Comment devrais-je jeûner?

Quand vient le Ramadan et qu’il est temps de jeûner, je discute avec des amis sur la façon de jeûner. Par exemple, si le Ramadan arrive dans la période de mai à juillet et que nous vivions dans un pays nordique avec presque 18 ou plus d’heures entre le lever et le coucher du soleil, on se pose la question de savoir s’il est possible d’utiliser d’autres barèmes de temps, par exemple le lever et le coucher du soleil à La Mecque. Pour répondre à cette question et à d’autres en recherchant ce qui est permis et ce qui ne l’est pas dans des situations complexes, mes amis suivent différentes règles promulguées par différents savants.

Aussi importantes que puissent être ces discussions, nous oublions presque toujours la question aussi importante qui est de savoir comment nous devrions vivre afin que notre jeûne plaise à Allah. Les prophètes avaient beaucoup de choses à dire sur ce sujet et leur message sur comment vivre et jeûner est aussi important pour nous maintenant qu’il l’était de leur vivant.

Le prophète Esaïe (PSL) a vécu à une époque (voir le ligne de temps) où les croyants pratiquaient leurs obligations religieuses telles que la prière et le jeûne de façon stricte,

Chronologie historique du prophète Esaïe (PSL) avec d’autres prophètes du Zabour

Chronologie historique du prophète Esaïe (PSL) avec d’autres prophètes du Zabour

et étaient donc religieux, mais ce fut aussi un temps de grande corruption (voir l’article d’introduction au Zabur comme survol de cette période). Il y avait beaucoup de corruption, de disputes et de querelles parmi le peuple. Cela ressemble à aujourd’hui, n’est-ce pas? Ainsi ce message est important pour nous.

Le vrai jeûne

58 Crie à pleine voix sans te retenir,

fais retentir ta voix comme une trompette

et révèle à mon peuple sa révolte,

à la famille de Jacob ses péchés!

C’est moi que, jour après jour, ils consultent:

ils veulent connaître mes voies.

Comme une nation qui aurait pratiqué la justice

et n’aurait pas abandonné le droit institué par son Dieu,

ils me réclament des jugements conformes à la justice,

ils désirent se rapprocher de Dieu.

«A quoi nous sert-il de jeûner, si tu ne le vois pas,

de nous humilier, si tu n’y fais pas attention?»

C’est que, le jour où vous jeûnez, vous accomplissez vos propres désirs

et traitez durement tous vos ouvriers.

Votre jeûne débouche sur des procès et des disputes,

sur de méchants coups de poing.

Vous ne jeûnez pas, comme vous le faites aujourd’hui,

de manière à faire entendre votre voix là-haut.

Est-ce un jeûne de ce genre que je préconise,

un jour où l’homme s’humilie?

S’agit-il de courber la tête comme un roseau?

Faut-il se coucher sur le sac et la cendre?

Est-ce cela que tu appelles un jeûne,

un jour agréable à l’Eternel?

Voici le genre de jeûne que je préconise:

détacher les chaînes dues à la méchanceté,

dénouer les liens de l’esclavage,

renvoyer libres ceux qu’on maltraite.

Mettez fin aux contraintes de toute sorte!

Partage ton pain avec celui qui a faim

et fais entrer chez toi les pauvres sans foyer!

Quand tu vois un homme nu, couvre-le!

Ne cherche pas à éviter celui qui est fait de la même chair que toi!

Alors ta lumière jaillira comme l’aurore

et ta restauration progressera rapidement,

ta justice marchera devant toi

et la gloire de l’Eternel sera ton arrière-garde.

Alors tu appelleras et l’Eternel répondra,

tu crieras et il dira: «Me voici!»

Oui, si tu éloignes du milieu de toi la contrainte,

les gestes menaçants et les paroles mauvaises,

10 si tu partages tes propres ressources avec celui qui a faim,

si tu réponds aux besoins de l’opprimé,

ta lumière surgira au milieu des ténèbres

et ton obscurité sera pareille à la clarté de midi.

11 L’Eternel sera constamment ton guide,

il répondra à tes besoins dans les endroits arides

et il redonnera des forces à tes membres.

Tu seras pareil à un jardin bien arrosé,

à une source dont l’eau n’arrête jamais de couler.

12 Grâce à toi, on reconstruira sur d’anciennes ruines,

tu relèveras des fondations vieilles de plusieurs générations.

On t’appellera réparateur de brèches,

restaurateur de sentiers fréquentés. (Ésaïe 58:1-12)

Le peuple de cette époque n’a pas prêté attention à ce message et à d’autres qui les avertissaient de jugement s’ils ne se repentaient pas (voir ici ce que le prophète Yahya PSL a enseigné sur la repentance). Ils ont été jugés et comme le prophète Musa (PSL) avait dit dans la Thora (ici), le jugement est un signe et une mise en garde pour nous.

Nous avons tous à décider si nous allons obéir à ce message et nous repentir sur notre façon de vivre et de nous comporter les uns envers les autres. Mais il ne servira à rien de jeûner selon n’importe quelles règles que nous choisirions et manquer de plaire à Allah en vivant d’une manière qui lui déplaise.

Qui est « l’Esprit de vérité» que Isa (PSL) a promis dans l’Injil?

Juste avant d’être arrêté et condamné, le prophète Isa al Masih (PSL) a fait un long discourt avec ses disciples qui a été écrit dans l’évangile de Jean (Jean est un des 12 disciples d’Isa). Dans son discourt Isa (PSL) fait la promesse à ses disciples que l’esprit de vérité viendra après lui. Une question se pose donc à nous : Quoi ou qui est l’esprit de vérité?

Controverse par Ahmed Deedat

Ce sujet a amené de la controverse quand des apologètes de haut niveau comme Ahmed Deedat, ont écrits, débattus et fait des vidéos sur youtube pour déclarer qu’il s’agissait simplement du prophète Mahomet (PSL). J’ai entendu sa réflexion comme plusieurs d’entre vous. Je pense que nous devons arriver à nos propres conclusions sur cette question en basant nos réflexions sur de bonnes recherches et non uniquement les conclusions d’un imam célèbre ou ce que Deedat enseigne.

Pour notre quête d’information nous devons nous concentrer sur les paroles d’Isa (PSL) au sujet de l’esprit de Vérité inscrites dans l’évangile de Jean car c’est la seule source d’information que nous possédons tous. Vous pouvez lire ici le passage sur le sujet et je vous le recommande afin d’avoir une bonne compréhension du contexte. Je vais regarder avec vous les sections qui parlent directement de cet esprit de vérité. Comment Isa (PSL) décrit il la venu de cet esprit de vérité?

Isa (PSL) enseigne sur l’esprit de vérité

Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous, l’Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu’il ne le voit point et ne le connaît point; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous.Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous.Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez aussi. (Jean 14 : 16-19)

Isa al Masih (PSL) d’écrit l’esprit de vérité:

  • Un « consolateur ». Le mot Grec utilise est παράκλητον (parakletos), qui provident de « para » (proche, a coté) et ‘kaleo’ (donner une parole ou un jugement). D’autre traduction qui pourraient être utilisés sont : réconforter, conseiller, avocat)
  • Le monde ne peut pas le voir ou le connaître.
  • Il sera « dans » les disciples

Ces descriptions ne semble pas bien convenir à un homme qui a un corps physique car tous le monde peuvent le voir. Aussi, la section qui parle de l’esprit de vérité vivant dans les disciples n’est pas une description d’un prophète physique. Continuons à lire les paroles d’Isa (PSL).

Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous.Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.(Jean 14:25-26)

Donc cet esprit de vérité enseignera les disciples et leur rappellera les enseignements d’Isa al Masih (PSL).

Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi;et vous aussi, vous rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi dès le commencement.(Jean 15:26-27)

Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous; mais, si je m’en vais, je vous l’enverrai.Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement :en ce qui concerne le péché, parce qu’ils ne croient pas en moi;la justice, parce que je vais au Père, et que vous ne me verrez plus;le jugement, parce que le prince de ce monde est jugé.

J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant.Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir.Il me glorifiera, parce qu’il prendra de ce qui est à moi, et vous l’annoncera.Tout ce que le Père a est à moi; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prend de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera.(Jean 16:7-15)

Dans ce passage nous voyons que l’esprit de Vérité sera envoyé aux disciples et qu’il les guidera dans toute la vérité (même les choses à venir). Rappelons nous que dans le signe de la torah que cette habilité était un signe que Musa (PSL) donna au people pour savoir si quelqu’un était un vrai prophète.

Deedat a-t-il raison? Est-ce que le prophète Mahomet (PSL) est cet esprit de Vérité?

Avec toutes ces descriptions je peux difficilement l’associer avec le prophète Mahomet (PSL). Après tout, le prophète Mahomet (PSL) avait un corps physique et a donc été perçu (même par ceux qui ne l’ont pas accepté comme Quresh ou Quraysh à la Mecque). Le prophète Mahomet (PSL) n’a certainement pas « vécu dans » les disciples d’Isa (PSL). Le prophète Mahomet (PSL) n’a pas été envoyé aux disciples pour les instruire et les guider. Effectivement le prophète Mahomet (PSL) vécu 600 ans après les disciples d’Isa (PSL), il n’a donc pas eu d’interaction avec eux. L’esprit de vérité devait avoir réalisé toutes ces choses comme promis.

Après la lecture et l’étude des arguments que Deedat utilisent pour associer l’esprit de vérité avec le prophète Mahomet (PSL), je trouve qu’ils sont des demis vérités et qu’ils ne représentent pas les paroles d’Isa (PSL). Malgré son grand zelle je trouve ses arguments une distorsion de la réalité. Vous pouvez ne pas être d’accord avec moi mais je ne le trouve pas fiable sur le sujet de l’esprit de vérité. Les faits de concorde pas entre l’esprit de Vérité et Mahomet (PSL).

Qui est l’esprit de Vérité?

Mais qui est donc l’esprit de vérité? Si nous lisons le livre des Actes qui est une continuation de l’évangile de Luc et qui traite des événements des compagnons d’Isa (PSL) immédiatement après son départ, la question devient plus claire. Ici nous lisons ce que Isa (PSL) a fait et dit juste avant de partir pour le ciel (Le Jean mentionné dans ce passage par Isa (PSL), est le prophète Yahya – PSL).

Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il; car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit. Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ? Il leur répondit : Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.

Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu’ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux. (Actes 1:4-9)

Ici, nous lisons encore que juste avant son départ il parle de la venue du « saint esprit ». Le chapitre suivant qui se passe quelque jours après le départ d’Isa (PSL) au ciel (La pentecôte est le festival qui se passé 50 jours après la Paque – voir le signe de la paque pour plus d’explication.)

Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel. Au bruit qui eut lieu, la multitude accourut, et elle fut confondue parce que chacun les entendait parler dans sa propre langue. Ils étaient tous dans l’étonnement et la surprise, et ils se disaient les uns aux autres : Voici, ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous Galiléens ? Et comment les entendons-nous dans notre propre langue à chacun, dans notre langue maternelle ? Parthes, Mèdes, Élamites, ceux qui habitent la Mésopotamie, la Judée, la Cappadoce, le Pont, l’Asie, la Phrygie, la Pamphylie, l’Égypte, le territoire de la Libye voisine de Cyrène, et ceux qui sont venus de Rome, Juifs et prosélytes, Crétois et Arabes, comment les entendons-nous parler dans nos langues des merveilles de Dieu ? Ils étaient tous dans l’étonnement, et, ne sachant que penser, ils se disaient les uns aux autres : Que veut dire ceci? (Actes 2:1-12)

Ici nous lisons que le saint esprit remplis les disciples et qu’ils purent miraculeusement parler d’autres langages. En continuant de lire le livre des actes nous y voyons les disciples se faire guider par le saint esprit qui habitait en eux.

Ces passages correspondent aux détails que le prophète Isa (PSL) a dit au sujet de l’esprit de vérité. Tout cela nous impose des questions et des implications. Creusons un peu sur les implications de ce que nous avons lu.

