Le Prophète Isa al Masih (PSL) a fait le « Hajj »

Nous sommes tous plutôt familier avec le Hajj puisqu’il est célébré tout les an quand les musulmans effectuent le pèlerinage à la Mecque. Ce qui est moins connu est que la loi de Musa (PSL) reçu il y a 3500 ans, demandais aussi aux croyants juifs de son époque d’aller faire le pèlerinage sacré tout les an à Jerusalem (Al-Quds). Ce pèlerinage a été appelé la Fête des Tabernacles (ou Sukkot). Ce pèlerinage qui était ordonné par le prophète Musa (PBUH) a beaucoup de similitudes avec celui du Hajj aujourd’hui. Par exemple, ces deux pèlerinages ce déroulaient sur une semaine spécifique du calendrier, dans les deux pèlerinages nous pouvons y retrouver des sacrifices d’animaux, l’obtention d’une eau spéciale,le fait de dormir à l’extérieur, et de marcher autour d’une structure sacrée sept fois. En un sens, la Fête des Tabernacles, ou la fêté des cabanes, était comme un Hajj pour les Juifs. Aujourd’hui, en fait, les Juifs célèbrent encore la Fête des Tabernacles, mais le font différemment car leur Temple à Jérusalem a été détruit par les Romains en 70 après J-C

L’Injil nous montre comment le prophète Isa al Masih (PSL) a effectué son pèlerinage, son « Hajj ». Je vous ai mis a disposition l’histoire de pèlerinage avec quelques explications, le cas échéant

Jean 7  (La Bible du Semeur)

Jésus à la fête des Cabanes

7 Après cela, Jésus continua à parcourir la Galilée; il voulait en effet éviter la Judée où les autorités juives cherchaient à le supprimer.

2 Cependant, on se rapprochait de la fête juive des Cabanes.

3 Ses frères lui dirent alors:Tu devrais quitter cette région et te rendre en Judée pour que, là aussi, tes disciples puissent voir les œuvres que tu accomplis.

4 Quand on veut être connu, on n’agit pas avec tant de discrétion. Puisque tu accomplis de si grandes choses, fais en sorte que tout le monde le voie.

5 En effet, les frères de Jésus eux-mêmes ne croyaient pas en lui.

Ici ses frères traitaient le prophète avec sarcasme puisqu’ils ne croyaient pas en lui. Mais quelque chose est arrivé plus tard qui a causé un changement dans le coeur de ses frères en effet deux de ses frères, Jacques et Jude, ont écrit plus tard des lettres (appelées Jacques et Jude) qui font partie du Nouveau Testament (Injil).

6 Jésus leur répondit: Le moment n’est pas encore venu pour moi. En revanche, pour vous, c’est toujours le bon moment.

Le monde n’a aucune raison de vous haïr; mais moi, il me déteste parce que je témoigne que ses actes sont mauvais.

Vous donc, allez à la fête; pour ma part, je n’y vais pas encore car le moment n’est pas encore venu pour moi.

Après leur avoir dit cela, il resta en Galilée.

10 Cependant, quand ses frères furent partis pour la fête, il s’y rendit lui aussi, mais secrètement, sans se montrer.

11 Or, pendant la fête, les autorités juives le cherchaient et demandaient: Où est-il donc?

12 Dans la foule, les discussions allaient bon train à son sujet. Les uns disaient: C’est quelqu’un de bien. Pas du tout, répondaient les autres: il trompe tout le monde.

13 Mais, comme ils avaient tous peur des autorités juives, personne n’osait parler librement de lui.

 L’opposition grandit

14 La moitié de la semaine de fête était déjà passée, quand Jésus alla au Temple et se mit à enseigner.

15 Les Juifs en étaient tous étonnés et se demandaient: Comment peut-il connaître à ce point les Ecritures, sans avoir jamais étudié?

