyons que c’est impossible pour nous, c’est alors que nous devenons ‘pauvres en esprit’ – ce qu’Isa al Masih (PSL) enseigne aussi, condition nécessaire pour entrer au ‘Royaume de Dieu ».

Peut-être, au lieu d’ignorer la parabole ou se donner des excuses, il nous incomberait de l’utiliser à bon escient, de s’examiner et reconnaître que c’est impossible pour nous – trop difficile. Puis, dans notre état de faiblesse, nous pouvons demander de l’aide à Allah. Isa al Masih (PSL) le promet dans le Sermon sur la montagne

7—Demandez, et vous recevrez; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira.

Car celui qui demande reçoit; celui qui cherche trouve, et l’on ouvre à celui qui frappe.

Qui de vous donnera un caillou à son fils quand celui-ci lui demande du pain?

10 Ou bien, s’il lui demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent?

11 Si donc, tout mauvais que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père céleste donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent. (Matthieu 7:7-11)

Nous avons l’autorisation du Masih de demander de l’aide – et l’aide nous est promise.  Vous pourriez prier Allah par exemple comme suit :

Allah notre créateur, Tu as envoyé les prophètes pour nous enseigner le droit chemin. Isa al Masih (PSL) enseigne que je dois aimer et aider même ceux qui se considèrent mon ennemi, et que sans le faire je ne peux obtenir la vie éternelle. Mais j’avoue que c’est impossible de le faire. Veuille m’aider et me changer pour que je puisse suivre ce chemin et avoir la vie éternelle. Sois miséricordieux envers moi, qui suis Pécheur.

C’est avec l’encouragement et la permission de Masih que je te prie, O Dieu.

(Ce qui importe ne sont pas les mots exacts – mais que nous confessions nos besoins et demandions sa miséricorde)

L’Injil relate une occasion où Isa al Masih (PSL), lui-même, rencontre un Samaritain. L’histoire de cette rencontre, et ce que nous pouvons en tirer pour devenir plus comme le bon Prochain, sera le sujet de l’article suivant.

 

Le Masih enseigne sur la pureté intérieure

Nous avons vu que les paroles d’Isa al Masih (PSL) ont le pouvoir d’enseigner avec autorité, de guérir les personnes, et même de contrôler la nature.   Il choisit ses mots aussi pour exposer la condition de nos cœurs – il nous force à examiner notre être intérieur aussi bien que l’extérieur. Nous connaissons très bien la propreté extérieure, et pratiquons donc le wudu avant les prières et mangeons la viande halal.  Le prophète Muhammad (PSL), dit d’après le hadith

 “La pureté est la moitié de la foi…” (Muslim Ch. 1 Livre 002, Numéro 0432)

Mais le prophète Isa al Masih (PSL) veut que nous réfléchissions aussi à l’autre moitié – celle de notre pureté intérieure.  C’est primordial car bien que nous, les humains, voyons la pureté ou l’impureté extérieure chez les autres, pour Allah c’est différent – Il voit l’intérieur. Lorsqu’un des rois de Juda, qui visiblement suivait toutes les obligations religieuses, n’avait pas gardé son cœur pur, le prophète de l’époque est venu lui apporter ce message :

Car l’Eternel parcourt toute la terre du regard pour soutenir ceux dont le cœur est tourné vers lui sans partage. (2 Chroniques 16:9 du Zabur)

Comme le message le dit, la pureté intérieure se rapporte à nos ‘cœurs’ – c.-à-d. le ‘moi’ qui pense, sent, décide, se soumet ou désobéit, et contrôle sa langue.  Les prophètes du Zabur déclarent que la soif de nos cœurs est à la racine du péché.  Nos cœurs sont si importants qu’Isa al Masih (PSL) y attire l’attention par le contraste avec la propreté extérieure.  Voici ses enseignements sur la propreté ou pureté intérieure, rapportés dans l’Injil:

Nettoyer l’intérieur tout comme l’extérieur

(Dans le discours suivant ‘les pharisiens’ sont mentionnés. C’étaient les enseignants religieux de ce temps-là, très semblables aux imams d’aujourd’hui. Isa (PSL) mentionne de donner à Dieu un ‘dixième’ de ses biens : la dîme. C’était le sakat requis des Juifs.)

37 Pendant qu’il parlait, un pharisien l’invita à venir manger chez lui. Jésus entra dans la maison et se mit à table. 38 Le pharisien remarqua qu’il n’avait pas fait les ablutions rituelles avant le repas, et il s’en étonna.

39 Le Seigneur lui dit alors: —Vous pharisiens, vous nettoyez soigneusement l’extérieur de vos coupes et de vos plats, mais à l’intérieur, vous êtes remplis du désir de voler et pleins de méchanceté. 40 Fous que vous êtes! Est-ce que celui qui a créé l’extérieur n’a pas aussi fait l’intérieur? 41 Donnez aux pauvres ce que vous avez, et vous serez du même coup entièrement purs.

42 Mais malheur à vous, pharisiens, vous vous acquittez scrupuleusement de la dîme sur toutes les plus petites herbes, comme la menthe et la rue, et sur le moindre légume, mais vous négligez la droiture et l’amour de Dieu! Voilà ce qu’il fallait faire, sans laisser le reste de côté.

43 Malheur à vous, pharisiens, parce que vous aimez les sièges d’honneur dans les synagogues; vous aimez qu’on vous salue respectueusement sur les places publiques.

44 Malheur à vous! vous ressemblez à ces tombes que rien ne signale au regard et sur lesquelles on passe sans s’en douter. (Luc 11: 37-44)

Toucher un cadavre rendait le Juif impur selon la Loi. Quand Isa (PSL) dit qu’on passe sur ‘les tombes que rien ne signale’ il veut dire que l’on devient impur sans même le savoir parce que l’on néglige la pureté intérieure. C’est un piège facile pour un croyant de ne se soucier que de la pureté extérieure et d’oublier l’intérieure – et ainsi devenir aussi impur que l’incroyant qui ne respecte aucune obligation.

Le cœur souille la personne religieusement propre

Dans l’enseignement suivant, Isa al Masih (PSL) cite le prophète Esaïe (PSL) qui a vécu en 750 av. J.-C. et qui a écrit dans le Zabur. (Suivez le lien ici pour une chronologie d’Esaïe).

A cette époque, des pharisiens et des spécialistes de la Loi vinrent de Jérusalem; ils abordèrent Jésus pour lui demander: —Pourquoi tes disciples ne respectent-ils pas la tradition des ancêtres? Car ils ne se lavent pas les mains selon le rite usuel avant chaque repas.