L’esprit de Vérité et les écrits des disciples du prophète Isa al Masih (PSL)

Dans les écrits des compagnons d’Isa (PSL) il est clair qu’à partir de cet événement ils sont habités de l’esprit de vérité. Nous le lisons dans les exemples suivant tirés de divers écrits:

Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons (1 Timothée 4:1)

Par la puissance des miracles et des prodiges, par la puissance de l’Esprit de Dieu, en sorte que, depuis Jérusalem et les pays voisins jusqu’en Illyrie, j’ai abondamment répandu l’Évangile de Christ. (Romans 15:19)

Et l’ange me dit : Écris : Heureux ceux qui sont appelés au festin de noces de l’agneau ! Et il me dit : Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu. Et je tombai à ses pieds pour l’adorer; mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu. -Car le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie. (Révélation 19:9-10)

Ces passages tirés des écrits des compagnons d’Isa (PSL) dans le nouveau testament montre clairement leurs interactions avec l’esprit de Vérité. Dans le premier des passage  l’esprit donne une prophétie à l’auteur à propos des événements futures (des personnes s’éloignerons du bien pour suivre le mal). Dans le second passage l’auteur parle de miracles qu’il a fait grâce a l’esprit lors de son témoignage de l’évangile (Injil) de Jésus (ou Isa – PSL). Dans le troisième passage l’auteur voit un ange dans une vision et est tenté à l’adorer mais l’ange lui dit d’adorer seulement Dieu puit déclare que c’est par l’esprit de prophétie que cette vision est arrivé au sujet de Isa (PSL).

Tout cela est très similaire aux indicateurs qu’Isa (PSL) a donné lors de son discourt au sujet  de ce que l’esprit de vérité fera. Cet esprit habitera et guidera les disciples d’Isa pour qu’ils prophétisent le message de l’esprit au sujet d’Isa (PSL).

C’est la raison pourquoi nous devons prendre les écrits des disciples d’Isa (PSL) dans le nouveau testament sérieusement. Leurs écrit furent inspiré par cet esprit de vérité et devrait être pris au sérieux comme nous prenons au sérieux les prophéties de Musa dans la Tora. Une des promesses que Isa (PSL) a donné est que l’esprit de vérité leur rappellera tout ce qu’il (Isa – PSL) leur a dit. Si c’est bien le cas, alors les écrits de ses compagnons doivent être entendus.

L’esprit de vérité et les adhérents à l’Injil

Une autre implication de la venu de l’esprit de vérité est que non seulement il a inspiré les compagnons d’Isa (PSL) mais il habite tous ceux qui on confiance en l’Injil. Cette présence transformera nos vies. Notons ce que les versés suivant dissent à ce sujet.

En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, (Éphésiens 1:13)

Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n’est pas contre ces choses.(Galates 5:22-23)

La promesse de l’esprit n’était pas uniquement pour inspirer les compagnons d’Isa (PSL). Elle est aussi pour toutes les personnes qui on confiance en l’Injil pour que leur vie soit sellée avec ce même esprit de vérité pour que nous puissions vivre nos vies avec les fruits de l’esprit énumérés dans le passage (en faisant disparaître la discorde, l’envie, l’avarice, la jalousie, la rage, les mauvais désirs et le manque de contrôle). Je peux affirmer que dans ma vie personnel l’esprit de vérité ma changé de l’intérieur et que mes actions extérieurs ont changées par la suite. C’est une véritable bénédiction de l’Injil et une des raisons pourquoi c’est une « bonne nouvelle ».

L’esprit de vérité au commencement

Quand nous regardons en profondeur dans l’histoire du saint-esprit nous y découvrons qu’Il joue un rôle important même au début de la Torah. Nous lisons au moment de la création de toute choses dans le premier versé de la Torah :

Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. (Genèse 1:1-2)

L’esprit est donc présent dès le début!

Tout cela nous fait poser une question importante: comment comprenons nous cet esprit de Dieu ou Esprit de vérité? C’est un grand mystère mais peut être que notre compréhension du Coran peut nous aider. Plusieurs considèrent le Coran comme étant la parole de Dieu depuis le début des temps. Il a été révélé au prophète Mahomet (PSL) mais a toujours existé et n’a donc pas été créé. Peut-être que d’une façon similaire l’esprit de Dieu (dont nous avons lu dans la Torah qu’Il été présent au début de la création) est éternel et est une essence qui provient directement d’Allah. Mais les livres n’expliquent pas cela en détails donc nous pouvons considérer cela comme un mystère que « Dieu seul connaît ».

Nous connaissons probablement tous des personnes qui s’efforcent de mémoriser le Coran afin que la parole soit « en » eux. Si l’esprit de Vérité peut aussi rester en nous pour nous transformer afin que nos vies soit remplis des fruits nommés dans la parole de Dieu – ne serait ce pas une grande bénédiction?  Une qui en vaut vraiment la peine? J’espère que vous aller pouvoir réfléchir sur l’importance de l’esprit de Vérité qui a été promis de vivre en nous et sur ce que tout cela veut dire pour vous.

Devrait Noël être «Joyeux» pour les musulmans aussi?

joyeux noelJoyeux Noël!” C’est le vœu traditionnel à Noël et j’aimerais vous le souhaiter!

Beaucoup savent que Noël est la fête qui commémore la naissance d’Isa al Masih (PSL).  Mais, tout de même, pourquoi ce jour est-il particulièrement ‘Joyeux’? Après tout, il existe beaucoup de prophètes nés d’autres jours et bien que nous nous en souvenions, c’est la naissance d’Isa qui est appelée Joyeuse. Pourquoi? Et pour qui est-ce joyeux? En connaissant la réponse votre Noël changera d’un beau congé pour les autres en un jour d’émerveillement devant la miséricorde et la bonté d’Allah pour vous-même – et les autres jours de l’année en seront d’autant plus joyeux.

La naissance d’Isa al Masih, né d’une vierge et annoncé par Jibril

Beaucoup savent que parmi toutes les naissances de l’histoire humaine, y compris celles de tous les prophètes, la naissance d’Isa al Masih (PSL) était unique parce qu’il est né d’une vierge. Cette naissance était si importante qu’elle a été annoncée à Marie (Mariam) par l’archange Gabriel (Jibril) qui, comme nous le savons, n’est envoyé qu’avec les messages les plus importants.  L’Injil nous le relate ainsi:

Dieu envoya l’ange Gabriel dans une ville de Galilée appelée Nazareth, chez une jeune fille liée par fiançailles à un homme nommé Joseph, un descendant du roi David. Cette jeune fille s’appelait Marie. L’ange entra chez elle et lui dit:
—Réjouis-toi, toi à qui Dieu a accordé sa faveur: le Seigneur est avec toi.

Marie fut profondément troublée par ces paroles; elle se demandait ce que signifiait cette salutation. L’ange lui dit alors:
—N’aie pas peur, Marie, car Dieu t’a accordé sa faveur. Voici: bientôt tu seras enceinte et tu mettras au monde un fils; tu le nommeras Jésus. Il sera grand. Il sera appelé «Fils du Très-Haut», et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son ancêtre. Il régnera éternellement sur le peuple issu de Jacob, et son règne n’aura pas de fin.

Marie dit à l’ange:
—Comment cela se fera-t-il, puisque je suis vierge?

L’ange lui répondit:
—L’Esprit Saint descendra sur toi, et la puissance du Dieu très-haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu. Vois: ta parente Elisabeth attend elle aussi un fils, malgré son grand âge; on disait qu’elle ne pouvait pas avoir d’enfant, et elle en est à son sixième mois. Car rien n’est impossible à Dieu.

Alors Marie répondit:
—Je suis la servante du Seigneur. Que tout ce que tu m’as dit s’accomplisse pour moi.
Et l’ange la quitta.  (Luc 1:26-38)

(Vous verrez que dans l’annonce de Gabriel (Jibril) il utilise le titre particulier ‘Fils de Dieu’. Vous trouverez ici ce que ce terme veut dire … et ne veut pas dire)

La naissance d’Isa al Masih – prophétisée des centaines d’années auparavant

L’Injil (Évangile) rapporte la naissance d’Isa al Masih (‘Masih’ signifie Messie =’Christ’) mais l’histoire ne débute pas là car 700 ans avant la naissance d’Isa al Masih le prophète Esaïe du Zabur avait donné cette prophétie exceptionnelle (expliquée en détail ici) :

La jeune fille sera enceinte et elle enfantera un fils, elle lui donnera pour nom: Emmanuel (Dieu avec nous). (Esaïe 7:14, environ 700 av. J.-C.)

 La naissance d’Isa al Masih – prophétisée au début de l’histoire humaine

La naissance d’une vierge était donc volontairement prévue et annoncée par Allah des centaines d’années auparavant.  Il doit y avoir une raison importante!  Si nous examinons la Thora nous trouvons que même au tout début de l’histoire humaine (!) cette naissance d’une vierge était prévue.  La Thora, bien qu’elle traite du Commencement, a été rédigée en tenant compte de la Fin. On peut le voir dans le Paradis au début de l’histoire humaine, lorsque Shaytan a réussi à séduire Adam et Eve.  A cette époque, Allah confronté Shaytan et lui a parlé dans une énigme:

“… Je (Allah) placerai l’inimitié entre toi (Shaytan) et entre la femme, entre ta semence et entre sa semence. Lui, il te visera la tête et toi tu lui viseras le talon.” (Genèse 3:15)

Voilà une énigme – mais compréhensible. En lisant attentivement vous verrez que cinq personnages différents y sont mentionnés ET qu’elle est prophétique car elle porte le regard vers l’avenir (voir l’utilisation répétée des verbes au futur).  Les personnages sont donc:

  1. Dieu (ou Allah)
  2. Shaytan (ou Iblis)
  3. La femme
  4. La descendance (semence) de la femme
  5. La descendance (semence) de Shaytan

Et l’énigme décrit comment ces personnages interagiront à l’avenir. La figure ci-dessous l’illustre:

Les personnages et leurs relations dans la Promesse d’Allah donnée au Paradis

Les personnages et leurs relations dans la Promesse d’Allah donnée au Paradis

 

Allah se chargera de ce que Shaytan et la femme tous les deux aient une ‘semence’. Il y aura ‘inimitié’ ou haine entre les descendances et entre la femme et Shaytan. Shaytan ‘visera le talon’ de la descendance de la femme tandis que la descendance de la femme ‘visera la tête’ de Shaytan.

Réfléchissons-y un instant.  Du fait que la ‘semence’ de la femme est dénommé ‘il’ nous savons qu’il s’agit d’un seul être humain de sexe masculin. Cela veut dire qu’en tant que ‘il’ la descendance n’est pas ‘ils’ (c.-à-d. n’est pas au pluriel). La descendance n’est PAS un groupe de personnes qu’il s’agisse d’une nation ou d’un groupe religieux comme les Juifs, les Chrétiens ou les Musulmans. En tant que ‘il’ la descendance n’est pas une ‘chose’ (la descendance est une personne). Cela élimine l’interprétation de la descendance comme philosophie, enseignement ou religion donné. La descendance n’est donc PAS (par exemple) le Christianisme ou l’Islam parce que la descendance serait alors dénommée comme une ‘chose’.

Remarquez aussi ce qui n’est PAS dit. Allah ne promet pas de descendance à l’homme comme il le promet à la femme. Le fait est vraiment extraordinaire vu l’importance des fils venant de pères à travers la Thora, le Zabur et l’Injil (la Bible ou al kitab). Mais ce cas est différent – aucune promesse n’est faite d’une descendance (un ‘il’) venant d’un homme. Il est dit seulement qu’une descendance viendra de la femme, sans faire mention d’un homme.

Nous voyons ici la première prophétie des Livres, sous forme d’énigme à Shaytan, de la naissance virginale à venir. Si vous lisez l’énigme avec cette perspective tout se met en place. Jésus (Isa – PSL) est la descendance d’une femme qui est né sans la semence d’un homme – né d’une vierge. Il ‘visera la tête’ de Shaytan.  Mais qui est son ennemi, la descendance de Shaytan? Les prophètes ultérieurs parlent d’un ‘Fils de Destruction’, ‘Fils de Shaytan et d’autres titres qui prédisent un dirigeant futur qui s’opposera ‘au Christ’ (Masih). Ces prophètes parlent d’un conflit futur entre cet ‘Anti-Christ’ et le Christ (ou Masih), qui résulte en la victoire du Masih.

Isa al Masih – sauve nous de nos péchés

Donc des grands thèmes des prophètes commencent ici dès le début de la Thora (lire le Signe d’Adam pour plus de renseignements) mais la question reste à savoir pourquoi Noël est Joyeux pour vous et moi?  Pensons un peu à ce sujet.

Parce qu’Isa n’a pas été conçu par un homme, il a été conçu par la puissance d’Allah, tout comme le rapporte l’Injil dans l’explication de Gabriel (Jibril) à Joseph, le fiancé de Marie (Mariam), après avoir appris qu’elle était enceinte.

Joseph, son futur mari, était un homme bon et droit. Il ne voulait pas la (Marie) livrer au déshonneur. C’est pourquoi il se proposa de rompre ses fiançailles sans en ébruiter la raison.