16 Jésus leur répondit: Rien de ce que j’enseigne ne vient de moi. J’ai tout reçu de celui qui m’a envoyé.

17 Si quelqu’un est décidé à faire la volonté de Dieu, il reconnaîtra bien si mon enseignement vient de Dieu ou si je parle de ma propre initiative.

18 Celui qui parle en son propre nom recherche sa propre gloire. Mais si quelqu’un vise à honorer celui qui l’a envoyé, c’est un homme vrai; il n’y a rien de faux en lui.

19 Moïse vous a donné la Loi, et pourtant, aucun de vous ne fait ce qu’elle ordonne! Pourquoi cherchez-vous à me tuer?

20 Tu as un démon en toi! lui cria la foule. Qui est-ce qui veut te tuer?

21 Jésus reprit la parole et leur dit: Il a suffi que je fasse une œuvre pour que vous soyez tous dans l’étonnement.

22 Réfléchissez: Moïse vous a donné l’ordre de pratiquer la circoncision, rite qui ne vient d’ailleurs pas de Moïse, mais des patriarches. Or, cela ne vous dérange pas de circoncire quelqu’un le jour du sabbat.

23 Eh bien, si on circoncit un garçon le jour du sabbat pour respecter la Loi de Moïse, pourquoi donc vous indignez-vous contre moi parce que j’ai entièrement guéri un homme le jour du sabbat?

24 Cessez donc de juger selon les apparences, et apprenez à porter des jugements conformes à ce qui est juste.

25 En le voyant, quelques habitants de Jérusalem s’étonnaient: N’est-ce pas celui qu’ils veulent faire mourir?

26 Or, le voilà qui parle librement en public et personne ne lui dit rien! Est-ce que, par hasard, nos autorités auraient reconnu qu’il est vraiment le Christ?

27 Pourtant, lui, nous savons d’où il est; mais le Christ, quand il viendra, personne ne saura d’où il est.

Comme vous pouvez le voir, la discussion à ce moment-là parmi les Juifs était de savoir si le Prophète Isa (PSL) était le Masih (Messie) ou non. Le peuple juif croyait que l’endroit d’où viendraient le Masih serait inconnu. Puisqu’ils savaient d’où venait Isa, ils pensaient qu’il ne pouvait donc pas être le Masih. Mais alors, d’où est parvenue cette croyance que l’origine du Masih ne serait pas connu? De la Torah? Des écritures des prophètes? Pas du tout! Les prophètes avaient clairement indiqué d’où viendraient les Masih. Le prophète Micah (Michée) (PSL) avait écrit 700 avant JC dans Zabur ceci:

«Et toi, Bethléhem Ephrata,

la plus petite des villes de Juda,

de toi il sortira pour moi

celui qui régnera sur Israël!

Son origine remonte aux temps passés,

aux jours anciens.» ( Micah 5:1 )

Cette prophétie (voir l’article ici pour plus de détails à ce sujet) avait déclaré que le souverain ( = Masih) viendrait de Bethléem. Nous avons vu dans la naissance du Masih qu’il était effectivement né à Bethléem ce qui rejoint ce que la prophétie avait prédit 700 ans avant sa naissance.

C’était simplement la tradition religieuse de l’époque qui disait que l’endroit d’où le Masih allait venir serait inconnu. Ils ont fait une erreur parce qu’ils n’ont pas crue aux écritures des prophètes, mais ils ont préféré croire en fonction des opinion dans les rues, des rumeurs. Nous devons faire attention à ne pas commettre la même erreur.

Le récit continue…

28 Alors Jésus intervint d’une voix forte, et on l’entendit dans toute la cour du Temple: Vraiment! Vous me connaissez et vous savez d’où je suis! Sachez-le, je ne suis pas venu de ma propre initiative. C’est celui qui est véridique qui m’a envoyé. Vous ne le connaissez pas.