—Et vous, répliqua-t-il, pourquoi désobéissez-vous à l’ordre de Dieu lui-même pour suivre votre tradition? En effet, Dieu a dit: Honore ton père et ta mère et Que celui qui maudit son père ou sa mère soit puni de mort. Mais vous, qu’enseignez-vous? Qu’il suffit de dire à son père ou à sa mère: «Je fais offrande à Dieu d’une part de mes biens avec laquelle j’aurais pu t’assister», pour ne plus rien devoir à son père ou à sa mère. Ainsi vous annulez la Parole de Dieu et vous la remplacez par votre tradition. Hypocrites! Esaïe vous a fort bien dépeints dans sa prophétie:

Ce peuple m’honore du bout des lèvres, mais, au fond de son cœur, il est bien loin de moi!

Le culte qu’il me rend n’a aucune valeur, car les enseignements qu’il donne ne sont que des règles inventées par les hommes.

10 Alors Jésus appela la foule et lui dit: —Ecoutez-moi et comprenez-moi bien: 11 Ce qui rend un homme impur, ce n’est pas ce qui entre dans sa bouche, mais ce qui en sort. …

15 Pierre intervint en disant: —Explique-nous la comparaison de tout à l’heure.

16 —Eh quoi! répondit Jésus, vous aussi, vous ne comprenez pas? 17 Ne saisissez-vous pas que tout ce qui entre par la bouche va dans le ventre, puis est évacué par voie naturelle? 18 Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c’est cela qui rend l’homme impur. 19 Car, c’est du cœur que proviennent les mauvaises pensées qui mènent au meurtre, à l’adultère, à l’immoralité, au vol, aux faux témoignages, aux blasphèmes. 20 Voilà ce qui rend l’homme impur. Mais manger sans s’être lavé les mains ne rend pas l’homme impur. (Matthieu 15:1-20)

Lors de cet entretien avec les maîtres de la loi juive, Isa al Masih (PSL) fait remarquer que nous élaborons vite nos obligations religieuses à partir de ‘traditions humaines’ plutôt qu’à partir du message de Dieu. Au temps d’Isa al Masih (PSL), les chefs Juifs négligeaient leur engagement devant Allah, de prendre soin de leurs parents âgés, en donnant leur argent à des causes religieuses plutôt qu’au soutien des parents. Les causes religieuses n’étaient autres que des traditions artificielles. Aujourd’hui c’est pareil. Un érudit déclare qu’une certaine chose est haram, tandis qu’un autre dit que c’est halal, et nous ne nous tournons pas vers le message des prophètes à ce propos.  Mais Allah se soucie très fort de l’impureté qui provient de nos cœurs. Cette impureté conduira à notre condamnation le jour du Jugement, bien plus vite que le non-respect de traditions humaines.

Beau au-dehors, mais à l’intérieur, rempli de désobéissance à Dieu

25 Malheur à vous, spécialistes de la Loi et pharisiens hypocrites! Vous nettoyez soigneusement l’extérieur de vos coupes et de vos assiettes, mais vous les remplissez du produit de vos vols et de ce que vos désirs incontrôlés convoitent. 26 Pharisien aveugle, commence donc par purifier l’intérieur de la coupe et de l’assiette, alors l’extérieur lui-même sera pur.

27 Malheur à vous, spécialistes de la Loi et pharisiens hypocrites! Vous êtes comme ces tombeaux crépis de blanc, qui sont beaux au-dehors. Mais à l’intérieur, il n’y a qu’ossements de cadavres et pourriture. 28 Vous de même, à l’extérieur, vous avez l’air de justes aux yeux des hommes, mais, à l’intérieur, il n’y a qu’hypocrisie et désobéissance à Dieu. (Matthieu 23:25-28)

Dans ce discours, Isa al Masih (PSL) affirme ce que nous avons tous compris : maintenir une piété apparente s’avère pratique courante chez les croyants, mais beaucoup d’entre nous sommes remplis d’avarice et de convoitise – même les chefs religieux. Nous devons acquérir la pureté intérieure – mais c’est beaucoup plus difficile. Allah jugera la pureté intérieure de très près. La question se pose donc : Comment purifier nos cœurs pour entrer dans le Royaume de Dieu le Jour du Jugement? Nous continuons dans l’Injil pour trouver une réponse.

Isa al Masih enseigne en utilisant des paraboles

Nous avons vu qu’ Isa al Masih (PSL) enseignait en faisant preuve d’ une autorité unique. Il enseignait aussi en utilisant des histoires pour illustrer de vrais principes. Par exemple, nous avons vu la façon dont il enseignait au sujet du pardon à travers l’histoire du serviteur sans miséricorde.

Ces histoires s’appellent des paraboles et Isa al Masih (PSL) est unique parmi les prophètes et les enseignants en ce qu’il utilisait un grand nombre de paraboles dont le contenu était tout à fait frappant. A une certain occasion, ses disciples lui demandèrent pourquoi il utilisait des paraboles pour enseigner. On trouve son explication dans l’injil:

10 Les disciples s’approchèrent et lui dirent: «Pourquoi leur parles-tu en paraboles?» 11 Jésus [leur] répondit: «Parce qu’il vous a été donné, à vous, de connaître les mystères du royaume des cieux, mais qu’à eux cela n’a pas été donné. 12 En effet, on donnera à celui qui a et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on enlèvera même ce qu’il a. 13 C’est pourquoi je leur parle en paraboles, parce qu’en voyant ils ne voient pas et qu’en entendant ils n’entendent pas et ne comprennent pas. (Matthieu13:10-13)

Sa dernière phrase était une citation du prophète Esaïe (PSL) qui vécut 700 ans avant Jésus-Christ et qui nous mit en garde contre le durcissement de nos coeurs. En d’autres termes, parfois nous ne comprenons pas quelque chose parce l’explication nous a échappée ou parce qu’elle était trop difficile à saisir. Dans une telle situation, un explication claire dissipe la confusion. Il y a cependant d’autres circonstances dans lesquelles nous ne comprenons pas parce que tout au fond de nos cœurs nous ne souhaitons pas comprendre. Il se peut malgré tout que nous ne l’admettions pas. On continue alors à poser des questions comme si le blocage était dû a une incompréhension d’ordre intellectuel.