Il réfléchissait à ce projet quand un ange du Seigneur lui apparut en rêve et lui dit:
—Joseph, descendant de David, ne crains pas de prendre Marie pour femme, car l’enfant qu’elle porte vient de l’Esprit Saint. Elle donnera naissance à un fils, tu l’appelleras Jésus. C’est lui, en effet, qui sauvera son peuple de ses péchés. (Matthieu 1:19-21)

Isa al Masih (PSL) a le pouvoir de nous sauver de nos péchés! Nous péchons tous, parfois dans les petites choses et parfois dans les grandes choses.  Et nous savons qu’un Jour du Jugement viendra où nous devrons tous rendre compte.  Isa al Masih (PSL) a le pouvoir de vous sauver et de me sauver de nos péchés.  Comprendre cela fera de votre Noël, le jour où on se souvient de sa naissance virginale, un jour Joyeux. Et tous les autres jours de votre année seront Joyeux.

Joyeux Noël – don d’Allah pour vous

C’est la tradition à Noël d’échanger des cadeaux. Pourquoi? C’était pour se rappeler de ce qu’Isa a fait pour nous car l’Injil déclare qu’il nous sauvera de nos péchés simplement en guise de cadeau pour nous. L’Injil dit :

Car le salaire que verse le péché, c’est la mort, mais le don gratuit que Dieu accorde, c’est la vie éternelle dans l’union avec Jésus-Christ notre Seigneur. (Romains 6:23)

Etre sauvé du péché est un cadeau de Dieu – grâce à ce qui s’est passé le jour où Isa al Masih est né.  Mais comme tout cadeau il faut le recevoir avant de pouvoir en bénéficier.  Songez-y.  ‘Savoir’ qu’il existe un cadeau, ‘croire’ en l’existence d’un cadeau, même ‘regarder’ un cadeau, ne vous apportera, d’aucune façon, un bénéfice à moins que vous le receviez.  Voilà pourquoi l’Injil déclare aussi que:

Certains pourtant l’ont accueilli; ils ont cru en lui (Isa al Masih). A tous ceux-là, il a accordé le privilège de devenir enfants de Dieu. Ce n’est pas par une naissance naturelle, ni sous l’impulsion d’un désir, ou encore par la volonté d’un homme, qu’ils le sont devenus; mais c’est de Dieu qu’ils sont nés. (Jean 1:12-13)

Comme l’Injil l’explique, le cadeau nous appartient si nous faisons appel au Seigneur.

Tous ceux qui feront appel au Seigneur seront sauvés. (Romains 10:13)

Je vous souhaite un Joyeux Noël

Vous avez probablement beaucoup de bonnes questions. Que veut dire ‘Masih’? Comment Isa nous sauve-t-il de nos péchés?  Que signifie recevoir ce cadeau?  Est-ce que l’Injil est fiable?  Ce site web est mon cadeau pour vous aider à répondre à ces questions et d’autres questions utiles. J’espère que vous prendrez le temps d’explorer et de comprendre davantage au sujet de la bonne nouvelle de la Thora, du Zabur et de l’Injil. N’hésitez pas à me contacter pour une session skype gratuite afin de parler de ces choses.

Mon souhait est que vous aussi, tout comme j’ai découvert, puissiez passer un très Joyeux Noël.

Comment comprendre le titre ‘Fils de Dieu’?

Peut-être aucune partie de l’Injil (Évangile) ne soulève autant de controverse et discussion que le titre ‘Fils de Dieu ’ utilisé pour le Prophète Isa al Masih (Jésus Christ – PSL) à travers l’Injil (Évangile). L’usage du terme dans l’Injil (Évangile) est probablement la raison principale pour beaucoup de soupçonner la corruption de l’Injil. J’aborde la question de la corruption de l’Injil à partir du Qur’an (ici), de la sunnah (ici), ainsi que de critique textuelle scientifique (ici). La conclusion irrésistible de cette évidence est que l’Injil (Évangile) n’est pas corrompu. Cela n’a pas de sens d’aucun point de vue. Mais alors que faisons-nous de ce terme ‘Fils de Dieu’ qui apparaît dans l’Injil?

Parfois le fait d’entendre un terme, sans essayer d’en comprendre la signification, peut entraîner une conclusion incorrecte. Par exemple, beaucoup de mes amis ici en occident, réagissent fortement et avec émotion contre le terme ‘Jihad’ qui apparaît tellement dans les médias. On leur a fait croire que ce terme signifie ‘un combattant fou’, ‘tuer des personnes innocentes’, ou une idée semblable. En fait, ceux qui prennent le temps de comprendre le terme apprendrons qu’il signifie ‘lutte’ et cette lutte peut être contre une grande variété de forces. Jihad peut être une lutte personnelle avec le péché et la tentation. Cependant, l’usage répandu dans les medias qui met l’accent sur le thème de ‘tuer’ et ‘se battre’ a suscité une compréhension biaisée. Il serait plus sage que les gens comprennent la signification du terme et sa gamme d’usages. Ne tombons pas dans la même erreur avec le terme ‘Fils de Dieu’. Dans cet article nous allons observer ce terme, comprendre d’où il vient, ce qu’il signifie, et ce qu’il ne signifie pas. Tout au moins nous serons alors bien renseignés pour répondre à ce terme et à l’Injil (Évangile).

D’où vient le terme ‘Fils de Dieu’?

Beaucoup seront surpris d’apprendre que le terme ‘Fils de Dieu’ est un titre et qu’il n’est pas originaire de l‘Injil (l’Evangile) du tout. Les écrivains de l’Injil n’ont ni inventé ni commencé le terme. Il n’a non plus été inventé par les Chrétiens. Nous le savons parce qu’il a d’abord été utilisé dans le Zabur, bien avant l’existence des disciples de Isa al Masih (Jésus-Christ – PSL) ou des Chrétiens, inspiré en partie par le prophète Dawud (David – PSL) environ 1000 av. J.-C. Voyons où il apparaît en premier.

2 Les rois de la terre se soulèvent

et les chefs se liguent ensemble

contre l’Eternel et contre celui qu’il a désigné par onction (= Messie = Christ):

3 «Arrachons leurs liens,

jetons leurs chaînes loin de nous!»

 

4 Celui qui siège dans le ciel rit,

le Seigneur se moque d’eux.

5 Puis il leur parle dans sa colère,

il les épouvante dans sa fureur:

6 «C’est moi qui ai établi mon roi

sur Sion, ma montagne sainte!»

7 Je veux proclamer le décret de l’Eternel.

 

Il m’a dit: «Tu es mon fils,

je t’ai engendré aujourd’hui!

8 Demande-le-moi, et je te donnerai les nations en héritage,

les extrémités de la terre en possession.

9 Tu les briseras avec un sceptre de fer,

tu les briseras comme le vase d’un potier.»

 

10 Et maintenant, rois, conduisez-vous avec sagesse!

Juges de la terre, laissez-vous instruire!

11 Servez l’Eternel avec crainte

et réjouissez-vous tout en tremblant.

12 Rendez hommage au fils, de peur qu’il ne s’irrite

et que vous n’alliez à votre perte, (Psaume 2)

Nous observons un discours entre ‘l’ETERNEL’ et ‘celui qu’il désigné par onction’. Au verset 7 nous voyons que ‘l’ETERNEL’ (c.-à-d. Dieu/Allah) parle et dit à Celui désigné par onction que ‘… tu es mon fils; je t’ai engendré aujourd’hui…’ La répétition au verset 12 nous exhorte de ‘Rendre homage au fils…’. Comme vous le voyez, puisque Dieu parle et l’appelle ‘mon fils’ c’est ici l’origine du titre ‘Fils de Dieu’. A qui donne-t’on le titre de ‘Fils’? C’est à ‘celui qu’il a désigné par onction’. En d’autres mots, les titres ‘Fils’ et ‘désigné par oncion’ (‘Oint’) sont utilisés de manière interchangeable à travers le passage. Nous avons vu que Oint =Messie = Masih= Christ, et que le titre ‘Messie’ apparaît pour la première fois dans ce Psaume. Autrement dit le titre ‘Fils de Dieu’ trouve son origine dans exactement le même passage que le terme Masih ou Christ – dans les écritures inspirées du Zabur écrit 1000 ans avant l’arrivée du prophète Isa al Masih (Jésus-Christ).

Cela nous permet de comprendre les accusations portées contre Jésus à son procès. Ci-dessous figure l’interrogation de Jésus à son procès devant les chefs religieux juifs tirée de l’Évangile.

Les titres de Jésus à son procès

66 Au lever du jour, le collège des anciens du peuple, les chefs des prêtres et les spécialistes de la loi se rassemblèrent et firent amener Jésus devant leur sanhédrin. 67 Ils dirent: «Si tu es le Messie, dis-le-nous.»

Jésus leur répondit: «Si je vous le dis, vous ne le croirez pas, 68 et si je vous interroge, vous ne [me] répondrez pas [et vous ne me relâcherez pas non plus]. 69 Désormais le Fils de l’homme sera assis à la droite du Dieu tout-puissant.»

70 Tous dirent: «Tu es donc le Fils de Dieu?» Il leur répondit: «Vous le dites, je le suis.»

71 Alors ils dirent: «Qu’avons-nous encore besoin de témoignages? Nous l’avons entendu nous-mêmes de sa bouche.» (Luc 22:66-71)

Vous remarquerez que les chefs demandent d’abord si Jésus (Isa) est ‘le Messie’ (v. 67). Si je demande à quelqu’un ‘Êtes-vous X?’ cela veut dire que j’ai déjà l’idée de X en tête. J’essaie simplement de faire le lien entre X et la personne à qui je parle. De même, le fait que les chefs juifs disent à Jésus ‘Es-tu le Messie?’ signifie qu’ils avaient la notion de ‘Messie’ déjà en tête. Leur question était sur l’association de la notion de ‘Christ’ à la personne de Jésus. Mais alors ils reformulent la question quelques phrases plus loin ‘Tu es donc le Fils de Dieu?’ Ils traitent les termes ‘Christ’ et ‘Fils de Dieu’ comme équivalents et interchangeables. Ces titres sont les deux faces d’une même réalité. (Jésus répond aussi par ‘fils de l’homme’. Cet autre titre vient d’un passage du livre de Daniel que nous ne pouvons aborder ici puisque nous nous concentrons sur ‘fils de Dieu’). D’où est venue l’idée aux chefs juifs de l’équivalence de ‘Christ’ et ‘Fils de Dieu’? En lisant le psaume 2 – inspiré mille ans avant la venue de Jésus. Autrement dit, il était et est possible logiquement que Jésus ne soit pas le ‘Fils de Dieu’ s’il n’était pas non plus ‘le Christ’. C’est la position que les chefs juifs ont pris comme nous le voyons ci-dessus.

Il est aussi possible que Jésus soit à la fois ‘Christ’ et ‘le Fils de Dieu’. Nous voyons la façon dont Pierre, un disciple leader de Jésus (PSL), déclare l’identité de Jésus quand Jésus le lui demande. C’est écrit dans l’Injil

13 [Jésus] demanda à ses disciples: «Qui suis-je, d’après les hommes, moi le Fils de l’homme?»

14 Ils répondirent: «Les uns disent que tu es Jean-Baptiste; les autres, Elie; les autres, Jérémie ou l’un des prophètes.»

15 «Et d’après vous, qui suis-je?» leur dit-il.

16 Simon Pierre répondit: «Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant.»

17 Jésus reprit la parole et lui dit: «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce n’est pas une pensée humaine qui t’a révélé cela, mais c’est mon Père céleste.

(Matthieu 16:13-17)

Pierre associe naturellement les titres ‘Messie’ et ‘Fils de Dieu’, parce que le fait était établi quand les deux titres provenaient des psaumes (Zabur). Jésus accepte cela comme une révélation de Dieu à Pierre. Jésus est Messie et donc aussi Fils de Dieu.

Mais il est impossible, même contradictoire en soi, que Jésus soit ‘le Christ’ mais pas le ‘Fils de Dieu’ parce que les deux termes ont la même source et la même signification. Il en serait de même de dire qu’une certaine forme est un ‘cercle’ mais qu’elle n’est pas ‘ronde’. Une forme peut être un carré et donc ne pas être un cercle ni être ronde. Mais si quelque chose est un cercle alors elle est aussi ronde. La rondeur fait partie de ce que signifie être un cercle. Dire qu’une certaine forme est un cercle mais n’est pas ronde c’est être incohérent, ou mal comprendre ce que signifient ‘un cercle’ et ‘rondeur’. Il en est de même avec ‘Christ’ et ‘Fils de Dieu’. Jésus est à la fois ‘Messie’ et ‘Fils de Dieu’ (l’assertion de Pierre) ou il n’est ni l’un ni l’autre (l’opinion des chefs juifs de l’époque); mais il ne peut être l’un et pas l’autre.