29 Moi, je le connais, car je viens d’auprès de lui, et c’est lui qui m’a envoyé.

30 Alors plusieurs essayèrent de l’arrêter, et pourtant personne ne mit la main sur lui, parce que son heure n’était pas encore venue.

31 Cependant, beaucoup de gens du peuple crurent en lui. Quand le Christ viendra, disaient-ils, accomplira-t-il plus de signes miraculeux que n’en a déjà fait cet homme-là?

32 Ce qui se murmurait ainsi dans la foule au sujet de Jésus parvint aux oreilles des pharisiens. Alors les chefs des prêtres et les pharisiens envoyèrent des gardes du Temple pour procéder à son arrestation.

33 Jésus déclara: Je suis encore pour un peu de temps parmi vous. Ensuite je retournerai auprès de celui qui m’a envoyé.

34 Vous me chercherez, et vous ne me trouverez pas; et vous ne pouvez pas aller là où je serai.

35 Sur quoi, ses auditeurs se demandèrent entre eux: Où va-t-il aller pour que nous ne le trouvions pas? Aurait-il l’intention de se rendre chez les Juifs dispersés parmi les non-Juifs? Voudrait-il peut-être même apporter son enseignement aux non-Juifs?

36 Que peut-il bien vouloir dire quand il déclare: «Vous me chercherez et vous ne me trouverez pas, et vous ne pouvez pas aller là où je serai»?

 L’eau vive

 37 Le dernier jour de la fête, le jour le plus solennel, Jésus se tint devant la foule et lança à pleine voix: Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et que celui qui croit en moi boive.

38 Car, comme le dit l’Ecriture, des fleuves d’eau vive jailliront de lui.

39 En disant cela, il faisait allusion à l’Esprit que devaient recevoir plus tard ceux qui croiraient en lui. En effet, à ce moment-là, l’Esprit n’avait pas encore été donné parce que Jésus n’était pas encore entré dans sa gloire. 

 

En ce jour de fête, les juifs prenaient l’eau d’un ressort spécial au sud de Jérusalem et entrèrent dans la ville par la «porte de l’eau» et amenèrent l’eau à l’autel du temple. C’est alors qu’ils faisaient cette cérémonie de l’eau sacrée que le Prophète Isa al Masih (PSL) a crié, qu’il était la source de «l’eau vivante». En disant cela, il leur rappelait la soif dans nos cœurs qui menait au péché, sur laquelle les prophètes avaient écrit, ainsi que la promesse de l’Esprit qui allait être donné à ceux qui croyaient en lui pour satisfaire cette soif afin qu’ils aient besoin de rien et ne soient plus esclaves du péché.

40 Dans la foule, plusieurs de ceux qui avaient entendu ces paroles disaient: Pas de doute: cet homme est bien le Prophète attendu.

41 D’autres affirmaient:C’est le Christ. Mais, objectaient certains, le Christ pourrait-il venir de la Galilée?

42 L’Ecriture ne dit-elle pas que le Messie sera un descendant de David et qu’il naîtra à Bethléhem[d], le village où David a vécu?

43 Ainsi, le peuple se trouva de plus en plus divisé à cause de lui.

 À l’époque, tout comme aujourd’hui, les gens étaient divisés par rapport a l’identité du prophète Isa al Masih (PSL). Comme nous l’avons vu plus haut, les prophètes avaient prédit la naissance du Masih à Bethléem (ville où Isa est né). Mais qu’en est-il du fait que le Masih ne vient pas de Galilée? Esaïe, le prophète (PSL) avait écrit en 700 avant J-C que…

« Mais les ténèbres ne régneront pas toujours Sur la terre où il y a maintenant des angoisses: Si les temps passés ont couvert d’opprobre Le pays de Zabulon et le pays de Nephthali, Les temps à venir couvriront de gloire La contrée voisine de la mer, au delà du Jourdain, Le territoire des Gentils. (Esaie  8:23)

 

  Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière; Sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort Une lumière resplendit. (Esaie 9:1) »

Ainsi, les prophètes avaient prédit que le Masih commencerait son enseignement (une lumière s’est levée) en Galilée – l’endroit même où Isa avait effectivement commencé son enseignement et a fait la plupart de ses miracles. Encore une fois, les gens se sont trompés parce qu’ils n’avaient pas soigneusement étudié les écritures des prophètes et a la place ont cru ce qui était communément enseigné par leurs professeurs.