Cependant, si la confusion réside dans notre cœur et non dans notre esprit alors aucune explication ne pourra suffire. Dès lors, le problème n’est pas que nous ne puissions comprendre intellectuellement mais que nous ne voulions pas nous soumettre à comprendre. Lorsqu’Isa al Masih (PSL) enseignait en utilisant des paraboles, l’effet sur la foule était spectaculaire. Ceux qui simplement ne comprenaient pas se montraient curieux de comprendre l’histoire en posant de plus amples questions, ce qui leur permettait finalement d’arriver à comprendre. Cependant, ceux qui ne souhaitaient pas se soumettre à comprendre, eux, traitaient l’histoire avec mépris et désintérêt demeurant, par ce fait, dans l’incompréhension. L’utilisation de paraboles était une façon pour le maître enseignant de séparer les gens, tout comme le fermier sépare le bon grain de l’ivraie en le vannant. Ceux qui étaient prêts à se soumettre à la vérité étaient séparés de ceux qui ne l’étaient pas. Ceux qui refusaient de se soumettre trouvaient les paraboles d’une grande confusion puisque leur cœur ne voulait pas se soumettre à leur vérité. Ils avaient la capacité de voir mais ne voyaient pourtant pas le point principal.

La parabole du Semeur et des quatre terres différentes

Lorsque les disciples interrogèrent le prophète Isa (PSL) sur le fait qu’il utilisait des paraboles pour enseigner, il avait déjà enseigné plusieurs paraboles sur le Royaume de Dieu. Voici la première:

Il leur parla en paraboles sur beaucoup de choses. Il dit: «Un semeur sortit pour semer. 4 Comme il semait, une partie de la semence tomba le long du chemin; les oiseaux vinrent et la mangèrent. 5 Une autre partie tomba dans un sol pierreux où elle n’avait pas beaucoup de terre; elle leva aussitôt, parce qu’elle ne trouva pas un terrain profond, 6 mais quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines. 7 Une autre partie tomba parmi les ronces; les ronces poussèrent et l’étouffèrent. 8 Une autre partie tomba dans la bonne terre; elle donna du fruit avec un rapport de 100, 60 ou 30 pour 1. 9 Que celui qui a des oreilles [pour entendre] entende.» (Matthieu 13:3-9)

 

Donc, que signifiait cette parabole? Nous n’avons pas à deviner puisque ceux qui avaient à cœur de se soumettre à la vérité étaient interpelés par la parabole et demandaient quelle en était la signification, et voici ce qu’il donna:

« Vous donc, écoutez ce que signifie la parabole du semeur. 19 Lorsqu’un homme entend la parole du royaume et ne la comprend pas, le mauvais vient et enlève ce qui a été semé dans son cœur: cet homme est celui qui a reçu la semence le long du chemin. 20 Celui qui a reçu la semence dans le sol pierreux, c’est celui qui entend la parole et l’accepte aussitôt avec joie; 21 mais il n’a pas de racines en lui-même, il est l’homme d’un moment et, dès que surviennent les difficultés ou la persécution à cause de la parole, il trébuche. 22 Celui qui a reçu la semence parmi les ronces, c’est celui qui entend la parole, mais les préoccupations de ce monde et l’attrait trompeur des richesses étouffent cette parole et la rendent infructueuse. 23 Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la parole et la comprend; il porte du fruit avec un rapport de 100, 60 ou 30 pour 1. » (Matthieu 13:18-23)

Nous voyons qu’il y a quatre réponses au message sur le Royaume de Dieu. La première n’est pas directement ‘compréhensible’ et donc le diable (Iblis) éloigne le message de leur cœur. Les trois autres réponses sont initialement toutes très positives et le message est reçu avec joie. Un aspect de cette parabole a pour but de nous faire nous demander: ‘Laquelle de ces personnes suis-je?’ Seuls ceux qui ‘comprennent’ vraiment deviendront ce que l’on peut appeler ‘la bonne récolte’.

Afin de mieux comprendre, il est possible de voir clairement ce que les anciens prophètes (en commençant par Adam) révélèrent à propos du plan de Dieu à travers la Taurat et le Zabur. C’est la raison pour laquelle nous avons d’abord mentionné ces premiers prophètes. Après Adam, il y des signes importants qui se trouvent dans la Taurat et qui viennent: de la promesse faite à Ibrahim (PSL) et son sacrifice, de Musa (PSL), des dix commandements, d’Harun (PSL). Dans le Zabur, comprendre l’origine de ‘Masih’, et les révélations d’Esaïe, de Jérémie, de Zacharie, de Daniel et de Malachie va aussi nous préparer à comprendre le message du Royaume de Dieu.

La parabole de la mauvaise herbe

Après l’explication de cette parabole, le prophète Isa al Masih (PSL) enseigna la parabole de la mauvaise herbe.

Il leur proposa une autre parabole: «Le royaume des cieux ressemble à un homme qui avait semé une bonne semence dans son champ. 25 Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de la mauvaise herbe parmi le blé et s’en alla. 26 Lorsque le blé eut poussé et donné du fruit, la mauvaise herbe apparut aussi. 27 Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire: ‘Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ? Comment se fait-il donc qu’il y ait de la mauvaise herbe?’ 28 Il leur répondit: ‘C’est un ennemi qui a fait cela.’ Les serviteurs lui dirent: ‘Veux-tu que nous allions l’arracher?’ 29 ‘Non, dit-il, de peur qu’en arrachant la mauvaise herbe vous ne déraciniez en même temps le blé. (Matthieu 13:24-29)

Voici l’explication qu’il donna:

Alors Jésus renvoya la foule et entra dans la maison. Ses disciples s’approchèrent de lui en disant: «Explique-nous la parabole de la mauvaise herbe dans le champ.» 37 Il [leur] répondit: «Celui qui sème la bonne semence, c’est le Fils de l’homme; 38 le champ, c’est le monde; la bonne semence, ce sont les enfants du royaume; la mauvaise herbe, ce sont les enfants du mal; 39 l’ennemi qui l’a semée, c’est le diable; la moisson, c’est la fin du monde; les moissonneurs, ce sont les anges. 40 Tout comme on arrache la mauvaise herbe et la jette au feu, on fera de même à la fin du monde: 41 le Fils de l’homme enverra ses anges; ils arracheront de son royaume tous les pièges et ceux qui commettent le mal, 42 et ils les jetteront dans la fournaise de feu où il y aura des pleurs et des grincements de dents. 43 Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles [pour entendre] entende. (Matthieu 13:36-43)

 

Les Paraboles de la graine de moutarde et du levain

Le prophète Al Masih (PSL) enseigna également des paraboles très courtes.

Il leur proposa une autre parabole:  «Le royaume des cieux ressemble à une graine de moutarde qu’un homme a prise et semée dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences, mais quand elle a poussé, elle est plus grande que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches.» Il leur dit cette autre parabole: « Le royaume des cieux ressemble à du levain qu’une femme a pris et mis dans trois mesures de farine pour faire lever toute la pâte  » (Matthieu 13:31-33)

En d’autres termes, le royaume de Dieu, bien que petit et insignifiant au départ, il grandit ensuite dans le monde entier tout comme le levain agit dans la pâte et tout comme une petite graine devient une grande plante. Ceci n’arrive pas par la force, ou subitement. Sa croissance est invisible mais elle se fait à tout niveau et ne peut être stoppée.