Que veut dire ‘Fils de Dieu’?

Alors que veut dire le titre? Un indice apparaît dans le Nouveau Testament quand le personnage de Joseph, un des premiers disciples (pas le Joseph de Pharaon), est introduit avec ‘fils de…’. Il est dit

36 Joseph – celui que les apôtres surnommaient Barnabas, ce qui signifie «fils d’encouragement» –, un Lévite originaire de Chypre, 37 vendit un champ qu’il possédait, apporta l’argent et le déposa aux pieds des apôtres. (Actes 4:36-37)

Vous verrez que le surnom Barnabas signifie ‘fils d’encouragement’. L’auteur dit-il que le père s’appelait littéralement ‘Encouragement’ et pour cette raison le fils s’appelait ‘fils d’encouragement’? Non bien entendu! ‘Encouragement’ est un concept abstrait difficile à définir mais facile à comprendre à voir le vécu d’une personne encourageante. Dans ce cas, en regardant la vie et la personne de Joseph quelqu’un pouvait ‘voir’ l’encouragement en action et ainsi comprendre de manière réelle ‘l’encouragement’. De cette manière Joseph est ‘le fils d’encouragement’. Il représentait ‘l’encouragement’ de manière vivante.

“Personne n’a jamais vu Dieu” (Jean 1:18). C’est pourquoi il est difficile pour nous de vraiment comprendre le caractère et la nature de Dieu. Ce qu’il nous faut est de voir Dieu représenté de manière vivante, mais cela est impossible puisque ‘Dieu est Esprit’ et ne peut donc être vu. L’Évangile résume et explique ainsi l’importance de la vie et la personne de Jésus selon la ligne de pensée utilisant les deux titres ‘Parole de Dieu’ et ‘Fils de Dieu’.

14 Et la Parole s’est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père…

16 Nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce sur grâce. 17 En effet, la loi a été donnée à travers Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues à travers Jésus-Christ. 18 Personne n’a jamais vu Dieu. (John 1:14-18)

Autrement dit, comment connaître la grâce et la vérité de Dieu? Nous le voyons en chair et en os dans la vie de Jésus. Les disciples pouvaient comprendre la ‘grâce et la vérité de Dieu en le voyant en Jésus. La loi, avec ses commandements, ne pouvait pas nous donner cet exemple visuel.

Le Fils … venant directement de Dieu

Un autre usage du terme ‘fils de Dieu’ nous aide à comprendre ce qu’il signifie par rapport à Jésus. L’évangile de Luc énumère la généalogie (père à fils) de Jésus remontant jusqu’à Adam. Nous arrivons à la fin de la généalogie où il est dit

38 …fils d’Enos, fils de Seth, fils d’Adam, fils de Dieu. (Luc 3:38)

Nous voyons qu’Adam s’appelle ‘le fils de Dieu’. Pourquoi? Parce qu’Adam n’avait pas de père humain; il est venu directement de Dieu. Jésus n’avait pas de père humain non plus; il est né d’une vierge. Comme il est dit ci-dessus dans l’évangile de Jean il est directement ‘venu du Père’.

Un exemple du Coran de ‘fils de …’

Le Coran utilise l’expression ‘fils de …’ de manière semblable à celle de l’Injil. Considérez l’ayah suivante.

Ils t’interrogent : « Qu’est-ce qu’on doit dépenser ?  » – Dis : « Ce que vous dépensez de bien devrait être pour les pères et mère, les proches, les orphelins, les pauvres et les voyageurs indigents. Et tout ce que vous faites de bien, vraiment Allah le sait ». (Surat al-Baqarah 2:215)

Le terme ‘ voyageurs indigents’ est écrit littéralement comme ‘fils de la route’ dans l’arabe original (‘ibni sabil’ ou  ابن السبيل). Pourquoi? Parce que les interprètes et traducteurs comprennent que la phrase ne se rapporte pas littéralement aux ‘fils’ de la route, mais que l’expression signifie les voyageurs – ceux qui sont fortement liés à et dépendent de la route et sont ainsi pauvres.

Ce que ‘Fils de Dieu’ ne veut pas dire

Nulle part dans la Torah, le Zabur ou l’Injil le terme ‘Fils de Dieu’ ne signifie que Dieu a eu des relations sexuelles avec une femme et a eu un fils physique à la suite. Cette compréhension était courante dans le polythéisme grec ancien où les dieux avaient des ‘épouses’. Mais nulle part dans la Bible est-ce même laissé entendre. Certainement ce serait impossible puisqu’il est dit explicitement en Esaïe et dans l’Évangile que Jésus était né d’une vierge – donc pas de relations.

Résumé

Nous avons vu ici que le prophète Esaïe avait prophétisé environ 750 av. J.-C. qu’un jour dans son avenir un Signe viendrait directement de l’ETERNEL.

14 Voilà pourquoi c’est le Seigneur lui-même qui vous donnera un signe:

la vierge sera enceinte,

elle mettra au monde un fils

et l’appellera Emmanuel. (Esaïe 7:14)

Par définition un fils d’une vierge n’aurait pas de père humain. Nous avons vu ici que l’ange Gabriel (Jibril) avait déclaré à Marie que cela arriverait parce que ‘la puissance du Très-Haut te (Marie) couvrira de son ombre’. Ce ne serait pas le fruit de relations impies entre Dieu et Marie – cela en effet serait blasphème (shirk). Non, ce serait un ‘saint’ de manière tout à fait unique, procédant directement de Dieu sans plan ou effort humains. Il procèderait directement de Dieu tout comme les paroles procèdent directement de nous. En ce sens le Messie était le Fils de Dieu ainsi que la Parole de Dieu.

D’où viennent les termes ‘Masih’ d’Isa & ‘Christ’ de Jésus?

D’où viennent les termes ‘Masih’ d’Isa & ‘Christ’ de Jésus? Le Coran se réfère à Isa (Jésus—PSL) comme ‘al Masih’. Que signifie ceci? D’où vient ce terme? Pourquoi les Chrétiens l’appellent-ils ‘le Christ’? Est-ce que ‘Masih’ est équivalent au ‘Christ’ ou s’agit-il d’une contradiction ou d’une corruption? Le Zabour (Psaumes) pourvoit les réponses à ces questions importantes. Cependant, pour comprendre ce que j’écris dans cet article, on a besoin de lire d’abord l’article ‘Comment a-t-on traduit la Bible?’ puisque j’emploierai la connaissance de base expliquée dans cet article-là pour nous aider à comprendre ces questions à propos de ‘Masih’ ou ‘Christ’.

L’origine de ‘Christ’

Dans le diagramme ci-dessous, on suit le processus de traduction expliquée dans ‘Comment a-t-on traduit la Bible?’ mais, cette fois, je vais mettre l’accent sur le mot ‘Christ’ qui apparaît dans l’Injil, ou Nouveau Testament, moderne.

Le mot 'Christ' dans al kitab (Bible)

Le mot ‘Christ’ dans al kitab (Bible)

Comme on peut voir, dans le texte original en hébreu du Zabour (Psaumes), le terme était ‘mashiyach’, terme défini dans le dictionnaire hébreu comme ‘personne ointe ou consacrée’. C’est la section 1 du diagramme. Certains passages du Zabour parlaient d’un mashiyach spécifique (utilisant un article défini ‘le’) qui, selon les prophéties, allait venir. Quand on a développé la Septante en 250 av. J.-C. (voir Comment a-t-on traduit la Bible?), les savants ont employé un mot grec pour traduire le terme original en hébreu—maschiyach—mot qui possédait un sens semblable : Christos, qui vient de chrio, qui voulait dire ‘frotter d’huile de façon cérémoniale’. Le terme Christos donc s’est traduit par le sens (non pas translitéré par le son) de l’hébreu original (mashiyach) dans la Version grecque pour indiquer cette personne spécifique. Cela se représente dans la section 2 du diagramme. Les disciples d’Isa (Jésus—PSL) comprenaient que lui, il était cette même personne dont on parlait dans la Septante, alors eux, ils continuaient à utiliser le terme Christos dans l’Injil (ou Nouveau Testament). (section 2 encore)

Pourtant, en français moderne (en tant qu’en d’autres langues), il n’existait aucun mot connu qui avait une signification similaire; alors, on a translitéré ‘Christos’ du grec jusqu’en français (et en d’autres langues européennes) comme ‘Christ’. Cela se montre au bas de la section étiquettée #3. Ainsi, le terme français Christ est un titre très spécifique avec ses racines dans l’Ancien Testament (spécifiquement des Psaumes du Zabour) et ceci vient de la traduction de l’hébreu vers le grec puis de la translitération du grec vers le français. Le Zabour hébreu s’est traduit directement en français et des traducteurs ont utilisé des mots différents pour rendre le mot original ‘mashiyach’ en français. Certains ont translitéré le mot hébreu ‘mashiyach’ comme Messie en français, suivant le son. D’autres ont traduit ‘mashiyach’ selon son sens, disant ‘l’Oint’ dans ces passages des Psaumes (ou Zabour). Dans les deux cas, on ne voit pas le mot ‘Christ’ dans les Psaumes en français, le rapport avec l’Ancien Testament n’étant donc pas évident. Mais à travers cette analyse on sait que, dans la Bible (ou al kitab) :

‘le Christ’ = ‘le Messie’ = ‘l’Oint’

et qu’il s’agissait d’un titre spécifique. Les premiers lecteurs grecs du Nouveau Testament auraient lu le Christos de la Septante et auraient vu le rapport direct tandis que nous, il nous faut suivre cette analyse pour le voir.

Alors, d’où vient ‘Masih’ dans le Coran?

Jusqu’ici on a montré comment ‘le Christ’ = ‘le Messie’ = ‘l’Oint’ et que ce sont des titres que l’on trouve dans des parties variées de la Bible (al kitab). Mais que peut-on dire en ce qui concerne les mots pour ‘Christ’ dans le Coran? Pour y répondre, je vais extrapoler du diagramme ci-dessus qui montre la transition de Mashiyach -> Christ dans la Bible (al kitab). Le diagramme ci-dessous étend le processus pour inclure le Coran en arabe, écrit après les traductions hébraïque et grecque de la Bible (al kitab).

Masih = Christ = Messie

Masih = Christ = Messie = L’Oint

On voit que j’ai divisé la section #1 en deux parties. La partie 1a ressemble à la version du diagramme original où l’on traite le terme ‘mashiyach’ dans le Zabour hébraïque, expliqué en dessus. La partie 1b continue pour expliquer le rapport avec l’arabe. On voit que l’on a translitéré le terme ‘mashiyach’ (selon la similarité des sons) dans le Coran (comme مسيح). Puis, quand des lecteurs arabes du Coran ont traduit le mot en français, ils l’ont, encore une fois, translitéré comme ‘Masih’.

Possédant ce savoir fondamental, nous voyons qu’il s’agit du même titre et que chacun signifie la même chose de la même manière que ‘4 = ‘quatre’ (français) = ‘four’ (anglais) = IV (chiffre romain) = 6-2 = 2+2.

Le Christ que l’on attendait au 1er siècle
Équipés de cette perspicacité, faisons quelques observations de l’Évangile (l’Injil). Ci-dessous on lit la réaction du Roi Hérode quand les mages de l’Orient venaient, cherchant le roi des Juifs, une partie bien connue de l’histoire de la naissance d’Isa (Jésus—PSL).  Notez que ‘le’ précède ‘Christ’ bien que l’on ne parle pas spécifiquement d’Isa (Jésus—PSL).

3 Le roi Hérode, ayant appris cela, fut troublé, et tout Jérusalem avec lui. 4 Il assembla tous les principaux sacrificateurs et les scribes du peuple, et il s’informa auprès d’eux du lieu où le Christ devait naître. (Matthieu 2 :3-4)

On comprend alors que même le concept du Christ—le Christ—s’acceptait déjà entre Hérode et ses conseillers religieux—avant même la naissance d’Isa (Jésus—PSL)—et que l’expression s’utilise sans référence spécifique à Jésus PSL. Et ceci car, comme on a expliqué avant, ‘Christ’ est un terme qui vient du Zabour (Psaumes), écrit des centaines d’années plus tôt par le Prophète et Roi Dawood (David—PSL), un ensemble d’écritures que lisaient les Juifs du premier siècle (comme Hérode et les principaux sacrificateurs de son époque) dans la Septante en grec. ‘Le Christ’ existait (et existe encore) comme titre, pas comme un nom propre. De cela on peut rejeter sans hésitation les notions ridicules que ‘Christ’ était une invention des Chrétiens ou une invention par quelqu’un comme l’Empereur romain Constantin de 300 après J.-C. ,une idée popularisée par des films comme Le Code De Vinci. Ce titre existait des centaines d’années avant qu’il n’y eût des Chrétiens et bien avant l’ère de Constantin.