L’INCRÉDULITÉ DES CHEFS JUIFS

45 Les gardes du Temple retournèrent auprès des chefs des prêtres et des pharisiens. Ceux-ci leur demandèrent: Pourquoi ne l’avez-vous pas amené?

46 Ils répondirent: Personne n’a jamais parlé comme cet homme.

47 Quoi, répliquèrent les pharisiens, vous aussi, vous vous y êtes laissé prendre?

48 Est-ce qu’un seul des chefs ou un seul des pharisiens a cru en lui?

49 Il n’y a que ces gens du peuple qui ne connaissent rien à la Loi… ce sont tous des maudits!

50 Là-dessus, l’un d’entre eux, Nicodème, celui qui, précédemment, était venu trouver Jésus, leur dit:

51 Notre Loi nous permet-elle de condamner un homme sans l’avoir entendu et sans savoir ce qu’il a fait de mal?

52 Es-tu, toi aussi, de la Galilée? lui répondirent-ils. Consulte les Ecritures, et tu verras qu’aucun prophète ne sort de la Galilée.

 

Nous pouvons voir que les experts de la Loi étaient avaient complètement faux puisque Esaïe avait prophétisé que l’éclaircissement viendrait de la «Galilée».

Deux leçons me viennent de ce récit. Premièrement, il est très facile d’accomplir nos activités religieuses avec beaucoup de zèle mais avec peu de connaissances. Lorsque nous approchons du pèlerinage «Hajj » , nous devons nous assurer que ce en quoi nous croyons n’est pas notre vérité mais celle de Dieu

Car je leur rends ce témoignage: ils ont un zèle ardent pour Dieu, mais il leur manque le discernement. (Romains 10:2)

Nous avons besoin d’apprendre ce que les écritures des prophètes pour avoir de bonne connaissances et informations

Deuxièmement, nous voyons ici que le Prophète Isa al Masih (PSL) fait une offre. Il a dit aux personnes effectuant le pèlerinage que

Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et que celui qui croit en moi boive. Car, comme le dit l’Ecriture, des fleuves d’eau vive jailliront de lui. (Jean 7:37-38)

Cette offre est donnée à «n’importe qui» (donc non seulement aux juifs, aux chrétiens, ou aux musulmans, etc.) Isa al Masih (PSL) parle de ceux qui ont soif, «a soif». As-tu soif? (Voir ici ce que les prophètes ont voulu dire par ceci). Il est bon de boire du zamzam, bien. Pourquoi ne pas boire aussi a partir du Masih qui peut satisfaire notre soif intérieure?

Le royaume de Dieu: beaucoup sont invités mais…

Nous avons vu que le prophète Isa al Masih (PSL) possède une Parole d’autorité telle que les maladies et même la nature lui obéissent.  Il parle également en détail sur le Royaume de Dieu.  Souvenez-vous que plusieurs prophètes du Zabur avaient écrit au sujet d’un Royaume de Dieu futur.  Isa (PSL) s’appuie sur leurs prophéties pour enseigner que le Royaume est ‘proche’.

D’abord il enseigne le Sermon sur la montagne, où il explique comment les citoyens futurs de ce Royaume de Dieu sont censés se comporter les uns envers les autres. Il enseigne un principe radical d’aimer même son ‘ennemi’. Pensez à toute la misère, la mort, l’injustice et l’horreur vécues aujourd’hui (il suffit d’écouter les nouvelles) car tant de gens n’écoutent pas son enseignement sur l’amour.  Si la vie dans le Royaume de Dieu doit être différente de la vie d’enfer endurée parfois dans ce monde, alors nous devons nous comporter différemment les uns envers les autres – avec amour.