Les paraboles du trésor caché et de la perle

« Le royaume des cieux ressemble [encore] à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède et achète ce champ ». 45 Le royaume des cieux ressemble encore à un marchand qui cherche de belles perles. Lorsqu’il a trouvé une perle de grande valeur, il est allé vendre tout ce qu’il possédait et l’a achetée. (Matthieu 13:44-46)

Ces paraboles sont centrées sur la valeur du Royaume de Dieu. Pensez à un trésor caché dans un champ. Puisqu’il est caché, tout ceux qui passent devant pense que le champs est de peu de valeur et donc ne monte aucun intérêt pour lui. Mais quelqu’un réalise qu’il y a un trésor dans ce champs ce qui fait qu’il a beaucoup de valeur – assez de valeur pour tout vendre dans le but de l’acquérir et obtenir le trésor. Ainsi en est-il du royaume de Dieu – une valeur imperceptible pour la plupart, mais pour les quelques personnes qui voient sa valeur, le gain qu’elles obtiennent est précieux.

La parabole du filet

»Le royaume des cieux ressemble encore à un filet jeté dans la mer et qui ramène des poissons de toutes sortes. 48 Quand il est rempli, les pêcheurs le tirent sur le rivage et s’asseyent; puis ils mettent dans des paniers ce qui est bon et jettent ce qui est mauvais. 49 Il en ira de même à la fin du monde: les anges viendront séparer les méchants d’avec les justes 50 et les jetteront dans la fournaise de feu, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.» (Matthieu 13:47-50)

Le royaume de Dieu va séparer les gens. Cette séparation sera pleinement révélée au Jour du Jugement – quand les cœurs seront mis à nu.

Nous voyons que le royaume de Dieu grandit de façon mystérieuse, comme le levain dans la pâte. Il a une grande valeur qui est cachée de la plupart des hommes ce qui entraîne des réactions différentes parmi les individus. Ce royaume sépare aussi les individus entre ceux qui comprennent et ceux qui ne comprennent pas. Après avoir enseigné ces paraboles, le prophète Al Masih pose ensuite une importante question.

[Jésus leur dit:] «Avez-vous compris tout cela?» «Oui, [Seigneur]», répondirent-ils.

(Matthieu 13:51)

Et qu’en est il de vous?

Le royaume de Dieu: beaucoup sont invités mais…

Nous avons vu que le prophète Isa al Masih (PSL) possède une Parole d’autorité telle que les maladies et même la nature lui obéissent.  Il parle également en détail sur le Royaume de Dieu.  Souvenez-vous que plusieurs prophètes du Zabur avaient écrit au sujet d’un Royaume de Dieu futur.  Isa (PSL) s’appuie sur leurs prophéties pour enseigner que le Royaume est ‘proche’.

D’abord il enseigne le Sermon sur la montagne, où il explique comment les citoyens futurs de ce Royaume de Dieu sont censés se comporter les uns envers les autres. Il enseigne un principe radical d’aimer même son ‘ennemi’. Pensez à toute la misère, la mort, l’injustice et l’horreur vécues aujourd’hui (il suffit d’écouter les nouvelles) car tant de gens n’écoutent pas son enseignement sur l’amour.  Si la vie dans le Royaume de Dieu doit être différente de la vie d’enfer endurée parfois dans ce monde, alors nous devons nous comporter différemment les uns envers les autres – avec amour.

La parabole du grand festin

Étant donné que si peu vivent d’après l’enseignement du prophète Isa al Masih (PSL) on pourrait croire que très peu de personnes soient invitées dans le Royaume de Dieu. Mais ce n’est pas le cas.  Le prophète Isa al Masih (PSL) enseigne la parabole d’un grand banquet pour illustrer jusqu’où s’étend l’invitation au Royaume.  L’Injil rapporte son enseignement:

A ces mots, l’un des convives dit à Jésus: —Qu’il est heureux celui qui prendra part au banquet dans le royaume de Dieu!

16 Jésus lui répondit: —Un jour, un homme avait organisé une grande réception. Il avait invité beaucoup de monde.

17 Lorsque le moment du festin arriva, il envoya son serviteur dire aux invités:     «Venez maintenant, tout est prêt.»

18 Mais ceux-ci s’excusèrent tous l’un après l’autre. Le premier lui fit dire: «J’ai acheté un champ et il faut absolument que j’aille le voir. Excuse-moi, je te prie.»

19 Un autre dit: «Je viens d’acquérir cinq paires de bœufs, et je m’en vais les essayer. Excuse-moi, je te prie.»

20 Un autre encore dit: «Je viens de me marier, il m’est donc impossible de venir.»

21 Quand le serviteur fut de retour auprès de son maître, il lui rapporta toutes les excuses qu’on lui avait données. Alors le maître de la maison se mit en colère et dit à son serviteur: «Dépêche-toi! Va-t’en sur les places et dans les rues de la ville et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles, les paralysés…!»

22 Au bout d’un moment, le serviteur vint dire: «Maître, j’ai fait ce que tu m’as dit, mais il y a encore de la place.»

23 «Eh bien, lui dit le maître, va sur les chemins, le long des haies, fais en sorte que les gens viennent, pour que ma maison soit pleine.

24 Une chose est sûre: pas un seul des premiers invités ne goûtera à mon festin.» (Luc 14:15-24)

Nos conventions sont renversées – plusieurs fois – dans cet enseignement.  Tout d’abord nous pourrions supposer qu’Allah n’invite pas beaucoup de personnes dans son Royaume (c.-à-d. le festin dans la Maison) parce qu’il ne trouve pas beaucoup de personnes dignes, mais cette hypothèse s’avère fausse. L’invitation au Festin s’adresse à beaucoup, beaucoup de personnes. Le Maître (Allah dans cette parabole) souhaite que le Festin soit rempli. C’est encourageant.

Nous apprenons très vite qu’il y a un autre tournant inattendu dans Son enseignement. Très peu des invités veulent vraiment venir; ils trouvent des excuses pour ne pas devoir y aller! Et voyez comme elles sont irraisonnables! Qui achèterait des bœufs sans les essayer a priori? Qui achèterait un champ avant de l’inspecter? Ces excuses révèlent les vraies intentions du cœur des invités – ils n’avaient pas l’intention d’entrer dans le Royaume de Dieu mais avaient d’autres intérêts à la place.