Les Prophéties concernant ‘Le Christ’ dans le Zabour

Regardons ces premières apparitions du titre prophétique ‘Christ’ dans le Zabour (les Psaumes), composé par le Prophète Dawood (David—PSL) en environ 1000 av. J.-C., bien avant la naissance d’Isa (Jésus—PSL).

Les rois de la terre se soulèvent…contre l’Eternel et contre celui qu’il a désigné par onction… Celui qui siège dans le ciel rit, le Seigneur se moque d’eux. Puis il leur…parle: «C’est moi qui ai établi mon roi sur Sion, ma montagne sainte!» (Psaume 2 :2-6)

La Septante en grec se lisait par beaucoup plus de monde que la version hébraïque du premier siècle (et chez les Juifs et chez les gentils). La Psaume 2 du Zabour dans la  Septante se lirait de la façon suivante (je l’exprime en français avec le mot Christos translitéré afin que l’on puisse « voir » le titre « Christ » tout comme l’aurait fait un lecteur de la Version des Septante) :

Les rois de la terre se soulèvent…contre l’Éternel et contre son Christ…Celui qui siège dans le ciel rit, le Seigneur se moque d’eux. Puis il leur…parle : « C’est moi qui ai établi mon roi sur Sion, ma montagne sainte! » (Psaume 2)

On “voit” alors Christ dans ce passage comme ceux qui l’auraient lu au premier siècle. Et la translitération suivante aurait exactement le même sens :

Les rois de la terre se soulèvent…contre l’Éternel et contre son Masih…Celui qui siège dans le ciel rit, le Seigneur se moque d’eux. Puis il leur…parle : « C’est moi qui ai établi mon roi sur Sion, ma montagne sainte! » (Psaume 2 du Zabour)

Cependant le Zabour (Psaumes) continue avec encore des références à l’avènement de ce Christ (ou Masih). Je place l’extrait standard côte à côte avec une translitération qui utilise « Christ » et une autre qui utilise « Masih » pour que l’on le remarque.

Psaume 132 — de l’hébreu Psaume 132 – de la Septante Psaume 132 du Zabour avec la translitération arabe
Eternel,…10 A cause de David, ton serviteur, ne repousse pas ton oint! 11 L’Eternel a juré la vérité à David, il n’en reviendra pas: Je mettrai sur ton trône un fruit de tes entrailles… 17 Là j’élèverai la puissance de David, je préparerai une lampe à mon oint, 18 je revêtirai de honte ses ennemis, et sur lui brillera sa couronne. Eternel,…10 A cause de David, ton serviteur, ne repousse pas ton Christ! 11 L’Eternel a juré la vérité à David, il n’en reviendra pas: Je mettrai sur ton trône un fruit de tes entrailles… 17 Là j’élèverai la puissance de David, je préparerai une lampe à mon Christ, 18 je revêtirai de honte ses ennemis, et sur lui brillera sa couronne. Eternel,…10 A cause de Dawood, ton serviteur, ne repousse pas ton Masih! 11 L’Eternel a juré la vérité à Dawood, il n’en reviendra pas: Je mettrai sur ton trône un fruit de tes entrailles… 17 Là j’élèverai la puissance de Dawood, je préparerai une lampe à mon Masih, 18 je revêtirai de honte ses ennemis, et sur lui brillera sa couronne.

On remarque que le Psaume 132 parle spécifiquement au temps futur (“…j’élèverai la puissance de David (ou Dawood)…”), comme tant d’extraits à travers le Taurat et le Zabour. Il est important de s’en souvenir pendant que l’on évalue les prophéties. Il ne peut être plus clair que le Zabour fait des déclarations et des prédictions à propos de l’avenir et il le fait sans même considérer l’Injil. Hérode était au courant des prédictions des prophètes en ce qui concerne l’arrivée du « Christ »; voilà la raison pourquoi il n’était pas surpris par l’annonce. Mais il avait besoin de conseillers pour lui expliquer les données spécifiques concernant ces prédictions puisque, lui, il ne connaissait pas tellement bien le contenu du Zabour. On sait que les Juifs anticipent l’arrivée de leur Messie (ou Christ). Le fait qu’ils attendent son arrivée n’a rien à faire avec Isa (ou Jésus—PSL) dans l’Injil ou le Nouveau Testament (parce qu’ils n’y font aucune attention) mais cette attente a plutôt tout à faire avec les prophéties du Zabour qui indiquent clairement un événement futur vis-à-vis l’époque de David (Dawood).

Les prophéties du Taurat & du Zabour: Spécifiées comme la serrure d’un système serrure et clé

Comme une serrure de porte, le Taurat et le Zabour prédisent l’avenir de façon explicite. On crée une serrure de manière que sa forme accepte une clé spécifique et seule cette clé est capable de l’ouvrir. De la même façon, l’Ancien Testament ressemble à une serrure. On a vu que les détails spécifiques se trouvent non seulement dans les deux Psaumes étudiés ici; on en a déjà vu d’autres dans les affichages sur le Grand Sacrifice d’ Ibrahim (PSL), et les Paques du Prophète Musa (PSL) et l’apparition du Signe du Fils de la Vierge (SVP relire si l’on ne les connaît pas). Le Psaume 132 du Zabour ajoute le détail spécifique que ‘le Christ’ viendrait de la ligne du Prophète et Roi Dawood (=David—PSL). Donc, les spécifications de la « serrure » deviennent de plus en plus précises tout en lisant les passages prophétiques qui se trouvent partout dans l’Ancien Testament. Mais le Zabour ne se termine pas avec ces prophéties. Il nous raconte en grand détail tout ce que le Masih serait et ce qu’il ferait. Nous continuerons dans notre prochain article.

Comment la Bible fut elle Traduite?

La bible (ou al kitab), en général n’est pas lu dans ses langues originales (hébreu et grecque). Et cela n’est pas du à ce qu’elle n’est pas disponible dans ces langues, elle y existe toujours, en effet, et certaines personnes étudient le grec et l’hébreu à l’université juste pour pouvoir lire et étudier la bible dans ses langues originales. C’est parfois de cette façon que les enseignants professionnels de la bible procèdent pour l’étudier. Cependant les croyants abonnés à l’étude de la bible, la lise et l’étudie dans leur propres langues et non dans ses langues d’originales. Et parce que la bible n’est pas très souvent vue dans ses langues originales alors certains pensent que cela se justifie par le fait que les textes originaux ont été perdus et d’autres que le processus de traduction a entrainé l’altération de la version originale. Avant d’en arriver a ces conclusions, il serait peut être préférable de comprendre d’abord ce que c’est que la traduction de l’al kitab. C’est ce que j’aimerais expliquer dans cet article.

Traduction vs translitération

Nous devons en effet comprendre certains principes élémentaires de la traduction. Le traducteur essaie de rendre au mieux l’idée de l’original. Ainsi le mot à mot n’est pas toujours employé. par exemple , dans mon suédois natal , si je veux savoir l’heure , je dis “Hur mycket är klockan?” ce qui traduit mot a mot en français veux dire « combien est l’horloge ?» . Mais en français ca ne se dit pas de cette façon ; donc traduire cette phrase par le sens plutôt que par le mot littéral est préférable. Mais parfois les traducteurs choisissent de traduire avec des sons similaires plutôt que par le sens, particulièrement quand il s’agit de noms ou de titres. Et cela s’appelle de la translitération.

La représentation ci-dessous illustre la différence entre traduction et translitération. De l’arabe on a deux moyens de rendre le mot ‘Dieu’ en français ;

translation or transliteration - french

Comment on peut traduire ou translittérer d’une langue à une autre.

Avec l’augmentation des échanges entre le français et l’arabe ces dernières années, le terme ‘Allah’ est devenu un vocable de la langue française et il signifie ‘Dieu’. Notons qu’il n’ya pas de traduction ou de translitération absolument fausse ou juste quand il s’agit des titres ou des mots clés. Et le choix de l’un ou de l’autre des moyens dépend de ce que l’on sache comment le mot est reçu ou compris dans la langue d’arrivée.

En ce qui concerne la bible (ou al kitab, de sa translitération), le traducteur devra apprécier si les mots, plus particulièrement les noms et les titres seraient mieux rendus dans la langue d’arrivée, soit par la traduction (c’est-a-dire par le sens), soit par la translitération (c’est-a-dire par le son).

 La version septante

Appliquons maintenant ces principes à l’histoire de la traduction biblique. La bible fut traduite la première fois lorsque l’ancien testament fut traduit de l’hébreu au grec environ 250 ans avant J-C. Cette traduction est connue sous l’appellation version de la septante (ou LXX) et elle a eu une grande influence sur le cours de l’histoire .

 Traduction et translitération de la version septante

L’illustration ci-dessous montre comment tout ceci influence les bibles actuelles . Et les étapes de la traduction sont représentées dans les quadrants ci-dessous.

steps 1-2-3 in bible translation - french

Ceci montre le processus de la traduction de la bible (al kitab) en langue moderne.

L’original de l’ancien testament hébreu (taurat et zabur) est représenté dans le quadrant 1 à gauche et est encore aujourd’hui accessible dans le texte massorétique et dans les manuscrits de la mer morte. Le nouveau testament (Injil) écrit en grec lui se trouve représenté dans le quadrant #2. Et du fait que la version septante fut traduite de l’hébreu au grecque (la flèche part du quadrant 1 au 2), cela explique le fait que dans la section 2 soient représentés l’ancien et le nouveau testament. Dans la moitie du fond (quadrant #3), c’est une langue moderne telle que le français dans laquelle la bible est traduite.

Durant tout ce processus, le traducteur appréciera si les mots seront bien perçus dans la langue d’arriver à travers la translittération ou à travers la traduction selon l’explication ci-dessus. Ceci est illustré par les flèches vertes libellées translittération d’un côté et traduction de l’autre, montrant que le traducteur peut employer l’une ou l’autre des deux approches. Mises ensembles, ces figures nous présentent comment les textes bibliques sont passés de l’hébreu au grec et ensuite à nos langues modernes actuelles.

La version septante est très significative dans la critique et la traduction textuelle. J’ai signifié ci-dessus qu’il y à la base 2 familles de manuscrits en hébreu. Le courant le plus traditionnel est la famille de manuscrits massorétiques qui existe depuis environ 900 après JC. Il constitue la source traditionnelle de l’ancien testament dans la bible d’aujourd’hui. J’ai constaté que le second courant, les manuscrits de la mer morte ,fut découvert en 1948 et datent de environ 200 ans avant JC ; ainsi , dans les manuscrits de la mer morte ,on a une famille de manuscrits plus vieux que ceux du Texte Massorétique . Et j’’ai relevé que ces 2 familles de textes sont dans le fond identiques –montrant comment l’ancien testament hébreu a bien été préservé. Ce sujet est bien détaillé dans mon article sur la science de la critique textuelle ; et toute personne qui essaie de comprendre si la bible ou l’al kitab d’aujourd’hui est fiable ou si elle est corrompue devrait y penser tout en ayant cette information à l’esprit .

 La version septante atteste de l’authenticité de la bible

La version septante nous donne le 3eme courant de textes nous permettant d’accéder à l’ancien testament. Puisque la version septante fut traduite de l’hébreu environ 250 ans avant Jésus Christ nous pouvons voir(si nous intervertissons traduire du grec à l’ hébreu) ce que ses traducteurs en leur temps avaient dans les manuscrits hébreux à partir desquels ils traduisaient . Le point de vue le plus répandu aujourd’hui est que la version septante nous donne un récit plus exact du premier texte hébreu. La version septante se lisait à travers le moyen orient et la méditerranée des centaines d’années auparavant par des juifs, des chrétiens et même par des païens – et encore de nos jours plusieurs dans le moyen orient continuent de l’employer. Si quelqu’un avait changé ou corrompu l’ancien testament alors la version septante serait différente du texte massorétique hébreu et des manuscrits de la mer morte, mais ils sont identiques. De même si quelqu’un en Alexandrie, en Égypte, par exemple avait par devers lui modifié les manuscrits alors ceux-ci seraient différents des autres manuscrits de la version septante lu à travers le Moyen Orient et la mer méditerranée, mais ils sont identiques. Ainsi, les données nous démontrent sans contradiction que l’ancien testament n’a pas été modifié, ni altéré.