La parabole du grand festin

Étant donné que si peu vivent d’après l’enseignement du prophète Isa al Masih (PSL) on pourrait croire que très peu de personnes soient invitées dans le Royaume de Dieu. Mais ce n’est pas le cas.  Le prophète Isa al Masih (PSL) enseigne la parabole d’un grand banquet pour illustrer jusqu’où s’étend l’invitation au Royaume.  L’Injil rapporte son enseignement:

A ces mots, l’un des convives dit à Jésus: —Qu’il est heureux celui qui prendra part au banquet dans le royaume de Dieu!

16 Jésus lui répondit: —Un jour, un homme avait organisé une grande réception. Il avait invité beaucoup de monde.

17 Lorsque le moment du festin arriva, il envoya son serviteur dire aux invités:     «Venez maintenant, tout est prêt.»

18 Mais ceux-ci s’excusèrent tous l’un après l’autre. Le premier lui fit dire: «J’ai acheté un champ et il faut absolument que j’aille le voir. Excuse-moi, je te prie.»

19 Un autre dit: «Je viens d’acquérir cinq paires de bœufs, et je m’en vais les essayer. Excuse-moi, je te prie.»

20 Un autre encore dit: «Je viens de me marier, il m’est donc impossible de venir.»

21 Quand le serviteur fut de retour auprès de son maître, il lui rapporta toutes les excuses qu’on lui avait données. Alors le maître de la maison se mit en colère et dit à son serviteur: «Dépêche-toi! Va-t’en sur les places et dans les rues de la ville et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles, les paralysés…!»

22 Au bout d’un moment, le serviteur vint dire: «Maître, j’ai fait ce que tu m’as dit, mais il y a encore de la place.»

23 «Eh bien, lui dit le maître, va sur les chemins, le long des haies, fais en sorte que les gens viennent, pour que ma maison soit pleine.

24 Une chose est sûre: pas un seul des premiers invités ne goûtera à mon festin.» (Luc 14:15-24)

Nos conventions sont renversées – plusieurs fois – dans cet enseignement.  Tout d’abord nous pourrions supposer qu’Allah n’invite pas beaucoup de personnes dans son Royaume (c.-à-d. le festin dans la Maison) parce qu’il ne trouve pas beaucoup de personnes dignes, mais cette hypothèse s’avère fausse. L’invitation au Festin s’adresse à beaucoup, beaucoup de personnes. Le Maître (Allah dans cette parabole) souhaite que le Festin soit rempli. C’est encourageant.

Nous apprenons très vite qu’il y a un autre tournant inattendu dans Son enseignement. Très peu des invités veulent vraiment venir; ils trouvent des excuses pour ne pas devoir y aller! Et voyez comme elles sont irraisonnables! Qui achèterait des bœufs sans les essayer a priori? Qui achèterait un champ avant de l’inspecter? Ces excuses révèlent les vraies intentions du cœur des invités – ils n’avaient pas l’intention d’entrer dans le Royaume de Dieu mais avaient d’autres intérêts à la place.

Et quand nous pensons que la volonté du Maître sera frustrée car personne ou peu n’assistent au festin il y a encore une nouvelle tournure.  Maintenant les personnes ‘douteuses’, celles que nous rejetons tous en pensée les estimant indignes d’être invités à une grande réception, celles qui sont «sur les places et dans les rues de la ville» et « sur les chemins, le long des haies » , qui sont «pauvres, estropiés, aveugles et paralysés » – les personnes que fréquemment nous évitons – elles reçoivent des invitations au festin. Les invitations à ce festin s’étendent beaucoup plus loin, et recouvrent plus de personnes que vous et moi aurions cru possible.  Le Maître du Festin les veut présents et invitera même ceux que nous n’inviterions pas chez nous.