Et quand nous pensons que la volonté du Maître sera frustrée car personne ou peu n’assistent au festin il y a encore une nouvelle tournure.  Maintenant les personnes ‘douteuses’, celles que nous rejetons tous en pensée les estimant indignes d’être invités à une grande réception, celles qui sont «sur les places et dans les rues de la ville» et « sur les chemins, le long des haies » , qui sont «pauvres, estropiés, aveugles et paralysés » – les personnes que fréquemment nous évitons – elles reçoivent des invitations au festin. Les invitations à ce festin s’étendent beaucoup plus loin, et recouvrent plus de personnes que vous et moi aurions cru possible.  Le Maître du Festin les veut présents et invitera même ceux que nous n’inviterions pas chez nous.

Et ces personnes viennent!  Ils n’ont pas d’autres intérêts qui font concurrence comme les champs ou les bœufs pour les distraire de leur amour; alors ils viennent au festin. Le Royaume de Dieu est rempli et la volonté du Maître est accomplie!

Le prophète Isa al Masih (PSL) raconte cette parabole pour nous faire poser la question : « Est-ce que j’accepterais une invitation au Royaume de Dieu si j’en recevais une? »  Ou est-ce qu’un intérêt ou un amour faisant concurrence vous pousserait à faire des excuses et refuser l’invitation? En vérité vous êtes invité à ce Festin du Royaume, mais la triste réalité est que la plupart d’entre nous refuserons l’invitation pour une raison ou une autre. Nous ne dirions jamais ‘non’ ouvertement alors nous offrons des excuses pour dissimuler notre refus. Au fond de nous nous avons d’autres ‘amours’ qui sont à la racine de notre rejet. Dans cette parabole la racine du rejet est l’amour d’autres choses.  Les premiers invités aimaient les choses de ce monde plus que le Royaume de Dieu (représentées par le ‘champ’, ‘les bœufs’ et ‘le mariage’).

La parabole du maître religieux injustifié

Certains d’entre nous aimons les choses du monde plus que le Royaume de Dieu et par conséquent refuserons l’invitation. D’autres parmi nous ont confiance en leur vertu. Le prophète Isa al Masih (PSL) a également enseigné à ce propos dans une autre histoire :

9 Il raconta aussi une parabole pour ceux qui étaient convaincus d’être justes et méprisaient les autres:

10 —Deux hommes montèrent au Temple pour prier: un pharisien et un collecteur d’impôts.

11 Le pharisien, debout, faisait intérieurement cette prière:     «O Dieu, je te remercie de ne pas être avare, malhonnête et adultère comme les autres hommes, et en particulier comme ce collecteur d’impôts là-bas.

12 Moi, je jeûne deux jours par semaine, je donne dix pour cent de tous mes revenus.»

13 Le collecteur d’impôts se tenait dans un coin retiré, et n’osait même pas lever les yeux au ciel. Mais il se frappait la poitrine et murmurait: «O Dieu, aie pitié du pécheur que je suis!»

14 Je vous l’assure, c’est ce dernier et non pas l’autre qui est rentré chez lui déclaré juste par Dieu. Car celui qui s’élève sera abaissé; celui qui s’abaisse sera élevé. (Luc 18: 9-14)

Nous rencontrons ici un pharisien (un maître religieux comme un imam) qui semble parfait dans ses efforts et mérites religieux. Son jeûne et sakat étaient même plus qu’exigé. Mais il place sa confiance en ses propres mérites. Ce n’est pas ce dont le prophète Ibrahim (PSL) avait fait preuve autrefois lorsqu’il a obtenu justice en faisant humblement confiance en la promesse d’Allah.  En fait le collecteur d’impôts (profession immorale de ce temps-là) demande humblement miséricorde et, confiant qu’il a obtenu cette miséricorde librement, il rentre ‘justifié’ – en règle avec Dieu – tandis que le pharisien, que nous supposons ‘en règle avec Dieu’, est desservi par sa suffisance.

Alors encore une fois le prophète Isa al Masih (PSL) parle avec autorité et demande, à vous et à moi, si nous désirons vraiment le Royaume de Dieu, ou si ce n’est qu’un intérêt parmi tant d’autres. Il nous demande aussi où nous plaçons notre confiance – en notre mérite ou dans la miséricorde de Dieu.

Il est important de se poser honnêtement ces questions parce que sinon nous ne reconnaîtrons pas l’enseignement qu’il nous donne – notre besoin de pureté intérieure.

L’enseignement d ‘Isa al Masih sur le pardon

Lorsque je regarde ce qui se passe aux informations dans le monde, il semble que la violence et l’effusion de sang soient de plus en plus présents partout.

Les bombardements en Afghanistan, les combats au Liban, en Syrie et en Irak, la violence en Égypte, les massacres au Pakistan, les émeutes en Turquie, les kidnappings d’école au Nigeria, la guerre entre Palestine et Israël, des villes victimes de massacres au Kenya – et j’ai entendu ces informations sans avoir vraiment eu à chercher longtemps pour entendre les mauvaises nouvelles.

En plus de cela, il y a la multitude des péchés, les souffrances, les sujets de plaintes que nous nous infligeons les uns aux autres et qui, même s’ils ne font pas la une des journaux – ils n’en sont pas moins sources de souffrances. En cette époque de vengeance et de représailles, l’enseignement d’Isa al Masih (ou Jésus Christ) sur le pardon est d’une importance primordial. Un jour ces disciples lui ont demandé combien de fois ils devaient pardonner. Voici l’explication qui nous vient de l’Injil (l’évangile).

L’histoire du serviteur sans pitié – Mattieu 18:21-35

21 Alors Pierre s’approcha de Jésus et lui dit: «Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi? Est-ce que ce sera jusqu’à 7 fois?» 22Jésus lui dit: «Je ne te dis pas jusqu’à 7 fois, mais jusqu’à 70 fois 7 fois. 

23»C’est pourquoi, le royaume des cieux ressemble à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs. 24Quand il se mit à l’œuvre, on lui en amena un qui devait 10’000 sacs d’argent. 25Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna de le vendre, lui, sa femme, ses enfants et tout ce qu’il avait, afin d’être remboursé de cette dette. 26Le serviteur se jeta par terre et se prosterna devant lui en disant: ‘[Seigneur,] prends patience envers moi et je te paierai tout.’ 27Rempli de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit la dette. 28Une fois sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait 100 pièces d’argent. Il l’attrapa à la gorge et se mit à l’étrangler en disant: ‘Paie ce que tu me dois.’ 29Son compagnon tomba [à ses pieds] en le suppliant: ‘Prends patience envers moi et je te paierai.’ 30Mais l’autre ne voulut pas et alla le faire jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait payé ce qu’il devait. 31A la vue de ce qui était arrivé, ses compagnons furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. 32Alors le maître fit appeler ce serviteur et lui dit: ‘Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette parce que tu m’en avais supplié. 33Ne devais-tu pas, toi aussi, avoir pitié de ton compagnon comme j’ai eu pitié de toi?’ 34Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il ait payé tout ce qu’il devait. 35C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur.» 
 