 La version des septante dans la traduction

Aujourd’hui l’on se sert aussi de la version des septante comme une source supplémentaire dans la traduction. Voici pourquoi on peut remarquer dans les traductions modernes, des notes en bas de pages ou les traducteurs modernes nous expliquent ce que la version des septante dit particulièrement sur certains passages spécifiques. En d’autres termes, les érudits de la traduction utilisent la version septante pour aider à traduire les passages les plus difficiles de l’ancien testament. Le grec se traduit plus aisément mais pour certains passages hébreux obscures pour les traducteurs, ils se référent à la version septante pour comprendre comment les traducteurs à leur époque ont compris ces passages, 2250 ans auparavant. Par exemple, quand la bible semeur traduit la dernière phrase de job7 :20 en suis-je devenu un fardeau pour toi ? La version septante les aide à comprendre. Cela se constate par les notes en bas de page.

Dans l’ensemble, l’apport de la version septante à l’ancien testament se situe au niveau de ce qu’elle nous fourni un autre courant de manuscrits attestant de la crédibilité de l’ancien testament et aussi au niveau de ce qu’ elle nous permet d’être perspicace dans la traduction de certains passages difficiles .

Mais ce n’est pas tout. Comprendre la traduction ou la translittération et la version septante nous aiderait à comprendre d’où viennent les termes « christ, messie, masih « étant donné qu’ils font allusion à Isa (ou Jésus -PBUH), que nous devons saisir si nous devons comprendre le message de l’évangile.

Nous en parlerons dans notre prochain article sur cette sujet.

Pourquoi Isa (PSL) parlait-il araméen tandis que les Évangiles se sont écrites en grec?

(N’est-ce pas l’équivalent du Saint Coran en chinois quoique le Prophète (PSL) parlât arabe?)

Voilà une excellente question. Et il y a probablement une autre qui devrait l’accompagner. Bien que l’on demande « pourquoi », on se demande aussi si, de quelque façon, ceci rend à nul ou contredit l’idée qu’Allah a inspiré l’Injil. Car, après tout, ceci se diffère de la manière de la révélation du Saint Coran. Alors, discutons de ceci en plusieurs étapes.

Tout d’abord, l’analogie au chinois-arabe n’est pas tout à fait exacte. Il n’y a aucune relation historique entre le chinois et l’arabe. Donc, la révélation d’un Livre en chinois à une société arabe résulterait en non-sens. Sans doute, Allah possède le pouvoir de faire une telle chose par moyen de miracle mais ceci résulterait en un livre que personne—le Prophète (PSL) même—ne comprendrait. Puis le message du Livre serait inutile, on n’y ferait pas attention (à cause du manque de compréhensibilité) et, après une génération, on l’oublierait. On oublierait aussi le souvenir du prophète. Non, un message prophétique, s’il va influencer une société (et cela est la raison pour envoyer un message à un prophète en premier lieu) doit être compris par cette société.

L’intention qui forme la base de la révélation du Saint Coran était pour avertir des gens en arabe. L’ayat suivant nous dit que :

Nous l’avons fait descendre, un Coran en [langue] arabe, afin que vous raisonniez. [Surah 12:2 Yusuf] Ainsi l’avons-Nous fait descendre (le Coran) [sous forme] de loi en arabe… [Surah 13:37 (le Tonnerre)] Et c’est ainsi que Nous t’avons révélé un Coran arabe, afin tu avertisses la Mère des cités (la Mecque) et ses alentours et que tu avertisses du jour du rassemblement, – sur lequel il n’y a pas de doute – Un groupe au Paradis et un groupe dans la fournaise ardente. [Surah 42:7 (la Consultation)] Nous en avons fait un Coran arabe afin que vous raisonniez. [Surah 43:3 (L’ornement)]

Le commentaire de Yusuf Ali sur le surat 42 (la Consultation) explique que « la Mère des cités » est la ville de Mecque et que « Le Coran est en langue arabe précisément parce que c’est clair et compréhensible pour les gens par qui et parmi qui il se promulguait » (No 4533). Donc sa raison d’être était de pourvoir un avertissement pour que les Arabes, surtout ceux à Mecque, soient avertis, qu’ils apprennent la sagesse, etc. Et pour que cela arrive, il faut que le message soit en arabe.

Pourtant l’Injil était un message non pas seulement aux Juifs mais à tous les peuples. À l’époque du Prophète Isa al Masih (Jésus—PSL), le monde parlait essentiellement grec. Comme résultat des conquêtes d’Alexandre le Grand il y a quelques trois cents ans plus tôt, la plupart du monde (y compris les Romains qui régnaient à l’époque d’Isa PSL) avait adopté la langue grecque. De nos jours, une simple analogie existe avec l’anglais. À cause de l’ancienne puissance coloniale de la Grande-Bretagne, la langue internationale du monde est l’anglais. La puissance majeure du monde aujourd’hui (É.-U.) a adopté la langue anglaise à cause de son passé britannique et ainsi l’anglais est presque universel. Un résultat personnel est que, moi, bien que je sois d’origine suédoise, j’écris ce blog en anglais parce que mon anglais est maintenant meilleur que mon suédois et je sais que vous ne pourriez probablement pas lire un blog suédois.

Les Juifs de cette époque-là ont aussi adopté la langue grecque, alors la plupart étaient bilingues. En fait, les Juifs commençaient à utiliser le grec tellement que l’on a traduit le Taurat et le Zabour en grec à peu près 200 ans avant Isa al Masih (PSL). Cette traduction s’appelle la Version des Septante. La Version des Septante se lisait par pas mal de Juifs et même par des non-Juifs de l’époque. L’effet fondamental de cette version, c’était que les Livres Saints se lisaient plus souvent en grec que dans l’hébreu original à l’ère du Prophète Isa al Masih (PSL).

Il se peut qu’Isa al Masih (PSL) parlât un peu de grec lui-même parce que nous trouvons dans l’Injil plusieurs moments où des Grecs non-juifs et des Romains lui parlaient. Cependant, il aurait parlé en araméen à ses disciples (compagnons) car c’était la langue naturelle des Juifs galiléens de cette époque-là.

Mais il est certain que ceux qui ont écrit l’Injil étaient bilingues et donc parlaient grec couramment. Matthieu était collecteur d’impôts comme profession et il travaillait tous les jours donc avec des Romains qui parlaient grec; Luc était grec et donc c’était sa langue maternelle; Jean-Marc venait de Jérusalem (Al Quds), alors c’était un Juif qui parlait grec; et Jean était membre d’une famille riche (donc éduquée) et il a passé beaucoup de sa vie en dehors de Palestine donc il parlait grec couramment.

Eux, ils transmettaient le message de l’Injil au monde. Donc, pour s’assurer que le monde de leur époque le comprenne, ils ont écrit en grec. Puisque le Taurat et Zabour rendent clair le message de l’Injil (comme je montre dans mon affichage sur les signes d’Injil dans le Coran), les écrivains de l’Injil citent souvent le Taurat/Zabour et, en le faisant, ils citent la Version des Septante (le Taurat/Zabour en grec). L’histoire nous raconte que ce message s’est répandu dramatiquement en effet à travers le Moyen Orient où l’on parlait grec. Ceci démontre que l’on s’attendait à ce que l’Écriture se lise en grec à cette époque-là.

Alors, cela répond à la question « pourquoi » c’était en grec. Mais est-ce qu’Allah pouvait inspirer ces écrivains lorsqu’ils écrivaient dans une langue différente ce qu’Isa al Masih (PSL) avait dit auparavant dans une autre langue même qu’ils étaient bilingues? Isa al Masih (PSL) lui-même avait promis qu’Allah leur enverrait de la direction. Voici des tirages d’une discussion privée qu’il a eue avec ses disciples juste avant son départ dont on peut lire dans l’Évangile de Jean. Vous pouvez lire la discussion complète en cliquant ici.

 15 « Si vous m’aimez, respectez mes commandements. 16 Quant à moi, je prierai le Père et il vous donnera un autre défenseur afin qu’il reste éternellement avec vous: 17 l’Esprit de la vérité… 25 Je vous ai dit cela pendant que je suis encore avec vous, 26 mais le défenseur, l’Esprit saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit… 26 Quand sera venu le défenseur que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de la vérité qui vient du Père, il rendra témoignage de moi. 27 Et vous aussi, vous me rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi depuis le début… 12 J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les supporter maintenant. 13 Quand le défenseur sera venu, l’Esprit de la vérité, il vous conduira dans toute la vérité…et vous annoncera les choses à venir

La promesse était donc que le Défenseur, le Conseiller, l’Esprit de la vérité, les conduirait dans leur écriture et dans leur témoignage afin de produire des écrits vrais. 2 Timothée 3 :16 explique en détail :

Toute l’Ecriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit formé et équipé pour toute œuvre bonne.

L’essentiel ici c’est que tout ce qu’ils écrivaient serait guidé et en effet inspiré par Allah lui-même pour que la parole écrite soit « inspirée de Dieu ». Ainsi le message serait-il exact et fiable—inspiré par Allah.

Alors, la manière dont l’Injil s’est révélé et s’est fait connu était certainement différente de la façon dont le Saint Coran a été révélé. Mais est-ce que cela le rend incorrect, pire ou dépassé? Je crois que, pour y répondre, il faut reconnaître qu’Allah a le droit et la puissance d’employer des moyens divers pour accomplir des choses diverses. Puisque le Prophète Musa (PSL) a reçu les Commandes sur le Mont Sinaï sur des tablettes de pierre sur lesquelles le doigt d’Allah avait écrit, est-ce que cela veut dire que tous les prophètes plus tard devaient en recevoir leur message sur des tablettes de pierre? Et seulement sur le Mont Sinaï? Puisque les premiers prophètes étaient juifs, est-ce que cela veut dire que tous les prophètes doivent être juifs? Puisque le Prophète Noé (PSL) a averti concernant un Jugement par l’eau qui allait venir, est-ce que cela veut dire que tous les jugements d’Allah sont par l’eau? Je pense que nous devons répondre « non » à toutes ces questions. Allah, lui, a le pouvoir et le droit, selon sa souveraineté, de choisir des prophètes, des méthodes et des moyens différents pour accomplir sa volonté. C’est notre part de décider si le message vient vraiment de Lui ou non. Et puisque le Saint Coran même déclare que l’Injil était inspiré par Allah, et puisque Isa (PSL) a promis cette même inspiration et direction, il nous serait imprudent d’argumenter au contraire.

Pour récapituler, l’Injil s’est écrit en grec pour qu’il se comprenne par le monde au large de ces jours-là. La promesse déclarait qu’Allah pourvoirait des conseils et inspirerait les disciples lorsqu’ils écrivaient l’Injil—et ceci se confirme par le Coran qui le déclare un ouvrage inspiré. Cette méthode de révélation est différente de celle du Saint Coran mais ce n’est pas à nous de placer des limitations sur Allah. À travers l’histoire humaine Il a utilisé des méthodes, des prophètes et des moyens divers pour communiquer Son message.

 

L’histoire des Israélites: Est-ce que la malédiction de Musa (PSL) est arrivée?

Afin de faciliter la compréhension de l’histoire des Israélites je vais faire une série de lignes du temps démontrant leur histoire. Nous commençons l’histoire des Israélites en plaçant sur la ligne du temps les prophètes les plus connus de la bible au temps de Isa al Masih (PSL).

Les prophètes les plus connus de la Bible

Les prophètes les plus connus de la Bible

Cette ligne du temps utilise le calendrier occidental (il faut garder en tête que les dates utilisent avant JC et après JC). La longueur des bars sous le nom des prophètes démontre le nombre d’année qu’ils ont vécus. Ibrahim et Musa (PSL) sont importants pour leurs signes dont nous avons déjà portés attention. Dawood (ou David – PSL) est reconnu car il a commencé la Zaboor et qu’il a été le premier roi d’une dynastie qui régna à partir de Jérusalem. Isa al Masih (PSL) est important car il est central au Injil.

Plaçons maintenant en vert la période où les Israélites vécurent en état d’esclavage en Égypte.

Vivant en Égypte en esclavage sous le Pharaon

Vivant en Égypte en esclavage sous le Pharaon

Cette période de leur histoire commença quand Yusuf (ou Joseph), l’arrière petit-fils d’Ibrahim (PSL), invita le peuple en Égypte, mais éventuellement ils deviendront des esclaves. Musa (PSL) fit sortir les Israélites de l’Égypte sous le signe de la pâque.