Et ces personnes viennent!  Ils n’ont pas d’autres intérêts qui font concurrence comme les champs ou les bœufs pour les distraire de leur amour; alors ils viennent au festin. Le Royaume de Dieu est rempli et la volonté du Maître est accomplie!

Le prophète Isa al Masih (PSL) raconte cette parabole pour nous faire poser la question : « Est-ce que j’accepterais une invitation au Royaume de Dieu si j’en recevais une? »  Ou est-ce qu’un intérêt ou un amour faisant concurrence vous pousserait à faire des excuses et refuser l’invitation? En vérité vous êtes invité à ce Festin du Royaume, mais la triste réalité est que la plupart d’entre nous refuserons l’invitation pour une raison ou une autre. Nous ne dirions jamais ‘non’ ouvertement alors nous offrons des excuses pour dissimuler notre refus. Au fond de nous nous avons d’autres ‘amours’ qui sont à la racine de notre rejet. Dans cette parabole la racine du rejet est l’amour d’autres choses.  Les premiers invités aimaient les choses de ce monde plus que le Royaume de Dieu (représentées par le ‘champ’, ‘les bœufs’ et ‘le mariage’).

La parabole du maître religieux injustifié

Certains d’entre nous aimons les choses du monde plus que le Royaume de Dieu et par conséquent refuserons l’invitation. D’autres parmi nous ont confiance en leur vertu. Le prophète Isa al Masih (PSL) a également enseigné à ce propos dans une autre histoire :

9 Il raconta aussi une parabole pour ceux qui étaient convaincus d’être justes et méprisaient les autres:

10 —Deux hommes montèrent au Temple pour prier: un pharisien et un collecteur d’impôts.

11 Le pharisien, debout, faisait intérieurement cette prière:     «O Dieu, je te remercie de ne pas être avare, malhonnête et adultère comme les autres hommes, et en particulier comme ce collecteur d’impôts là-bas.

12 Moi, je jeûne deux jours par semaine, je donne dix pour cent de tous mes revenus.»

13 Le collecteur d’impôts se tenait dans un coin retiré, et n’osait même pas lever les yeux au ciel. Mais il se frappait la poitrine et murmurait: «O Dieu, aie pitié du pécheur que je suis!»

14 Je vous l’assure, c’est ce dernier et non pas l’autre qui est rentré chez lui déclaré juste par Dieu. Car celui qui s’élève sera abaissé; celui qui s’abaisse sera élevé. (Luc 18: 9-14)

Nous rencontrons ici un pharisien (un maître religieux comme un imam) qui semble parfait dans ses efforts et mérites religieux. Son jeûne et sakat étaient même plus qu’exigé. Mais il place sa confiance en ses propres mérites. Ce n’est pas ce dont le prophète Ibrahim (PSL) avait fait preuve autrefois lorsqu’il a obtenu justice en faisant humblement confiance en la promesse d’Allah.  En fait le collecteur d’impôts (profession immorale de ce temps-là) demande humblement miséricorde et, confiant qu’il a obtenu cette miséricorde librement, il rentre ‘justifié’ – en règle avec Dieu – tandis que le pharisien, que nous supposons ‘en règle avec Dieu’, est desservi par sa suffisance.

Alors encore une fois le prophète Isa al Masih (PSL) parle avec autorité et demande, à vous et à moi, si nous désirons vraiment le Royaume de Dieu, ou si ce n’est qu’un intérêt parmi tant d’autres. Il nous demande aussi où nous plaçons notre confiance – en notre mérite ou dans la miséricorde de Dieu.

Il est important de se poser honnêtement ces questions parce que sinon nous ne reconnaîtrons pas l’enseignement qu’il nous donne – notre besoin de pureté intérieure.