L’idée majeure de cette histoire est que si nous acceptons Sa miséricorde, Allah (le roi) nous pardonne entièrement. On retrouve cette idée symbolisée par les dix milles sacs d’argent que le serviteur devait.

Le serviteur déclara qu’il lui fallait plus de temps pour rembourser. Mais, le montant était si élevé pour pouvoir être remboursé que le roi annula la dette dans son intégralité. C’est ce qu’Allah fait pour nous si nous acceptons Sa miséricorde.

Malgré cela, ce serviteur alla trouver un autre serviteur qui lui devait cent pièces d’argent. Il exigea la totalité du paiement et refusa de donner d’avantage de temps au serviteur pour payer. Lorsque nous pêchons les uns envers les autres, cela crée de vraies blessures et des dégâts, mais c’est pourtant insignifiant à côté de la souffrance que notre pêché cause à Allah – tout comme 100 pièces d’argent comparées à dix mille sacs d’argent.

Alors ensuite, le Roi (Allah) envoie le serviteur en prison pour qu’il puisse tout rembourser. Dans l’enseignement d’Isa al Masih, ne pas pardonner les véritables péchés et souffrances que l’on nous a fait signifie renoncer au pardon d’Allah et nous condamner nous mêmes à aller en enfer. C’est tres sérieux.

Bien sur le challenge c’est d’arriver à faire ceci. Quand on est blessé, le désire de vengeance peut être très fort. Alors, comment obtenir cet esprit qui peut pardonner? Nous devons continuer d’explorer l’Injil.

Le prophète Isa al Masih (PSL) a la Parole d’autorité sur la nature

Dans les deux derniers articles nous avons vu comment le prophète Isa al Masih (PSL) enseignait avec autorité et possédait une autorité telle qu’il pouvait guérir les maladies et les mauvais esprits (jinn) ‘par une parole’. Mais ce qui surprend encore plus est son autorité sur la nature. L’Injil relate la fois où il a traversé le lac avec ses disciples de manière telle qu’ils étaient remplis de ‘frayeur et d’étonnement’. Voici le récit :

22 Un jour, Jésus monta dans une barque avec ses disciples. Il leur dit: Passons de l’autre côté du lac. Et ils partirent. 23 Pendant qu’ils naviguaient, Jésus s’endormit. Un tourbillon fondit sur le lac, la barque se remplissait d’eau, et ils étaient en péril.

24 Ils s’approchèrent et le réveillèrent, en disant: Maître, maître, nous périssons!

S’étant réveillé, il menaça le vent et les flots, qui s’apaisèrent, et le calme revint. 25 Puis il leur dit: Où est votre foi?

Saisis de frayeur et d’étonnement, ils se dirent les uns aux autres: Quel est donc celui-ci, qui commande même au vent et à l’eau, et à qui ils obéissent? (Luc 8:22-25)

La parole d’Isa al Masih (PSL) commande même le vent et les vagues! Pas étonnant que les disciples qui sont là avec lui et témoins de cet évènement soient remplis de frayeur. Cette autorité de commandement suscite la question de son identité. Une autre fois, face à des milliers de personnes, il fait preuve d’une telle autorité que les gens demandent encore qui il est. Cette fois il ne commande pas le vent et les vagues – mais la nourriture. Voici le récit :

Après cela, Jésus s’en alla de l’autre côté de la mer de Galilée, ou mer de Tibériade. 2 Une grande foule le suivait, parce qu’elle voyait les miracles qu’il opérait sur les malades. 3 Jésus monta sur la montagne, et là il s’assit avec ses disciples. 4 Or, la Pâque, la fête des Juifs était proche.

5 Ayant levé les yeux, et voyant qu’une grande foule venait à lui, Jésus dit à Philippe: Où achèterons-nous des pains, pour que ces gens aient à manger? 6 Il disait cela pour l’éprouver, car il savait ce qu’il allait faire.

7 Philippe lui répondit: Les pains qu’on aurait pour deux cents deniers ne suffiraient pas pour que chacun en reçoive un peu.

8 Un de ses disciples, André, frère de Simon Pierre, lui dit: 9 Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons; mais qu’est-ce que cela pour tant de gens?

10 Jésus dit: Faites-les asseoir. Il y avait dans ce lieu beaucoup d’herbe. Ils s’assirent donc, au nombre d’environ cinq mille hommes. 11 Jésus prit les pains, rendit grâces, et les distribua à ceux qui étaient assis; il leur donna de même des poissons, autant qu’ils en voulurent.

12 Lorsqu’ils furent rassasiés, il dit à ses disciples: Ramassez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde. 13 Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restèrent des cinq pains d’orge, après que tous eurent mangé.

14 Ces gens, ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde. 15 Et Jésus, sachant qu’ils allaient venir l’enlever pour le faire roi, se retira de nouveau sur la montagne, lui seul. (Jean 6: 1-15)

Quand les gens voient qu’Isa al Masih (PSL) peut multiplier la nourriture des centuples de fois pour que cinq pains et deux poissons nourrissent 5000 hommes et produisent encore des restes, ils savent qu’il est un prophète unique. Ils se demandent s’il est le Prophète dont la Thora de Musa (PSL) avait prédit la venue bien auparavant. Nous savons en effet qu’Isa al Masih (PSL) est ce Prophète car la Thora dit de lui :

Je (Allah) leur susciterai du milieu de leurs frères un prophète comme toi, je mettrai mes paroles dans sa bouche, et il leur dira tout ce que je lui commanderai. Et si quelqu’un n’écoute pas mes paroles qu’il dira en mon nom, c’est moi qui lui en demanderai compte. (Deutéronome 18: 18-19)

Le signe de ce prophète est qu’Allah mettrait Ses ‘paroles dans sa bouche’. Qu’est-ce qui distingue les Paroles d’Allah de celles des hommes? La meilleure description se trouve dans la Sourate YA-SIN

Quand Il veut une chose, Son commandement consiste à dire: «Sois», et c’est. (Ya-sin 36: 82)

Nous avons vu dans l’article précédent que le prophète Isa al Masih (PSL) guérissait les maladies et chassait les mauvais esprits tout simplement ‘par une parole’. Ici nous voyons qu’il prononce une Parole et le vent et les vagues lui obéissent. Et plus tard il parle et le pain se multiplie. Ces signes correspondent à la description de ce Prophète dans la Thora où les paroles d’Allah sont mises dans sa bouche, car quand il parle – cela arrive!