Donc, avec Musa (PSL) l’histoire des Israélites change comme démontré maintenant en jaune.

Vivant en terre promise – mais sans roi à Jérusalem

Vivant en terre promise – mais sans roi à Jérusalem

Ils vécurent dans le territoire d’Israël (ou la Palestine). Musa (PSL) prononça les bénédictions et les malédictions à la fin de sa vie – situé dans la ligne du temps à la transition entre le vert et le jaune. Pendant plusieurs centaines d’années les Israélites vécurent sur la terre promise lors du 1er signe d’Ibrahim. Par contre, le peuple n’avait pas de roi ni Jérusalem comme capitale car la ville appartenait à un autre peuple à cette période.

Maintenant, avec l’arrivé de Dawood (ou David) vers 1000 avant JC nous observons ce changement de période.

Vivant sous la royauté instaurée par Dawood à partir de Jérusalem

Vivant sous la royauté instaurée par Dawood à partir de Jérusalem

Dawood (PSL) conquis Jérusalem et en fit sa capitale avec son palais royal et il fut oint comme roi par le prophète Samuel (PSL). Son fils Suleiman (ou Salomon), reconnu pour sa grande sagesse, régna après la mort de Dawood (PSL). Suleiman construit un merveilleux temple au Seigneur à Jérusalem. Les descendants du roi continuèrent leur règnes pour environs 400 ans comme indiqué par la période bleu clair (1000 – 600 avant JC) sur la ligne du temps. Cette période est l’age d’or des Israélites – Ils commencèrent à voir les bénédictions promissent. Ils étaient une puissance mondiale, avaient une société avancée, une culture, un temple et plusieurs prophètes avait des messages d’Allah durant cette période (qui furent inscrit dans la Zaboor débuté par David). Mais la raison que plusieurs prophètes leur furent envoyés été que le peuple Israélite devenait de plus en plus sous l’influence de corruptions, d’adoration d’idoles et de désobéissances face aux dix commandements. Allah leur envoyait des prophètes pour les avertir et leur rappeler que la malédiction de Musa tomberait sur eux. Mais les Israélites n’écoutèrent pas.

Finalement, vers 600 avant JC, la malédiction arriva. Nebuchadnezzar, le puissant roi de Babylone arriva pour conquérir comme Musa l’a prédit dans sa malédiction en écrivant:

« Le Seigneur suscitera contre toi (Israël) de loin, une nation qui fondra sur toi…une nation farouche qui n’aura pas de respect pour le vieillard et ne fera pas grâce au jeune homme… Elle t’assiègera aux portes de toutes tes villes, dans tout le pays. » (Deutéronome 28:49-52)

Nebuchadnezzar conquis Jérusalem, la brûla, et détruisit le temple construit par Suleiman. Il prit ensuite le peuple Israélite et le déporta en grand nombre dans l’empire Babylonien. Seul les Israélites qui été pauvres furent laissés en arrière. Ceci réalisa la prédiction de Musa qui dit :

« Vous serez arraché de la terre dont tu vas entrer en possession. Le Seigneur te dispersera parmi tous les peuples, d’une extrémité de la terre à l’autre. » (Deutéronome 28:63-64)

Slide5

Conquis et exilé à Babylone

Pendant 70 ans, la période en rouge, les Israélites vécurent en exile hors de la terre promise.

Après cela, l’empereur Perse Cyrus conquis Babylone et Cyrus devint l’homme le plus puisant du monde. Il fit un décret qui permit aux israélites de retourner sur leur terre.

Habitant en terre promise sous l’empire Perse.

Habitant en terre promise sous l’empire Perse.

Par contre ils ne furent plus un pays indépendant, ils étaient devenus une des provinces du grand empire Perse. Cette situation continua pendant 200 ans comme indiquée par la partie rose de la ligne du temps. Durant cette période, le temple fut reconstruit (appelé le 2ème temple) et les derniers prophètes de l’ancien testament firent entendre leurs messages.

Une nouvelle période commença quand Alexandre le Grand conquis l’empire Perse et fit des Israélites une province de son empire Grec pendant les prochains 200 ans. Ceci est démontré par la section bleu foncé.

Habitant en terre promise sous l’empire Grec.

Habitant en terre promise sous l’empire Grec.

Ensuite arriva les Romains qui vainquirent l’empire Grec et devinrent le puissant empire romain. Les israélites, encore une fois, devinrent une province sous cette empire durant la période en jaune clair sur la ligne du temps. Le prophète Isa al Masih vécu en Israël durant cette période. Ceci explique pourquoi il y avait un gouverneur romain et des légionnaires romains dans les écritures de l’Injil – parce que les Romains régnaient sur les Juifs dans leur territoire durant la vie de Isa al Masih.

Habitant en terre promise sous l’empire Romain.

Habitant en terre promise sous l’empire Romain.

Cependant, depuis le temps de l’exile (600 avant JC) les Israélites (appelé maintenant les Juifs) ne furent plus indépendant comme auparavant sous le règne de la ligné de Dawood. Ils étaient régnés par les gouvernements des autres peuples. Ceci créait des tensions au sein du people et après la venue de Isa al Masih ils se révoltèrent contre l’occupation romaine. Une guerre d’indépendance commença mais les Juifs perdirent cette guerre. Les Romains marchèrent sur Jérusalem et détruisirent complètement la ville ainsi que le 2ème temple. Les Juifs furent déportés comme esclave un peu partout dans l’empire. L’empire Romain étant très vaste, ils furent donc dispersés au quatre coins du monde.

Jérusalem et le temple sont détruits par les Romains en 70 après JC. Les Juifs sont déportés en exile à travers le monde.

Jérusalem et le temple sont détruits par les Romains en 70 après JC. Les Juifs sont déportés en exile à travers le monde.

Voilà comme ils vécurent pour les prochain 2000 ans: dispersés, fragmentés, vivant dans les terres des autres peuples sans vraiment y être acceptés. Les paroles de Musa à propos de la malédiction furent réalisées comme elles ont été écrites.

« … Parmi ces nations, tu ne seras pas tranquille, et tes pieds ne trouveront pas de lieu de repos. Le Seigneur rendra ton cœur agité; tes yeux seront épuisé, ta vie affaiblie. » (Deutéronome 28:65)

Donc, est-ce que les malédictions de Musa furent réalisées? Oui ils le furent et dans les moindre détails. Ces malédictions contre les Israélites nous interpellent nous aussi, les non juifs, et nous font nous demander:

« Toutes les nations diront: pourquoi le Seigneur a-t-il traité ainsi ce pays? Pourquoi cette grande colère, cette colère ardente? »

« Et on répondra: … le Seigneur les a déraciné de leur terre et il les a jeté dans un autre pays… »  (Deutéronome 29:24-25)

Tout cela est un signe important qui rappelle qu’il nous faut prendre les avertissements des prophètes au sérieux, car il y a des avertissements pour nous aussi.

Bien sûr, cette étude historique ne va que jusqu’à il ya environ 2000 ans. Cliquez ici pour voir comment les bénédictions et les malédictions du prophète Moïse (PSL) conclu dans nos temps modernes.

Avez Ibrahim (PSL) sacrifier Ismaël ou Isaac?

La plupart de mes amis, lors d’une discussion sur l’épreuve de la foi d’Ibrahim quand Allah lui a demandé de sacrifier son fils, ont insisté sur le fait que le fils qui devait être sacrifié était Ismaël – le fils aîné d’Ibrahim (PSL) par Agar, et non Isaac, le fils cadet par Sarah. Par conséquent, j’ai été très surpris quand j’ai lu le passage à ce sujet dans le Coran. Quand je l’ai montré à ces mêmes amis, ils étaient également très surpris. Alors qu’est-ce que ça dit? En 3e Signe d’Ibrahim j’ai étudié cet événement important, et je cite le passage dans son intégralité à partir des Livres Saints: 3e Signe de Ibrahim. Je répète encore une fois le verset spécifique ci-dessous :

Puis quand celui-ci fut en âge de l’accompagner, il lui dit: ‹Ô mon fils, je me vois en songe en train de t’immoler. Vois donc ce que tu en penses›. (le fils) dit: ‹Ô mon cher père, fais ce qui t’es commandé: tu me trouveras, s’il plaît à Allah, du nombre des endurants›. (As-Saffat) Les Rangés (37:102)

Vous pouvez voir que le nom du fils n’est pas mentionné dans ce passage sur le sacrifice du fils d’Ibrahim (PSL). Donc, la question devient confuse. Lorsque quelque chose est une source de confusion, il est préférable de faire une recherche et une étude plus approfondies. Si vous recherchez à travers la totalité du Coran pour les occasions où Ismaël (ou Isma’il) est mentionné par son nom, vous verrez que cela se produit 12 fois. Dans deux de ces occasions, il est le seul nommé avec son père Ibrahim (2:125, 2:127). Dans  cinq de ces occasions, il est mentionné avec Ibrahim et son frère Isaac (3:84, 4163, 2:133, 2:136, 2:140) . Les cinq autres passages parlent de lui sans son père Ibrahim, mais il est dans une liste avec d’autres prophètes (6:86, 14:39, 19:54, 21:85, 38:48). Dans les deux fois où il est mentionné seul avec son père Ibrahim (PSL), vous pouvez voir qu’il parle d’autres événements sur la prière – non le sacrifice.

125. [Et rappelle-toi], quand nous fîmes de la Maison un lieu de visite et un asile pour les gens – Adoptez donc pour lieu de prière, ce lieu où Abraham se tint debout – Et Nous confiâmes à Abraham et à Ismaël ceci: ‹Purifiez Ma Maison pour ceux qui tournent autour, y font retraite pieuse, s’y inclinent et s’y prosternent.

127. Et quand Abraham et Ismaël élevaient les assises de la Maison: ‹Ô notre Seigneur, accepte ceci de notre part! Car c’est Toi l’Audient, l’Omniscient.  La vache (Al-Baqarah)125,127

Par conséquent, le Coran ne précise pas que c’était Ismaël qui a été éprouvé dans ce récit du sacrifice, on dit simplement «le fils». Alors pourquoi est-ce que l’on croit que c’était Ismaël qui était le sujet potentiel du sacrifice ?

Commentaire sur le sacrifice du fils d’ Ibrahim

Yusuf Ali (dont la traduction du Coran est celui que j’utilise tout au long sur al injil en anglais) est également un commentateur respecté du Coran, ainsi qu’un traducteur. Ses commentaires sont disponibles à http://al-quran.info.  Dans les notes sur le passage du sacrifice (de al-Saffat que nous avons utilisé dans le 3e Signe d’Ibrahim), vous trouverez ci-dessous ces deux notes sur le fils sacrifié.

4071 Ce fut dans la terre fertile de la Syrie et de la Palestine. Le garçon était ainsi né, selon la tradition musulmane, le fils premier-né d’Abraham, à savoir., Ismail. Le nom lui-même est de la racine -Sami’a, -entendre, parce que Dieu avait entendu la prière d’Abraham (verset 100). L’âge d’Abraham lorsque Ismail est né était de 86 ans (Gen. 16:16).

4076 Notre version peut être comparée à la version présente judéo-chrétienne de l’Ancien Testament. La tradition juive, afin de glorifier la branche cadette de la famille, issu d’Isaac, ancêtre des Juifs, contre la branche aînée, issue de Isma’il, ancêtre des Arabes, réfère ce sacrifice à celui d’Isaac (Gen. 22 :1-18). Maintenant, Isaac est né quand Abraham avait 100 ans (Genèse 21:5), tandis que Isma’il est né quand Abraham avait 86 ans (Genèse 16:16). Isma’il avait donc 14 ans de plus que’Isaac. Au cours de ses 14 premières années Isma’il était le fils unique d’Abraham; en aucun temps, fût Isaac le fils unique d’Abraham. Pourtant, en parlant du sacrifice, l’Ancien Testament dit (Genèse 22:2): «Et il dit: Prends ton fils, maintenant, ton fils unique Isaac, que tu aimes, et va-t’en au pays de Morija: et offre-le en holocauste … « 

La seule raison pour laquelle Yusuf Ali comprend qu’il s’agit d’Ismaël et non d’Isaac dans ce récit est «la tradition musulmane». Il ne fait aucune référence à l’Écriture sainte. Dans sa deuxième note, il soutient que, puisque la Thora dit « Prends ton fils, ton fils unique …, (Genèse 22:2) et Ismaël avait 14 ans de plus qu’Isaac, et alors à ce moment l’on pourrait désigner Ismaël seul comme« fils unique ‘. Mais il ne tient pas compte du fait que juste avant cela, dans la Genèse 21, Abraham (paix soit sur lui) a envoyé Ismaël et Hagar au loin en raison des tensions dans la famille. Ainsi, dans Genèse 22 Isaac est en fait son «fils unique», car Ismaël avait été banni. Cette question est traitée plus en détail dans l’affichage sur ce sujet trouvé ici.