Mais remarquez que les disciples eux-mêmes, à ce moment, ont difficile à comprendre tout cela. Ils ne comprenaient pas l’importance de la multiplication des pains. Nous le savons parce que l’Injil relate qu’après avoir nourri les 5000 :

45 Aussitôt après, il obligea ses disciples à monter dans la barque et à passer avant lui de l’autre côté, vers Bethsaïda, pendant que lui-même renverrait la foule. 46 Quand il l’eut renvoyée, il s’en alla sur la montagne, pour prier.

47 Le soir étant venu, la barque était au milieu de la mer, et Jésus était seul à terre. 48 Il vit qu’ils avaient beaucoup de peine à ramer; car le vent leur était contraire. Vers la quatrième veille de la nuit, il alla vers eux, marchant sur la mer, et il voulait les dépasser. 49 Quand ils le virent marcher sur la mer, ils crurent que c’était un fantôme, et ils poussèrent des cris; 50 car ils le voyaient tous, et ils étaient troublés.

Aussitôt Jésus leur parla, et leur dit: Rassurez-vous, c’est moi, n’ayez pas peur! 51 Puis il monta vers eux dans la barque, et le vent cessa. Ils furent en eux-mêmes tout stupéfaits et remplis d’étonnement; 52 car ils n’avaient pas compris le miracle des pains, parce que leur cœur était endurci.

53 Après avoir traversé la mer, ils vinrent dans le pays de Génésareth, et ils abordèrent. 54 Quand ils furent sortis de la barque, les gens, ayant aussitôt reconnu Jésus, 55 parcoururent tous les environs, et l’on se mit à apporter les malades sur des lits, partout où l’on apprenait qu’il était.56 En quelque lieu qu’il arrive, dans les villages, dans les villes ou dans les campagnes, on mettait les malades sur les places publiques, et on le priait de leur permettre seulement de toucher le bord de son vêtement. Et tous ceux qui le touchaient étaient guéris. (Marc 6: 45-56)

Encore une fois le prophète Isa al Masih prononce une Parole d’autorité et cela se ‘produit’. Mais les disciples ne ‘comprennent pas’. La raison n’est pas un manque d’intelligence; ce n’est pas parce qu’ils n’étaient pas là; ce n’est pas qu’ils sont de mauvais disciples; et ce n’est pas qu’ils sont incroyants. Il est dit que ‘leur cœur était endurci’. Souvenez-vous de ce que le prophète Jérémie (PSL) avait prophétisé : une Nouvelle Alliance viendrait où la Loi s’inscrirait dans nos cœurs. Jusqu’à ce que cette Alliance change une personne, le cœur est endurci – même le cœur des disciples proches du Prophète! Et nos cœurs endurcis nous empêchent aussi de comprendre la vérité spirituelle révélée par les prophètes.

Voilà pourquoi le travail préparatoire du prophète Yahva (PSL) est si important. Nous avons vu qu’il a appelé les gens à se repentir en confessant leur péché au lieu d’essayer de le cacher. Si les disciples d’Isa al Masih avaient le cœur endurci, à plus forte raison, vous et moi, n’avons-nous pas besoin de repentance et confession de péché? Peut-être voudrez-vous bien m’accompagner dans une prière vers Allah sous forme de confession comme Dawud (PSL). Allah connaît même nos pensées, alors nous pouvons prier silencieusement dans nos cœurs tout simplement :

O Dieu! aie pitié de moi dans ta bonté;

Selon ta grande miséricorde, efface mes transgressions;

Lave-moi complètement de mon iniquité,

Et purifie-moi de mon péché.

Car je reconnais mes transgressions,

Et mon péché est constamment devant moi.

J’ai péché contre toi seul,

Et j’ai fait ce qui est mal à tes yeux,

En sorte que tu seras juste dans ta sentence,

Sans reproche dans ton jugement.

O Dieu! crée en moi un cœur pur,

Renouvelle en moi un esprit bien disposé.

Ne me rejette pas loin de ta face,

Ne me retire pas ton Esprit saint.

Et qu’un esprit de bonne volonté me soutienne! (Psaume 51)

Voilà une prière que je prie, et je vous encourage à faire de même, afin que les messages des prophètes soient compris par un cœur attendri et pur, dans la poursuite de notre étude de l’Injil.

 

Le prophète Isa (PSL) guérit: par la Parole de l’autorité

Dans l’article précédent nous avons vu que le prophète Isa al Masih (PSL) avait enseigné avec une grande autorité, autorité que seul le Masih pouvait légitimement avoir. Après l’enseignement du Sermon sur la montagne, l’Injil rapporte que :

Lorsque Jésus fut descendu de la montagne, une grande foule le suivit. 2 Et voici, un lépreux s’étant approché se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, si tu le veux, tu peux me rendre pur.

3 Jésus étendit la main, le toucha, et dit: Je le veux, sois pur. Aussitôt il fut purifié de sa lèpre.4 Puis Jésus lui dit: Garde-toi d’en parler à personne; mais va te montrer au sacrificateur, et présente l’offrande que Moïse a prescrite, afin que cela leur serve de témoignage. (Matthieu 8:1-4)

Nous voyons que le prophète Isa (PSL) montre son autorité cette fois par la guérison d’un lépreux. Il a tout simplement dit ‘Sois pur’ et le lépreux a été à la fois purifié et guéri. Ses paroles avaient l’autorité de guérir aussi bien que d’enseigner.

Mais ce récit suit avec la rencontre d’Isa (PSL) et d’un ‘ennemi’. Les romains étaient les occupants détestés de terre juive à cette époque.  Les sentiments de certains palestiniens envers les israéliens aujourd’hui – seraient comparables à ceux des juifs envers les romains de l’époque. Le pire (pour le peuple juif) était les soldats romains qui extorquaient souvent les gens par abus de pouvoir. Pire encore étaient les officiers romains – les ‘centeniers’ qui commandaient les soldats sous leur autorité. Isa (PSL) rencontre alors un de ces ‘détestés’. Voici ce qui s’est passé:

Isa al Masih (PSL) et un centenier

5 Comme Jésus entrait dans Capernaüm, un centenier l’aborda, 6 le priant et disant: Seigneur, mon serviteur est couché à la maison, atteint de paralysie et souffrant beaucoup.

7 Jésus lui dit: J’irai, et je le guérirai.

8 Le centenier répondit: Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit; mais dis seulement un mot, et mon serviteur sera guéri. 9 Car, moi qui suis soumis à des supérieurs, j’ai des soldats sous mes ordres; et je dis à l’un: Va! et il va; à l’autre: Viens! et il vient; et à mon serviteur: Fais cela! et il le fait.

10 Après l’avoir entendu, Jésus fut dans l’étonnement, et il dit à ceux qui le suivaient: Je vous le dis en vérité, même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi. 11 Or, je vous déclare que plusieurs viendront de l’orient et de l’occident, et seront à table avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux. 12 Mais les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. 13 Puis Jésus dit au centenier: Va, qu’il te soit fait selon ta foi. Et à l’heure même le serviteur fut guéri. (Matthieu 8:5-13)

Les paroles du Masih avaient une telle autorité qu’il devait tout simplement dire l’ordre (à grande distance) et cela se produisait! Mais ce qui a étonné Isa (PSL) était que seul cet ‘ennemi’ païen avait la foi de reconnaître la puissance de sa Parole – que le Masih avait l’autorité de Dire et cela Arriverait. L’homme que nous pensions sans foi (parce qu’il appartenait au ‘mauvais’ peuple et à la ‘mauvaise’ religion), d’après les paroles d’Isa (PSL), se joindrait un jour au festin du paradis avec Ibraham (PSL) et les autres justes, tandis que ceux de la religion ‘correcte’ et du peuple ‘correct’ seraient “ jetés dans les ténèbres du dehors”. Nous devons choisir prudemment où placer notre foi, et Isa (PSL) nous avertit que ni religion ni héritage ne garantissent le paradis.

Jésus ramène à la vie la fille d’un chef de synagogue

Cela ne signifie pas qu’Isa al Masih (PSL) ne guérit pas les dirigeants juifs. En fait, un des miracles les plus puissants était la résurrection de la fille défunte d’un chef de synagogue. L’Injil nous le rapporte de la façon suivante:

40 A son retour, Jésus fut reçu par la foule, car tous l’attendaient.

41 Et voici, il vint un homme, nommé Jaïrus, qui était chef de la synagogue. Il se jeta à ses pieds, et le supplia d’entrer dans sa maison, 42 parce qu’il avait une fille unique d’environ douze ans qui se mourait.

Pendant que Jésus y allait … survint de chez le chef de la synagogue quelqu’un disant: Ta fille est morte; n’importune pas le maître.

50 Mais Jésus, ayant entendu cela, dit au chef de la synagogue: Ne crains pas, crois seulement, et elle sera sauvée.

51 Lorsqu’il fut arrivé à la maison, il ne permit à personne d’entrer avec lui, si ce n’est à Pierre, à Jean et à Jacques, et au père et à la mère de l’enfant. 52 Tous pleuraient et se lamentaient sur elle. Alors Jésus dit: Ne pleurez pas; elle n’est pas morte, mais elle dort.

53 Et ils se moquaient de lui, sachant qu’elle était morte. 54 Mais il la saisit par la main, et dit d’une voix forte: Enfant, lève-toi. 55 Et son esprit revint en elle, et à l’instant elle se leva; et Jésus ordonna qu’on lui donne à manger. 56 Les parents de la jeune fille furent dans l’étonnement, et il leur recommanda de ne dire à personne ce qui était arrivé. (Luc 8:40-56)

Encore une fois, simplement par un Mot d’Ordre, Jésus ressuscite une jeune fille de la mort. Ce n’est pas la religion ou le manque de religion, le fait d’être juif ou non, qui empêchait Isa al Masih (PSL) d’accomplir des miracles de guérison. Là où il trouvait la foi, quelque soit le sexe, la race ou la religion, il guérissait avec autorité.

Isa al Masih (PSL) guérit beaucoup, y compris des amis

L’Injil rapporte aussi qu’Isa (PSL) est allé à la maison de Pierre, qui plus tard deviendrait l’orateur principal des 12 disciples (compagnons). Et une fois arrivé il a vu un besoin et a rendu service. D’après les Écritures:

14 Jésus se rendit ensuite à la maison de Pierre, dont il vit la belle-mère couchée et ayant la fièvre. 15 Il toucha sa main, et la fièvre la quitta; puis elle se leva, et le servit.

16 Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, 17 afin que s’accomplisse ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète:

Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies. (Matthieu 8:14-17)

Remarquez son autorité sur les mauvais esprits qu’il chassait des personnes tout simplement ‘par sa parole’. L’Injil nous rappelle alors que le Zabur avait prédit que les guérisons miraculeuses seraient un signe de l’arrivée du Masih. En fait le prophète Esaïe (PSL) avait aussi prophétisé dans un autre passage, parlant au nom du Masih à venir:

L’Esprit du Seigneur, l’Eternel, est sur moi,

Car l’Eternel m’a oint (Note ‘oint’ = ‘Masih’ donc le passage concerne le Masih) pour porter de bonnes nouvelles aux malheureux;

Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé,

Pour proclamer aux captifs la liberté,

Et aux prisonniers la délivrance;

2 Pour publier une année de grâce de l’Eternel[a],

Et un jour de vengeance de notre Dieu;

Pour consoler tous les affligés;

3 Pour accorder aux affligés de Sion,

Pour leur donner un diadème au lieu de la cendre,

Une huile de joie au lieu du deuil,

Un vêtement de louange au lieu d’un esprit abattu. (Esaïe 61: 1-3)

Le prophète Esaïe avait prédit (750 av. J.-C.) que le Masih apporterait ‘de bonnes nouvelles’ (= ‘évangile’ = ‘injil’) aux pauvres et le réconfort, la liberté et la délivrance aux personnes. L’enseignement, la guérison des malades (suppression de la virgule) et la résurrection des morts étaient les moyens utilisés par le prophète Isa (PSL) pour accomplir la prophétie. Et il a fait toutes ces choses par simple Parole d’autorité adressée aux personnes, à la maladie, aux mauvais esprits et même à la mort. Voilà pourquoi le Qur’an l’appelle:

(Rappelle-toi) quand les Anges dirent: «Ô Marie, voilà qu’Allah t’annonce une parole de Sa part: son nom sera «Al-Masīḥ», «˒Issā», fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l’au-delà, et l’un des rapprochés d’Allah» Sourate 3:45 (Al-Imran)

Et l’Injil, dit de même au sujet d’Isa (PSL) que

… Son nom est la Parole de Dieu. (Apocalypse 19: 13)

Le prophète Isa (PSL), en tant que Masih, avait une telle autorité de parole qu’on l’appelait aussi ‘Parole de la part de Dieu’ et ‘Parole de Dieu’. Puisqu’on l’appelle ainsi dans les Livres Saints, il serait sage de respecter son autorité et d’écouter ses enseignements.