Fils d’Ibrahim sacrifié: Témoignage de la Thora

Ainsi, pendant que le Coran ne précise pas de quel fils il s’agit, la Thora est très claire. Comme vous pouvez le voir dans Les Livres que le passage de la Genèse 22 mentionne Isaac par son nom de six reprises (en 22:2, 3, 6, 7 (2 fois), 9).

La Thora soutenu par le Prophète Muhammad (PSL)

Le fait que la Thora, telle que nous l’avons aujourd’hui, est soutenue par le Prophète Muhammad (PSL) est très clair selon les hadiths. Mon post sur cela parle de plusieurs Hadiths , dont l’une stipule que

Rapporté Abdullah Ibn ‘Umar: .. Un groupe de juifs est venu et a invité le Messager d’Allah (paix soit sur lui) à Quff. Ils ont dit …: ‘AbulQasim, un de nos hommes a commis la fornication avec une femme, de sorte prononcer un jugement sur eux. Ils ont placé un coussin pour le Messager d’Allah (paix soit sur lui) qui était assis sur elle et dit: «Apportez la Torah ». Il a ensuite été portée. Il a ensuite retiré le coussin sous lui et placé la Torah sur elle en disant: «. J’ai cru en toi et en Lui Qui t’a révélé » Sunan Abu Dawud Livre 38, n ° 4434:

La Thora soutenu par le Prophète Issa al Masih (PSL)

Le prophète Isa al-Masih (PBSL) a également soutenu la Thora telle qu’elle existe aujourd’hui Ceci nous l’avons vu dans mon article sur la façon dont il a affirmé que les premiers livres étaient d’une importance cruciale pour notre compréhension du plan de Dieu. Une de ses citations de cet article dit que

18 Pour en vérité, je vous le dis, tant que le ciel et la terre disparaissent, pas la moindre lettre, pas le moindre trait de plume, va disparaître par tous les moyens de la Loi (c.-à-Thora) jusqu’à ce que tout soit accompli. 19 C’est pourquoi toute personne qui met de côté l’un des moins de ces commandes et qui enseignera aux hommes conséquence sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux, mais celui qui les observera et les enseignera à les observer là sera appelé grand dans le royaume des cieux. (Matthieu 5:18-19)

L’ Avertissement: Jamais la Tradition a priorité sur la Thora

Donc, il ne serait pas sage de rejeter à la légère les Livres de Moïse (Le Thora de Moussa) pour le bien de toute tradition. En effet, le Prophète Isa al-Masih fortement critiqué les Juifs de son époque, précisément parce qu’ils mettent leurs «traditions» devant la loi. Nous voyons que dans ses différends avec les dirigeants juifs qu’il leur dit:

Jésus (c.-Isa) a répondu: «Et pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition? Car Dieu a dit: Honore ton père et ta mère »et« Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort. « Mais vous dites que si quelqu’un déclare que ce qui aurait été utilisé pour aider leur père ou de la mère est« consacré à Dieu, «ils ne sont pas à« honorer leur père ou de la mère avec elle. Ainsi, vous annulez la parole de Dieu au profit de votre tradition. Vous hypocrites! (Matthieu 15:3-7)

Ainsi, l’avertissement est très clair de ne jamais réduire à néant le Message au bénéfice de la «tradition».

Le témoignage de la Thora aujourd’hui est soutenu par les Rouleaux de la Mer Morte « Dead Sea Scrolls »

Le schéma ci-dessous montre que les dates des premiers manuscrits existants de la Thora, (ce qui est l’un des grands principes utilisés dans la critique textuelle – la science de déterminer la fiabilité d’un livre – voir mon post sur le sujet ici),les Rouleaux de la mer Morte Date de 200 ans avant J.-C. Cela signifie que la Thora à laquelle tous deux, le Prophète Muhammad (PSL), et le Prophète Isa al Masih (PSL) ont été réfère est exactement le même que nous utilisons aujourd’hui.

Chronologie pour les manuscrits de la Bible

Les manuscrits de l’Injil et Taurat

La valeur que ces deux ont attribuée à la Thora suggère qu’il serait sage pour nous tous de revenir aux livres. Ensuite, nous pouvons construire un point de départ sur ce que les prophètes ont dit plutôt que de rester dans des spéculations confondues.

L’Évangile « selon » … qui?

Récemment, j’ai recu ce que je pensais était une excellente question. Je la reproduis ici.

Salut, pouvez-vous préciser pourquoi il ya un “selon Luc”, “selon Jean” dans l’Injil? Pour autant que je comprenne le mot “selon” désigne un compte inspiré par cette personne sur la base de sa compréhension.

Par conséquent, je suis intéressé par l’Évangile(s) selon Jésus mais non selon Luc, Jean, etc. Si vous avez une copie, je serais heureux de l’obtenir de vous.

J’ai pensé qu’il valait la peine de donner une réponse en profondeur. Nous allons réfléchir à la question et même la reformuler un peu.

Qu’est-ce que le mot «Évangile» signifie ?

Il y a quatre livres de l’Évangile dans le Nouveau Testament d’Al Kitab: Matthieu, Marc, Luc et Jean. Qu’est-ce que ça veut dire qu’ils sont «selon» ces différents auteurs? Est-ce que cela veut dire qu’il y a quatre évangiles (ou injils) différents? Sont-ils différents de «l’Évangile de Jésus»? Est-ce que ça veut dire que ce sont des comptes inspirées par ces personnes sur la base de leur compréhension?

C’est tellement facile de rejeter une réflexion sérieuse avec ce genre de questions à cause de nos idées préconçues. Mais pour obtenir une réponse systématique, et basée sur la connaissance, il faut comprendre le mot «Évangile» (ou «Injil»). Dans le grec original (ce qui est la langue originale du Nouveau Testament. Voir ici pour plus de détails), le mot Évangile est εὐαγγελίου (prononcé euangeliou). Ce mot signifie un “message de bonnes nouvelles”. Nous savons ceci en voyant comment le mot a été utilisé dans l’histoire ancienne. L’Ancien Testament (Thora et Zabur) a été écrit en hébreu (voir ici pour plus de détails). Mais environ 200 ans avant J.-C. – avant le Nouveau Testament – une traduction de l’Ancien Testament de l’hébreu au grec a été faite par les savants juifs de l’époque, parce que le monde de ce temps parlaient de plus en plus le grec. Cette traduction est appelée la Septante. De la Septante, nous pouvons comprendre comment les mots grecs ont été utilisés à cette époque (c’est à dire 200 ans avant JC). Donc, voici un passage de l’Ancien Testament où εὐαγγελίου («bonne nouvelle») qui a été utilisé dans la Septante.

David répondit à Récab et à son frère Baana, les fils de Rimmon de Beéroth: «L’Eternel qui m’a délivré de tout danger est vivant! Celui qui est venu me dire: ‘Saül est mort’ et qui croyait m’annoncer une bonne nouvelle, je l’ai fait arrêter et tuer à Tsiklag pour lui donner le salaire de son message.» (2 Samuel 4:9-10)

Il s’agit d’un passage où le roi David (Dawoud) parle de la façon dont quelqu’un lui a apporté des nouvelles de la mort de son ennemi en pensant que ce serait des bonnes nouvelles pour le roi. Le mot pour «bonne nouvelle» est traduit εὐαγγελίου dans la Septante grecque 200 ans avant JC. Donc, cela signifie que εὐαγγελίου en grec signifie «bonne nouvelle».

Mais εὐαγγελίου signifiait aussi un livre historique ou un document qui contenait des «bonnes nouvelles». Par exemple, Justin Martyr était un adepte précoce de l’Évangile (il était exactement le même comme celui d’un «successeur» pour les compagnons du Prophète Isa al Masih (PSL)) et un écrivain vaste. Il a utilisé εὐαγγελίου de cette façon quand il a écrit: «… mais aussi dans l’évangile il est écrit qu’Il a dit … » (Justin Martyr, Dialogue avec Tryphon, 100). Ici, le mot «bonne nouvelle» est utilisé pour désigner un livre.

Dans les titres « L’Évangile selon”… le mot εὐαγγελίου (gospel) a le sens premier du terme, tout en suggérant le second sens. «L’Évangile selon Matthieu», la Bonne Nouvelle enregistrée comme un compte-rendu écrit par Matthieu.

«Évangile» comparée a «Nouvelles»

Aujourd’hui le mot «nouvelles» a la même signification double. «Nouvelles» dans son sens premier signifie les événements dramatiques qui se sont produisent, comme une famine ou une guerre. Cependant, il peut également se référer à des organismes comme la BBC, Al-Jazeera ou CNN qui signalent ces «nouvelles» par des articles. Au moment où j’écris ceci, la guerre civile en Syrie fait beaucoup de nouvelles. Et il serait normal pour moi de dire « je vais écouter les nouvelles BBC sur la Syrie ». ‘Nouvelles’ dans cette phrase se réfère principalement à des événements, mais aussi de l’agence de communication des événements. Mais la BBC ne fabrique pas les nouvelles, et les nouvelles ne sont pas à propos de la BBC – il s’agit de l’événement dramatique. Un auditeur qui veut être informé d’un événement de nouvelles peut écouter les bulletins de nouvelles de plusieurs organismes pour obtenir une perspective plus complète – tout sur le meme événement de nouvelles.

De la même manière, l’Évangile est à propos d’Isa al Masih – Jésus (PSL). Il est l’objet de l’attention des nouvelles et il n’y a qu’un seul Évangile. Remarquez comment Marc commence son livre:

« Le début de l’Évangile de Jésus-Christ …» (Marc 1:1)

Il y a un (non plusieurs) évangile, et il est à propos de Jésus (Isa – PSL) et il avait un message, ce message a été écrit par Marc dans un livre, et ce livre est aussi appelé un Évangile.

Les Évangiles – comme des haddiths

Vous pouvez aussi penser à ceci en termes d’haddiths. Il y a des haddiths qui parlent des mêmes événements, mais qui passent à travers différents isnads ou chaînes de narrateurs. L’événement est une chose, mais la chaîne d’auteurs peut être différente. L’événement ou la parole de l’haddith n’est pas au sujet des narrateurs – c’est quelque chose que le Prophète Muhammad (PSL) a dit ou fait. Les évangiles sont exactement les mêmes, sauf que la chaîne isnad n’est qu’un maillon de long. Si vous acceptez le principe selon lequel un isnad (après avoir fait la vérification appropriée que des savants comme Bhukari et Muslim ont fait) peut déclarer avec exactitude les paroles et les actes du Prophète Muhammad (PSL), même s’il peut y avoir des isnads différents à travers différents narrateurs qui remonte à le même événement, pourquoi est-il difficile d’accepter l’isnad qui n’a qu’un lien ou un narrateur dans les évangiles? C’est exactement le même principe, mais la chaîne isnad est beaucoup plus courte et beaucoup plus clairement établie parce qu’il a été écrit peu lontemps après l’événement, et non pas des générations plus tard, comme les savants Bukhari et Muslim ont fait quand ils ont réduit les isnads orales de leur jour à l’écriture.

Les écrivains évangéliques n’étaient pas inspirés d’eux-mêmes

Les auteurs de ces évangiles ont été promis par Isa al Masih (PSL) que ce qu’ils ont écrit serait inspiré par Allah – l’écriture n’est pas de leur inspiration humaine. C’est inscrit dans les évangiles et le Coran.

«Je vous ai dit cela pendant que je suis encore avec vous, mais le défenseur, l’Esprit saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit.»(Jean 14:25-26)

Et quand J’ai révélé aux Apòtres ceci: ‹Croyez en Moi et Mon messager (Jésus)›. Ils dirent: ‹Nous croyons; et atteste que nous sommes entièrement soumis›. (Sourate 5:111 – La table Servie (Al-Maidah))

Alors, les documents écrits qu’ils ont produits – les évangiles que nous avons aujourd’hui – n’ont pas été inspirés par les auteurs. Ils ont été inspirés par Allah et donc méritent un examen sérieux. Les évangiles de Matthieu, Marc, Luc et Jean ont toujours été (depuis qu’ils ont été écrits au premier siècle) l’Évangile de Jésus – Isa al Masih (PSL) – ils ne sont que les journalistes de celui-ci. Lisez leurs écritures pour lire le message de Jésus (Isa – PSL) et pour comprendre la «Bonne Nouvelle» qu’il enseignait.